Marine Marchande
Brest : Le combat pour un marin abandonné sur son cargo

Actualité

Brest : Le combat pour un marin abandonné sur son cargo

Marine Marchande

La CGT des marins du grand ouest remue ciel et terre, depuis deux semaines, pour aider Claude Foko. Ce chef mécanicien camerounais est bloqué à bord de l'Ebba Victor, un cargo amarré depuis le 25 août 2007 dans le port de Brest. Selon le syndicat, le navire n'a plus de pavillon et n'est immatriculé à aucun registre. Quant à Claude Foko, présent à bord depuis mai 2009, il n'aurait pas de contrat de travail et accuserait 13 mois d'arriérés de salaires (près de 10.000 euros). La CGT a réclamé au propriétaire de l'Ebba Victor de régulariser au plus vite la situation du marin. Armand Fokam s'est déplacé lundi à Brest mais, apparemment, aucune avancée n'a été obtenue. Du coup, la CGT a écrit à Jean-Louis Borloo, ministre en charge de la Mer et des Transports. « Monsieur Fokam se réfugie derrière des propos peu ou pas crédibles, incohérents, les échanges n'ont servi à rien... au bout de 2 heures je lui ai indiqué que notre syndicat allait vous informer de cette situation qui ne peut durer. Monsieur Fokam est responsable de cette situation, il doit en assumer toutes les conséquences », peut on lire dans la lettre envoyée à Jean-Louis Borloo par Jean-Paul Hellequin, porte-parole et secrétaire adjoint de la CGT des marins du grand ouest. Le syndicat demande l'appui du ministre pour mettre fin à cette situation et propose que Claude Foko, qui vivrait dans des conditions « déplorables », puisse bénéficier du fond de solidarité géré par l'AGISM afin de pouvoir, enfin, rentrer dans son pays.