Marine Marchande
À Brest, CLS met l’océan en image
ABONNÉS

Focus

À Brest, CLS met l’océan en image

Marine Marchande

CLS group (Collecte Localisation Scientifique) est une filiale du CNES, de l'Ifremer et d'Ardian, spécialisée dans l’imagerie satellitaire. Elle compte 27 sites à travers le monde et son siège est à Toulouse. Elle est présente à Brest depuis 2008, d’où elle vend des services de traitement d’imagerie satellitaire dans le domaine de la surveillance maritime (principalement sur la zone de nord-ouest européenne). Ses clients sont des autorités nationales et supranationales (Europe) ou des opérateurs offshore privés. CLS gère Vigisat, une station de réception et de traitement située à Plouzané, en lisière du Technopôle Brest Iroise. L’effectif de la division brestoise est d’environ 30 personnes.

Vigisat : un œil sur l’océan

CLS offre une capacité de traitement d’imagerie par satellite grâce à la technologie de radar à synthèse d'ouverture (SAR). Les données recueillies par un appareil de ce type peuvent être matérialisées sous la forme d’une image. La surface en km2 traitée par un satellite peut être modulée selon les besoins. Cela peut aller d’une surface très réduite avec une résolution très élevée (par exemple dans le cas d’un navire en difficulté) à une zone très vaste et d’une résolution moins élevée (un rectangle de 500 km de long par 300 km de large est efficace pour suivre les traînées de pétrole en mer).

Les applications pour ces prestations vont de la surveillance maritime à la détection de pollution en passant par le support à l’industrie offshore ou encore la lutte contre les pêches illicites. CLS est le plus souvent mandaté par l’EMSA, l’agence européenne de sécurité maritime, afin de fournir des images de suffisamment bonnes résolutions pour, par exemple, suivre une nappe de pétrole, des navires ou d’autres objets flottants. C’est une aide à la décision précieuse. C’est aussi un moyen de récolter les preuves d’une infraction. Déjà en 2013, un tribunal britannique avait condamné un navire suite à un rejet illicite en mer. L’imagerie satellitaire avait permis de prouver l’infraction. Les moyens d’analyse de la compagnie permettent de déterminer

Mer, espace et satellites