Vie Portuaire
Brexit : Bercy met 14 millions sur la table pour calmer les douaniers

Actualité

Brexit : Bercy met 14 millions sur la table pour calmer les douaniers

Vie Portuaire

Après 10 jours de mouvement social, les organisations syndicales de la Douane ont été reçues hier par le ministre de l’Action et des Comptes publics. Gérald Darmanin a proposé différentes mesures pour calmer la grogne des fonctionnaires, qui a éclaté suite à la mobilisation des services à l’approche de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. A l’appel d’une intersyndicale, les grévistes réclament une hausse de leur allocation complémentaire, ainsi que des effectifs et moyens supplémentaires pour faire face au Brexit. « M. Darmanin a tout d’abord rappelé les moyens sans précédent mis en oeuvre, à la demande du Premier ministre, pour préparer l’administration des douanes à faire face au Brexit, avec notamment le recrutement de 700 agents supplémentaires. Il a redit sa détermination à être prêts dès le 29 mars prochain à tous les scénarios. Le Ministre a ensuite entendu les inquiétudes exprimées par les organisations syndicales en lien avec le Brexit et leurs attentes en matière de pouvoir d’achat et de conditions de travail. (Il) a apporté une réponse forte à ces inquiétudes, pour accompagner la surcharge de travail exceptionnelle occasionnée par le Brexit. Il a proposé des mesures de revalorisation salariale dans le cadre du Brexit, à l’intérieur d’une enveloppe de 14 millions d’euros. Cette enveloppe sera entièrement financée par des économies au sein même du ministère, sans impliquer de réduction d’effectifs », explique Bercy. Vont par ailleurs être ouvertes dans les jours qui viennent une concertation nationale sur les conditions et l’environnement de travail des douaniers, « qui sera menée sur la base de remontées de terrain précises examinées au cas par cas ». Les organisations syndicales ont demandé 24 heures pour consulter la base sur ces propositions.

Débuté le 3 mars, le mouvement des douaniers a provoqué différentes perturbations, notamment à Calais et Dunkerque, principaux axes du transport de marchandises entre le Royaume-Uni et l’Europe continentale. Voulant démontrer ce qu’ils allaient subir sitôt le Brexit effectif, les douaniers ont opté pour la « grève du zèle », en procédant systématiquement au contrôle de tous les camions qui se présentent aux terminaux. Avec pour résultat d’imposantes files d’attentes de poids lourds. Rien que dans cette zone, le trafic est d’environ 300 camions par heure, ce qui représentera un travail de contrôle considérable. 260 douaniers supplémentaires sont envoyés à Calais, dont certains en redéploiement, l’administration allant chercher des effectifs partout où elle le peut, jusque dans ses bureaux de Bercy où, après une formation, certains agents vont partir plusieurs mois dans le Nord-Pas-de-Calais pour renforcer les équipes sur le terrain.

 

Port de Calais Douane