Construction Navale
Brest: La remotorisation du paquebot Summit échappe à Sobrena

Actualité

Brest: La remotorisation du paquebot Summit échappe à Sobrena

Construction Navale

Contrairement à ses sisterships Millennium et Constellation, venus à Brest en avril et mai dernier, le paquebot Summit n'a pas été remotorisé par la Sobrena mais par Blohm & Voss, à Hambourg. La cause ? « Un conflit social sur Brest risquant d'avoir un impact sur la durée de la cale sèche », explique Aker Yards France, maître d'oeuvre du projet. Un conflit social a en effet éclaté début avril dans la société brestoise de réparation navale, conflit portant sur des questions salariales et de temps de travail. Craignant de voir son bateau bloqué en cale sèche, Celebrity Cruises, armateur du Summit, a donc décidé de changer de chantier. Et c'est finalement en Allemagne qu'Aker Yards, constructeur de la série des Millennium, a supervisé les travaux de remotorisation. D'une durée de 15 jours, l'opération, qui s'est achevée le 28 avril, a porté, comme sur les deux précédents navires, par la mise en place d'un moteur diesel Wärtsilä 16V 38B de 11.5 MW. Ce nouveau moteur, qui assurera à la fois l'énergie du bord et une partie de la propulsion, permettra au navire de consommer du fuel lourd, nettement moins onéreux que le gasoil. Ce dernier était en effet, initialement, l'unique combustible utilisé par les Millennium. Du type Co-Gaz-Electric Steam (COGES), la propulsion d'origine ne se compose que d'une turbine à vapeur de 8 MW et deux turbines à gaz General Electric LM 2500, d'une puissance unitaire de 25 MW. Désormais, pour les petites vitesses et les manoeuvres portuaires, le paquebot utilisera uniquement le moteur diesel, alors qu'une turbine viendra en complément pendant les croisières.

 Image de synthèse du nouveau bloc doté d'un moteur diesel (© : AKER YARDS )
Image de synthèse du nouveau bloc doté d'un moteur diesel (© : AKER YARDS )

A l'instar du procédé mis en oeuvre sur les deux premiers bateaux, la coque du Summit a été découpée et un nouveau bloc de 300 tonnes, contenant le moteur et les équipements associés, a été installé en lieu et place. Les échappements du navire ont également été modifiés, tout comme les soutes à combustible, dont 1300 m3 (sur 3300) sont aujourd'hui dédiés au fuel lourd. Pour les ex-Chantiers de l'Atlantique, la transformation du navire fut un véritable challenge. Alors que l'opération avait été rodée avec les deux premiers bateaux, il a fallu en effet revoir toute l'organisation et les approvisionnements, déménagés à des centaines de kilomètres. « Nous (avons) tout reprogrammé, y compris la logistique, qui compte notamment une quarantaine de conteneurs et de poids lourds, le bloc préfabriqué ainsi que le moteur, venu d'Italie. C'est un vrai challenge pour tous, pour l'armateur, pour Blohm & Voss et pour les équipes Aker Yards », explique Henri Doyer, responsable d'affaire sur la série Millennium. Avec deux jours de moins de dry dock par rapport aux deux chantiers menés à Brest, le Summit est sorti, dans les temps, le 28 avril, de sa cale sèche.
La transformation du dernier paquebot de la série, l'Infinity, se déroulera quant à elle aux Bahamas. Le passage au bassin est prévu au mois de novembre.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire