Disp POPIN non abonne!
Histoire Navale

Actualité

Brest : Le retour triomphal de l’Hermione

Histoire Navale

Près de quatre mois après son départ des côtes charentaises, la réplique de la frégate qui emmena en 1780 La Fayette aux Etats-Unis est de retour en France. Après une double traversée de l’Atlantique et une grande tournée américaine, au cours de laquelle elle a réalisé 13 escales et accueilli quelques 55.000 visiteurs, l’Hermione arrive à Brest ce lundi 10 août.

Placé sous le commandement d’Yves Cariou, le navire et son équipage, composé de 15 marins professionnels et 160 gabiers volontaires sélectionnés formés en 2014 et qui se son succédés à bord pendant le périple, va fêter l’accomplissement de son audacieux voyage inaugural dans le port breton, où elle restera une semaine.

 

 

Un imposant comité d’accueil

Le navire et son équipage ont été accueillis au large de Brest par la frégate Latouche-Tréville, qui l'a ensuite escortée vers le goulet. On notera que ce bâtiment de la Marine nationale porte le nom du comte Louis-René-Madeleine Le Vassor de Latouche-Tréville, qui commanda l'Hermione de 1779 à 1782 et s'illustra pendant la guerre d'Indépendance des États-Unis.

 

Le Latouche-Tréville accueillant l'Hermione (© MARINE NATIONALE - L. BERNARDIN)

Le Latouche-Tréville accueillant l'Hermione (© MARINE NATIONALE - L. BERNARDIN)

Le Latouche-Tréville accueillant l'Hermione (© MARINE NATIONALE - L. BERNARDIN)

Le Latouche-Tréville accueillant l'Hermione (© MARINE NATIONALE - L. BERNARDIN)

L'Hermione et le Latouche-Tréville ce matin (© MARINE NATIONALE - F. LE BIHAN)

L'Hermione et le Latouche-Tréville ce matin (© MARINE NATIONALE - F. LE BIHAN)

L'Hermione et le Latouche-Tréville ce matin (© MARINE NATIONALE - F. LE BIHAN)

L'Hermione et le Latouche-Tréville ce matin (© MARINE NATIONALE - F. LE BIHAN)

L'Hermione et le Latouche-Tréville ce matin (© MARINE NATIONALE - F. LE BIHAN)

L'Hermione et le Latouche-Tréville ce matin (© MARINE NATIONALE - F. LE BIHAN)

 

En plus de cette unité militaire, 24 voiliers du patrimoine viendront à la rencontre de la réplique de l'Hermione, sous le phare du Portzic, et lui feront une haie d'honneur pour l'accompagner devant l'entrée du port de Brest. Un échange de saluts au canon interviendra entre les deux frégates. L'Abeille-Bourbon, le remorqueur de haute mer basé à Brest, lancera ses jets d'eau de bienvenue. L'Hermione, précédée par sa flottille, fera enfin son entrée en rade abri. Elle devrait s'amarrer quai Malbert vers les 15 h. La digue La Pérouse, au port du château, devrait être l'endroit idéal pour profiter du spectacle, depuis la terre.

Village et animations pendant une semaine

Une fois la passerelle installée, une délégation officielle sera reçue à bord par le commandant de l'Hermione, Yann Cariou. Après les discours d'accueil, le pavillon aux couleurs de Brest 2016 sera hissé en tête de mât, puisque la frégate sera l'une des « têtes d'affiche » des prochaines fêtes maritimes. En attendant, un village d'animations accueillera le public au plus près du navire, dès 13 h, aujourd'hui, et sera ensuite ouvert de 10 h à 19 h, jusqu'à la fin de la semaine. D'une surface de 2000 m², il accueillera notamment des concerts de musique bretonne, rock, jazz et, évidemment, de chants de marins. Des spectacles de rue compléteront le volet festif des lieux. Côté mer et histoire, des rencontres seront organisées autour de la cartographie marine ou de la construction navale, quand des expositions retraceront les liens unissant Brest et les États-Unis, mais aussi le périple de l'Hermione. Enfin, les enfants bénéficieront d'espaces dédiés et pourront s'initier à la construction de maquettes en bois qu'ils pourront faire naviguer sur un bassin, installé dans le village.

