Vie Portuaire
Brexit : contrôles suspendus à Belfast et Larne après des menaces

Actualité

Brexit : contrôles suspendus à Belfast et Larne après des menaces

Vie Portuaire

Trop risqué. En Irlande du Nord, les contrôles sur les aliments d’origine animale, réintroduits depuis le Brexit, ont été suspendus dans les ports de Belfast et Larne. En cause : des menaces sur le personnel du port qui font craindre pour leur sécurité.

Sur Twitter, le ministre de l’Agriculture d’Irlande du Nord, Edwin Poots, a expliqué qu’il avait décidé de retirer le personnel des deux ports, considérant que leur sécurité était « primordiale ». Lundi, le Conseil du Mid and East Antrim expliquait retirer « immédiatement son personnel » (12 personnes) du port de Larne en raison de « préoccupations pour leur sécurité et leur bien-être ». Cette décision fait suite à une recrudescence de comportements « menaçants », en particulier des « graffitis », « faisant référence à des tensions croissantes autour du protocole nord-irlandais et décrivant le personnel du port comme des cibles ».

Sur la photo de l’un de ces graffitis diffusé dans les médias irlandais, on peut lire : « No Irish sea boarder » (pas de frontière en mer d’Irlande). Le personnel aurait aussi repéré des personnes notant leurs plaques d’immatriculation. Les syndicats se sont inquiétés de la sécurité du personnel et le Conseil a décidé d’évaluer la situation avec les services de police, en particulier.

Depuis l’entrée en vigueur du Brexit, le 1er janvier, les biens en provenance de Grande-Bretagne, en particulier alimentaires, sont soumis à de nombreux contrôles à Larne, Belfast et Warrenpoint. Ils visent à éviter l’apparition du frontière physique entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. Les médias irlandais se font l’écho de tensions communautaires croissantes autour du protocole nord-irlandais ces derniers jours. Selon le Belfast Telegraph, la police a signalé un mécontentement grandissant chez les loyalistes nord-irlandais. Le DUP, parti unioniste, s’est vivement opposé à ce protocole.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.