Pêche
Brexit : Les pêcheurs s’invitent dans la négociation
ABONNÉS

Actualité

Brexit : Les pêcheurs s’invitent dans la négociation

Lundi, la ministre des Affaires européennes a pris le parti des pêcheurs européens qui craignent, en cas d’union douanière avec le Royaume-Uni, d’être privés de l’essentiel de leurs ressources, tout en subissant la concurrence des Britanniques.

Pêche

De notre correspondante à Bruxelles. Depuis le référendum britannique de 2016, il est notoire que l’accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, d’où ils tirent près de la moitié de leurs captures, serait un point dur de la négociation. La confirmation en est venue ce lundi, quand la ministre française des Affaires européennes a dit que le sujet était désormais « sur la table ». « La situation actuelle où les pêcheurs européens pêchent dans les eaux britanniques et où le poisson britannique est écoulé sur le marché européen est une bonne situation. Nous devons (la) préserver », a déclaré Nathalie Loiseau, la ministre des Affaires européennes, en arrivant à une réunion des ministres des Vingt-huit, consacrée au Brexit.

Pourquoi le dire maintenant ? Parce que depuis quelques semaines, une nouvelle « option » est apparue pour tenter de sortir de l’impasse de la frontière irlandaise, qui faisait planer le risque d’un « hard Brexit ». Promue par Londres, elle consiste à laisser les douanes européennes ouvertes au-delà du 31 décembre 2020, quand expirera la période de transition ménagée pour négocier un accord commercial avec le Royaume-Uni. Pas de droits de douane, pas de contrôle, donc pas de problème de division entre Irlande du Nord et République d’Irlande, pas de bouchons à Calais, et pas de risque sur l’intégrité territoriale du Royaume-Uni ni sur l’intégrité du marché intérieur européen.

« Nous sommes pour l’union douanière, à condition que l’accès aux eaux britanniques soit également maintenu »

Mais cette « solution » créerait une situation asymétrique jugée insupportable pour les pêcheurs du reste de l’Europe. Les pêcheurs britanniques continueraient, en effet, à bénéficier du privilège de vendre en Europe près des trois-quarts du fruit de leur travail, sans droits, tandis que les pêcheurs de l’Union européenne seraient, eux, privés de prêt de la moitié de leurs ressources.

« Nous avons demandé dès le début de maintenir le statu quo », explique Gerard van Balsfoort, le président de l’European Fisheries Alliance, un lobby qui représente 18 000 pêcheurs (3 500 vaisseaux) directement concernés. « Nous sommes pour l’union douanière, à condition que l’accès aux eaux britanniques soit également maintenu », explique-t-il. « Je suis très heureux que Nathalie Loiseau ait pris position », ajoute-t-il. Même son de cloche au Parlement européen. « Une union douanière n’est acceptable que s’il y a un accès aux eaux… Nous voulons, en quelque sorte, un principe de réciprocité », explique le président de la commission pêche, Alain Cadec.

Semaine décisive

Londres ne verrait toutefois pas les choses de la même manière. Selon Gerard van Balsfoort, le gouvernement de Theresa May serait prêt à faire une exception aux produits de la pêche dans une union douanière, en clair à accepter des droits de douane, si c’est le prix à payer pour reprendre le contrôle total de ses eaux territoriales.

Pour l’instant, le principe de l’union douanière est loin d’être acquis. La balle reste dans le camp britannique où la Première ministre Theresa May tentera cette semaine de rallier le soutien de son Parlement. L’ombre d’un « hard Brexit », qui expulserait purement et simplement Français, Espagnols, Irlandais, Belges, Néerlandais, Danois, Allemands, Suédois, des eaux britanniques continue de planer.

Un article de la rédaction du Télégramme