Science et Environnement
À Brest, MVG amène le haut débit en mer

Actualité

À Brest, MVG amène le haut débit en mer

Science et Environnement

Au Technopôle Brest-Iroise, à deux pas de l’Ifremer et de l’Ipev, Microwave vision group (MVG, 350 employés dans 10 pays et un CA de 74,6 M€) assemble des ailerons sophistiqués. L’antenne brestoise, où travaillent 27 personnes, dont 13 pour le seul pôle R&D, a développé Neptulink, une solution de connectivité permettant, jusqu’à 20 milles des côtes, d’accéder à internet avec du haut débit, comme à terre, grâce à la 4G. 

 

MVG est spécialisé dans les mesures d'antennes. (© MER ET MARINE - GAEL COGNE)

MVG est spécialisé dans les mesures d'antennes. (© MER ET MARINE - GAEL COGNE)

 

L’idée naît en constatant les lacunes des différents systèmes de communication. La VHF ? Trop limitée en datas et d’une portée de 8 milles seulement. Le satellite ? Matériel et communications coûteux, débit trop bas. Le téléphone portable ? Pas assez robuste et la petite antenne limite la portée. MVG est donc sollicité par le Pôle Mer Bretagne Atlantique pour développer une solution de connectivité haut débit en zones côtières couvertes par des stations de base LTE (réseau mobile). La société, forte de 30 ans d’expertise dans les systèmes de mesures d’antennes, participe au projet TMS (doté de 2,6 millions d’euros) intégrant également Thalès Communication, Télécom Bretagne, Alcatel-Lucent, Déti. « L’idée était de développer une solution de connexion internet pour les utilisateurs de la mer : marins ou