Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Fil info

Brexit : La Bretagne privée du fret irlandais

Marine Marchande
Vie Portuaire

La Commission européenne souhaite rediriger le fret maritime irlandais vers le Benelux, en excluant les ports français, dès que le Brexit sera effectif. Levée de boucliers en Bretagne et au gouvernement.

Jusqu’à présent, la majeure partie du transport de marchandises pour l’Irlande passait par les ports et les routes du Royaume-Uni avant de rallier le continent. Avec le Brexit, reviennent les barrières douanières dans les ports de Liverpool, Southampton et Douvres et donc la nécessité pour les Irlandais de revoir leurs itinéraires de fret maritime.

Ce changement aurait pu faire les affaires des ports français, dont Brest et Roscoff, qui espéraient notablement renforcer leur activité dans les prochaines années. Mais la Commission européenne a annoncé début août son intention de redéfinir le corridor « Mer du Nord - Méditerranée » en excluant les côtes françaises. Si elle est maintenue en septembre, cette proposition fera des ports du Benelux les grands gagnants du Brexit. Le fret de Dublin ou Cork sera acheminé vers les ports de Rotterdam aux Pays-Bas et d’Anvers et de Zeebrugge en Belgique.

À LIRE SUR LE SUJET Impact du Brexit sur les ports bretons. Loïg Chesnais-Girard écrit au gouvernement

Afin d’améliorer l’accueil de ce nouveau trafic, les trois ports précités seront éligibles à des fonds européens dédiés (RTE-T). Une belle enveloppe de 30,6 milliards d’euros qui va passer sous le nez des ports de Calais, Le Havre, Roscoff et Brest qui espéraient tous trois faire évoluer leurs installations.

Le gouvernement et la Région ont vivement réagi

Les réactions ne se sont pas fait attendre. D’autant que les motivations - formulées en off - seraient liées à d’éventuelles grèves de dockers et à un potentiel risque d’engorgement des ports français. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a rapidement fait savoir son désaccord à la commissaire européenne slovène, Violeta Bulc. Soulignant la nécessité d’une liaison entre Le Havre et l’Irlande, ainsi qu’un renforcement des échanges avec Brest, Cherbourg et Roscoff. Ces ports risquant de perdre beaucoup en attractivité, à terme, si leurs installations futures ne sont pas financées en partie par l’Europe.

Loïg Chesnais-Girard y est aussi allé de sa plume en écrivant à Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (Le Télégramme du 17 août). Le président de la région Bretagne qualifie la proposition de la Commission européenne de « camouflet inacceptable à la France » et évoque le « préjudice important pour le développement des ports de Brest et Roscoff ».

La CCI aussi

Ce week-end, la chambre de commerce et d’industrie de Bretagne occidentale (CCI MBO) a annoncé son soutien « sans réserve » à Elisabeth Borne et Loïg Chesnais-Girard. Son président, Frank Bellion, énumère les motifs de son « incompréhension ». Il souligne notamment « une incohérence géographique : envisager de relier directement l’Irlande au Benelux revient à passer à proximité de ports français ». Frank Bellion soutient que « les ports les plus proches de l’Irlande sont en mesure de relever le défi des conséquences engendrées par le Brexit ». Rappelant que la CCI MBO les a d’ailleurs « anticipées dans des investissements portuaires sur Brest et Roscoff » et qu’elle a été « régulièrement force de propositions auprès des autorités européennes » depuis plusieurs mois. Enfin, il regrette qu’en faisant passer le corridor « Mer du Nord - Méditerranée » au large de la France, l’Europe « prive potentiellement les ports de l‘Hexagone des fonds européens de transport (RTE-T) ». Alors, insiste-t-il, qu’ils sont « indispensables pour élargir l’hinterland portuaire et de répondre aux enjeux d’accessibilité du Finistère ».

Un article de la rédaction du Télégramme