Marine Marchande
Brest : L'épopée de Claude Foko

Actualité

Brest : L'épopée de Claude Foko

Marine Marchande

Seize mois seul à bord. Treize mois sans salaire à travailler pourtant quotidiennement sur un cargo qui ne repartira probablement jamais. C'est le drôle de destin de Claude Foko, un marin mécanicien de nationalité camerounaise, naïf mais soucieux de travailler. Des gens de mer de Brest (même) se sont heureusement mobilisés...

Sa prison n'a rien de doré. Elle date de 1964. C'est un bateau ou plus précisément un cargo au style un brin désuet avec un panneau de cale avant, pas bien grand de l'aveu de ceux qui fréquentent le port de commerce de Brest depuis trois ans. En guise de panneau de cale arrière, il dispose d'un roof important surmonté d'un grand bossoir d'embarcation selon des passants avertis. Il s'agit en fait d'un cargo de dimension modeste. Long de 48 mètres de long et large de 9,15 mètres, l'ex Nettelill et Svendborgsund - deven