Construction Navale
Brest : Condamnations après l'accident mortel chez Damen
ABONNÉS

Actualité

Brest : Condamnations après l'accident mortel chez Damen

Construction Navale

Le chantier de réparation navale Damen, à Brest, a été condamné, ainsi que son ancien directeur, après l’accident mortel qui a frappé un tuyauteur-soudeur de 40 ans, en décembre 2015. Le tribunal correctionnel de Brest a doublé l’amende requise par le parquet à l’encontre de la société.

Le drame s’était produit lors du déblocage d’une aussière (câble maintenant le navire à quai) en tension. Sur ordre du dock master en charge des manœuvres ce jour-là, un employé avait utilisé un chariot élévateur pour dégager une aussière coincée sous une autre. Le retour de tension avait été fatal à un salarié occupé à une tout autre opération, à 120 m de là.

L’audience d’il y a deux mois a permis de revenir sur les conditions de sécurité et de formation assurées par l’entreprise. Les débats se sont développés autour de la manœuvre dangereuse pour dégager l’aussière en tension (interdite mais courante dans le chantier) et le problème de la coactivité pendant les opérations potentiellement dangereuses de lamanage. Des usages et des procédures qui ont été revus depuis ce terrible drame.

Le parquet de Brest avait requis une amende de 50 000 euros contre la société et six mois de prison avec sursis et 12 500 euros contre le directeur de l’époque. Le tribunal correctionnel de Brest a condamné la direction néerlandaise de cette société installée à Brest à 100 000 euros d’amende. L’ancien directeur écope, quant à lui, de six mois de prison avec sursis et d’une amende de 3 000 euros en son nom propre. Sur le plan civil, Damen et l’ancien directeur sont condamnés à payer solidairement les dommages et intérêts évoqués au cours de cette audience.

Un article de la rédaction du Télégramme

Damen Shiprepair Brest (ex-Sobrena)