Marine Marchande
Brest : Au coeur de l'arrêt technique du ferry Seven Sisters

Actualité

Brest : Au coeur de l'arrêt technique du ferry Seven Sisters

Marine Marchande

Le chantier ressemble à une vaste fourmilière. Equipage, personnels des chantiers... En tout, quelques 120 personnes s'activent autour du Seven Sisters, de Transmanche Ferries. Le navire est arrivé le 8 septembre à Brest, où il subit un arrêt technique chez Sobrena. Mardi, la première phase de l'opération la plus lourde, le démontage des arbres d'hélice, s'est achevée sous un ciel bleu et un méconnu mais bien réel soleil breton. L'opération était délicate, chaque ligne d'arbres mesurant 20 mètres et pesant quelques 18 tonnes.

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Les pièces, soigneusement démontées et mises sous protection, vont maintenant faire l'objet de rectifications. « Après deux ans d'exploitation du navire, nous nous sommes rendus compte que certains paramètres des lignes d'arbres n'étaient pas conformes. On suspectait des usures prématurées. C'est pourquoi nous avons jugé bon de sortir les arbres porte hélice et d'apporter les corrections nécessaires », explique Franck Jourdain, responsable technique de Transmanche Ferries, une flotte gérée depuis l'an dernier par Louis Dreyfus Armateurs.
Ce petit défaut d'alignement aurait pu être jugé comme mineur. Rien n'affirmait en effet que les lignes d'arbres n'auraient pas encore tenu, ainsi, durant 10 ans. « On ne sait pas quand il y aurait pu avoir une avarie. Peut être même qu'il n'y en aurait jamais eu. Mais, chez Louis Dreyfus, on préfère effectuer une maintenance préventive, prendre les mesures qui s'imposent et ne pas attendre. On ne veut pas laisser de place au doute. C'est la stratégie de maintenance de la compagnie, qui n'hésite pas à prendre les devants, plutôt que d'avoir une logique curative, c'est-à-dire attendre que cela casse pour réparer », souligne Franck Jourdain.

Franck Jourdain (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Franck Jourdain (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Une avarie de ligne d'arbres peut, en effet, avoir des conséquences très grave, pouvant immobiliser le bateau plusieurs mois et entrainer des coûts de réparation très élevés. Plutôt que de poursuivre dans cet état ses rotations entre Dieppe et Newhaven, le Seven Sisters a donc été conduit à Brest, d'où il sortira de cale sèche à la fin du mois. Pour la compagnie, le choix du chantier semble avoir été une évidence, et pas seulement parceque la Sobrena est géographiquement proche de la Normandie : « C'est un des rares chantiers capable de mener ce genre d'opération de manière précise et aussi professionnelle. Sobrena dispose de gens très qualifiés et, honnêtement, nous y allons les yeux fermés ».
Profitant de cet arrêt technique pour effectuer quelques travaux complémentaires, LDA prévoit le retour au service du Seven Sisters dès le mois prochain.

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Le Seven Sisters à Brest  (© : CLAUDE SOKOLSKI)
Le Seven Sisters à Brest (© : CLAUDE SOKOLSKI)

Lancé en mars 2006 aux chantiers Barreras de Vigo, en Espagne, le Seven Sisters est le sistership du Côte d'Albâtre. Commandé en 2004 par le Conseil Général de Seine-Maritime, ce navire est armé par une quarantaine de personnes et peut embarquer 600 passagers et une soixantaine de camions. Il dispose d'un bar panoramique de 212 places, une cafétéria comprenant un espace réservé aux chauffeurs routiers, un restaurant à la carte (pendant la saison d'été), cinq salons dédiés au repos (dans des fauteuils inclinables) ou à la projection de films, un espace enfants avec jeux vidéo et une boutique. Le navire comprend également 49 cabines de quatre personnes et deux salles de réunions équipées d'Internet. Long de 142,45 mètres pour une largeur de 24,20 mètres, le Seven Sisters affiche une puissance propulsive de 25.684 CV.

Transmanche Ferries