Visites : premiers arrivés...

Le public pourra visiter l'Hermione, à partir de demain et jusqu'à samedi. Mais attention : les réservations ont été prises d'assaut et seuls quelques billets seront mis en vente chaque jour, sur site, au tarif de 5 euros. Les premiers arrivés seront donc les premiers servis... Par ailleurs, des sorties en rade sur des voiliers traditionnels sont également proposées au public. L'Hermione restera à quai à Brest jusqu'au lundi 17 août, avant de mettre le cap sur Bordeaux et de retrouver son port d'attache de Rochefort (Charente-Maritime), à la fin du mois.

 

(© 

(© FRANCIS LATREILLE - ASSOCIATION HERMIONE - LA FAYETTE)

 

Des liens historiques avec la cité du Ponant

L'arrivée de L'Hermione à Brest, au terme de sa traversée retour de l'Atlantique, vient illustrer les liens historiques entre la France et les États-Unis. C'est, en effet, à Brest que le marquis de La Fayette avait rejoint la France après son premier engagement aux côtés des insurgés américains. Et c'est aussi de Brest, qui était alors le plus grand port militaire du royaume  de France, que, quelques mois après la traversée de La Fayette sur L'Hermione, avait embarqué le corps expéditionnaire de Rochambeau, futur vainqueur de la bataille de Yorktown, entraînant la victoire décisive des insurgés américains et de leurs alliés français dans leur lutte pour l'indépendance contre la puissance coloniale britannique.

 

(© MARINE NATIONALE - S. MARC)

(© MARINE NATIONALE - S. MARC)

 

Un avant-goût de Brest 2016

La venue de L'Hermione était souhaitée par ses hôtes brestois à plus d'un titre : elle permet d'abord d'offrir aux visiteurs un avant-goût des fêtes maritimes de Brest 2016, dont les USA seront, avec la Russie, l'un des invités d'honneur, et de mettre aussi en lumière l'ancienneté et la profondeur des relations entre la cité du Ponant et les États-Unis. Ainsi, pendant la Grande Guerre, les premiers navires américains engagés dans le conflit en Europe arrivèrent à Brest le 12 novembre 1917. Au final, plus de 800.000 GI y débarquèrent entre 1917 et 1918, faisant de son port le plus important des États-Unis en France. Ce fut aussi à Brest que débarqua, le 26 décembre 1917, le premier orchestre de jazz afro-américain du 369e régiment d'infanterie. Et finalement ce fut à Brest encore que choisit de débarquer le président Woodrow Wilson, le 13 décembre 1918, lorsqu'il se rendit en France sur le paquebot SS George Washington pour la conférence, puis la signature de la paix. Il y revint le 13 mars et le 30 juin 1919. Le quai Malbert, au port de commerce, est d'ailleurs surplombé par le Monument américain du cours Dajot, qui rend hommage à ces combattants américains en Europe au cours de la Première Guerre mondiale. Inauguré en 1937 et construit à l'origine en granite gris, il fut détruit par les Allemands le 4 juillet 1941 et reconstruit après-guerre, en granite rose.

Premier jumelage

Brest fut également libérée par la IIIe armée US le 19 septembre 1944, après un terrible siège de 39 jours. Devant l'ampleur des ruines de la ville, l'épouse du général Eisenhower convainquit en 1948 les habitants de Denver de parrainer la ville de Brest, notamment ses écoles qui manquaient alors de tout. Et en 1962, ce parrainage fut transformé en jumelage, le premier unissant une ville européenne et une ville des États-Unis.

- Retrouvez tous les articles du Télégramme consacrés à l'Hermione

Hermione Port de Brest