Défense
Brest : Deux CMT partent en cargo vers le Golfe

Actualité

Brest : Deux CMT partent en cargo vers le Golfe

Défense

Comme ce fut déjà le cas en 2013 et 2015, le groupe de guerre des mines déployé cette année dans la région du golfe Persique va rejoindre sa zone d’opération sur le pont d’un cargo. Samedi 28 janvier, dans la base navale de Brest, les chasseurs de mines Cassiopée et Andromède ont été embarqués sur le HHL Fremantle. Mis en service en 2011, ce navire de l’armement allemand Hansa Heavy Lift, spécialisé dans le transport de colis lourds, mesure 168.7 mètres de long pour une largeur de 25.2 mètres. C’est avec ses propres grues (deux d’une capacité de 700 tonnes chacune et une de 180 tonnes) qu’il a procédé au levage des deux bâtiments de la Marine nationale. Ceux-ci ont été placés en pontée sur des supports spécialement dédiés. Ces bers avaient été embarqués la veille depuis le pont du bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution (BSAD) Argonaute.

 

Embarquement des bers depuis l'Argonaute le 27 janvier (© : MICHEL FLOCH)

Embarquement des bers depuis l'Argonaute le 27 janvier (© : MICHEL FLOCH) 

Embarquement de l'Andromède sur le HHL Fremantle le 28 janvier (© : MICHEL FLOCH)

Embarquement de l'Andromède sur le HHL Fremantle le 28 janvier (© : MICHEL FLOCH) 

 

 

Embarquement de l'Andromède sur le HHL Fremantle le 28 janvier (© : MICHEL FLOCH)

Embarquement de l'Andromède sur le HHL Fremantle le 28 janvier (© : MICHEL FLOCH) 

Embarquement de l'Andromède sur le HHL Fremantle le 28 janvier (© : MICHEL FLOCH)

Embarquement de l'Andromède sur le HHL Fremantle le 28 janvier (© : MICHEL FLOCH) 

Transport d’un bateau-porte pour l’Ile Longue

On notera que le HHL Fremantle, arrivé à Brest le 16 janvier, a préalablement servi au transport vers l’île Longue d’un nouveau bateau-porte réalisé par le chantier breton CIB (pour le compte de CNIM) dans le cadre de la modernisation des cales sèches de la base des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) français. Longue de 22 mètres et d’un poids de 400 tonnes, la porte en acier, ainsi que deux flotteurs de 50 tonnes, ont été amenés de l’autre côté de la rade par le navire.

 

Embarquement du bateau-porte le 17 janvier (© : LE TELEGRAMME)

Embarquement du bateau-porte le 17 janvier (© : LE TELEGRAMME) 

Quatre mois dans le Golfe et en océan Indien

Ce dernier va, maintenant, convoyer la Cassiopée et l’Andromède jusqu’à Abu Dhabi, où les chasseurs de mines seront remis à l’eau dans le courant du mois de février. Jusqu’en juin, les deux bâtiments évolueront dans le golfe Persique ainsi qu’en océan Indien dans le cadre du déploiement régulier (tous les deux ans environ) d’un groupe de guerre des mines français dans cette région. Ils effectueront notamment des inspections de chenaux et de nombreux levés de fond permettant d’entretenir la connaissance de ces eaux locales. Une mission qui a pour finalité de pouvoir garantir la liberté de naviguer dans cette région, où le trafic maritime et les chenaux d’accès portuaires peuvent faire l’objet de menaces d’entrave par des mines classiques ou des engins explosifs improvisés. Des actions de coopération avec les marines riveraines et alliées sont également au programme de la force, qui participera aussi aux opérations de lutte contre le terrorisme.

 

Le CMT Andromède (© : MICHEL FLOCH)

Le CMT Andromède (© : MICHEL FLOCH) 

Etat-major à Abu Dhabi

Placés sous bonne garde à bord du HHL Fremantle, les deux chasseurs de mines retrouveront leurs équipages aux Emirats, sachant que chaque bâtiment est armé par une quarantaine de marins, auxquels s’ajoutent des hommes du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique. Un Etat-major de la force de guerre des mines est également déployé et s’installera dans les locaux de la base navale française d’Abu Dhabi, sous la responsabilité de l’amiral commandant les forces françaises aux Emirats ainsi que les activités militaires en océan Indien.

 

Pétardage d'une mine depuis un CMT (© : MARINE NATIONALE)

Pétardage d'une mine depuis un CMT (© : MARINE NATIONALE) 

 

Les CMT

En service depuis 1984, la Cassiopée et l’Andromède font partie des 11 chasseurs de mines tripartites (CMT) encore en service dans la Marine nationale. Conçus avec la Belgique et les Pays-Bas, ces bâtiments en composite de 51.5 mètres de long pour 8.9 mètres de large affichent un déplacement de 600 tonnes en charge. Ils ont été modernisés entre 2002 et 2005, recevant notamment un nouveau sonar de coque (TSM 2022 de Thales). En revanche, le système à immersion variable SPIV associant le même sonar à un robot télé-opéré Double Eagle a été finalement débarqué en 2014. Il était assez lourd à mettre en œuvre et la marine a considéré que les CMT étaient capables de remplir leurs missions sans ce dispositif avec une efficacité comparable. En plus des plongeurs-démineurs qu'ils embarquemnt, les chasseurs mettent en oeuvre des poissons auto-propulsés (PAP) qui peuvent déposer des charges explosives près des mines. On rappellera que le remplacement de ces chasseurs est prévu au début de la prochaine décennie dans le cadre du programme franco-britannique MMCM, basé sur l’emploi de drones (voir notre article détaillé).

 

Le Var déployé dans le Golfe avec deux CMT en 2011 (© : MARINE NATIONALE)

Le Var déployé dans le Golfe avec deux CMT en 2011 (© : MARINE NATIONALE) 

Les avantages du transport par cargo

Concernant le déploiement de chasseurs de mines au moyen d’un navire civil, cette solution a vu le jour après le retrait du service, en 2009, du bâtiment de soutien mobile Loire. C’était en effet avec lui que, jusque-là, les CMT étaient régulièrement envoyés au Moyen-Orient. Le BSM assurait leur ravitaillement et soutien technique grâce à ses ateliers, ainsi que l’accueil de l’état-major de guerre des mines. En 2011, une nouvelle formule avait été testée avec le bâtiment de commandement et de ravitaillement Var. Validé, ce concept de force articulée autour d’un BCR n’a pas été abandonné car il permet de déployer des capacités anti-mines partout dans le monde et en toute autonomie. Toutefois, dans la mesure où la France dispose depuis 2009 d’une base navale à Abu Dhabi, sans oublier d’autres points d’appui, comme Djibouti, l’emploi d’un BCR pour les missions régulières dans le Golfe et l’océan Indien n’était pas indispensable. Plus économique, le transport par un navire civil permet de répondre à la problématique de la faible autonomie des chasseurs, qui ne sont pas conçus pour réaliser de longues navigations. Et il offre le gros avantage de préserver le potentiel de ces unités au profit du cœur opérationnel de leur mission.

En 2013 et 2015, c’est le transporteur de colis lourds Jumbo Jubilee, affrété par la compagnie marseillaise Marfret pour le compte de la Marine nationale, qui avait transporté les CMT vers le Golfe. Le premier déploiement avait concerné le Sagittaire et le Pégase, alors que le second avait vu le convoyage de l’Andromède et de l’Aigle.

 

Deux CMT sur le Jumbo Jubilee en 2015 (© : MICHEL FLOCH)

Deux CMT sur le Jumbo Jubilee en 2015 (© : MICHEL FLOCH) 

Marine nationale