Vie Portuaire

Actualité

Brest: Les fondations du polder prennent forme

Vie Portuaire

Le futur polder du port de Brest, destiné en priorité à la filière naissante des énergies marines renouvelables, commence à prendre forme. Ce chantier de près de 220 millions d’euros consiste d’une part à terrasser les terre-pleins actuels en bordure du port de commerce et d’autre part à réaliser une avancée sur la mer de plus d'une douzaine d'hectares avec une digue protectrice et un quai adapté aux colis lourds. Il faut aussi compter sur le dragage du chenal d’accès.

 

Image de synthèse du projet tel qu'imaginé en 2016 (© VIRTUALYS - REGION BRETAGNE)

Le projet, repris en janvier 2017 après un temps nécessaire d'assèchement et de consolidation, suit son cours et mobilise 80 entreprises. La stabilisation de l’ancien polder est presque terminée. De même, la réalisation du parking de 1000 places et la voirie sont en phase de finition. On notera la présence d’une voie technique pour les colis lourds de 300 mètres de long pour 35 de large. Cette phase terrestre verra aussi l’aménagement d’un belvédère de 11 mètres pour le grand public. Durant les travaux, plusieurs fosses d'enfouissement de déchets polluants ont été exhumées et les matières dangereuses envoyées pour traitement à des entreprises spécialisées. La dépollution du site a représenté un volet important du projet.

« Dès à présent, nous disposons de cinq hectares parfaitement opérationnels pour y voir construire des ateliers d'entreprise », rappelle Pierre Karleskind, vice-président chargé de la mer et des infrastructures portuaires à la Région Bretagne, qui reste sur l'objectif d'une livraison de cette nouvelle aire industrielle en bord de quai avant 2020.

 

 

Le gros du travail se déroule donc maintenant en mer. L'objectif est de disposer le plus vite possible du quai spécial EMR (énergies marines renouvelables) de 380 mètres de long pour 100 mètres de profondeur. L'accent est donc mis sur la construction de cet outil en priorité. Il est réalisé à l'aide d'un avancement de gabions de palplanches d'une part et d'une digue parallèle située 100 mètres en arrière d'autre part. Au début du mois d'avril, les deux structures se sont rejointes (les gabions atteignent déjà 350 mètres de long). Elles créent ainsi un casier qui sera comblé par des matériaux extraits dans des carrières. La fin de ce chantier est prévue pour 2019/2020. Cet espace de chargement sera utilisable avant la fin complète du polder.

En effet, dans le même temps se construit une autre digue à base de gabions, beaucoup plus grande (près de 860 mètres), qui part de l'extrémité du polder pour rejoindre le quai EMR et venir à terme constituer un second casier. Ce dernier sera lui comblé avec les sédiments marins dragués dans le port (1,2 million de m3). Toutefois, cet espace gagné ne devrait pas pouvoir devenir constructible avant 2024.

De fait, le nouveau polder sera réalisé à l'aide de deux terre-pleins différents, le premier et le plus urgent étant le quai EMR.

 

Sur cette photo datant du mois dernier, on aperçoit la digue d'enclôture en bas à gauche, et au-dessus l'avancée de gabions et sa digue arrière qui s'apprêtent à former un premier casier (© PANORAMIC - REGION BRETAGNE)

 

Un article réalisé avec la rédaction du Télégramme

Port de Brest