Défense
Brest : Le nouveau VN Partisan prend la mer

Actualité

Brest : Le nouveau VN Partisan prend la mer

Défense
Marine Marchande

Après plusieurs semaines de transformation au chantier Damen Shiprepair de Brest, le nouveau navire plastron que la société française SeaOwl va mettre à disposition de la Marine nationale a repris la mer. L’ex-Far Service a en effet quitté la forme 2 le 21 janvier afin de réaliser ses essais en mer, le chantier devant encore installer à bord un certain nombre d’équipements. Le navire a néanmoins, selon la Marine Nationale, conduit son premier entrainement au profit des forces dès le 22 janvier. 

Racheté par SeaOwl au groupe norvégien Farstad (qui a récemment fusionné avec ses compatriotes Solstad et Deep Sea Supply), ce navire, arrivé à Brest début octobre, est une ancienne unité de service à l’offshore construite en Norvège et mise en service en 1995. Long de 83.8 mètres pour une largeur de 18.8 mètres, il va remplacer le premier VN Partisan, navire plus petit et plus ancien (1977) exploité depuis 2011 par SeaOwl dans le cadre d’un contrat de prestations de services au profit de l’entrainement des différentes forces de la marine française.

 

L'ancien VN Partisan lors d'une manoeuvre avec les commandos marine (© : MARINE NATIONALE)

L'ancien VN Partisan lors d'une manoeuvre avec les commandos marine (© : MARINE NATIONALE) 

 

En dehors de l’adoption d’une nouvelle livrée, le chantier conduit à Brest sur l’ex-Far Service a porté sur l’adaptation du navire à cette nouvelle fonction. Il a en particulier reçu des équipements qui avaient été installés sur son prédécesseur, dont une plateforme hélicoptère, un module d’entrainement pour commandos et tout le nécessaire pour la mise en œuvre de différents moyens (embarcations, mines et torpilles d’exercice, cibles aériennes…)

 

 

Le nouveau VN Partisan (© : MICHEL FLOCH)

Le nouveau VN Partisan (© : MICHEL FLOCH) 

 

Exploité sous pavillon français, avec Brest pour port d’attache, le nouveau VN Partisan va reprendre les missions de son aîné, à la fois de plastron pour l’entrainement des forces armées, tout en servant de plateforme à des tests industriels, à l’image des campagnes précédemment effectuées par les bateaux de SeaOwl dans le domaine de l’autoprotection des navires civils contre des attaques pirates ou encore les essais de nouveaux sonars. Il pourra également, le cas échéant, être exploité au profit de marines étrangères, quand il n’est pas mobilisé pour les besoins de la flotte française.

 

Le  nouveau VN Rebel lors d'essais avec un sonar remorqué (© : MICHEL FLOCH)

Le  nouveau VN Rebel lors d'essais avec un sonar remorqué (© : MICHEL FLOCH) 

 

Le nouveau VN Partisan permet à SeaOwl de poursuivre le renouvellement de ses moyens, après le remplacement par un navire plus grand et plus récent du VN Rebel à Toulon l’an dernier. La société, qui emploie 85 marins français, opère également à Brest le bâtiment de soutien d’assistance et de dépollution (BSAD) VN Sapeur, affrété par la Marine nationale et qui a succédé en 2015 à l'ancien Alcyon.

 

Le VN Sapeur (© : MICHEL FLOCH)

Le VN Sapeur (© : MICHEL FLOCH) 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française