Défense
Le design final des futurs bâtiments ravitailleurs de forces (BRF)
ABONNÉS

Actualité

Le design final des futurs bâtiments ravitailleurs de forces (BRF)

Défense

Voici le design final des quatre futures unités logistiques de la Marine nationale. Quatre grands navires qui auront pour vocation de ravitailler les unités de combat, en particulier le groupe aéronaval articulé autour du porte-avions.

Issu du projet Flotte Logistique (FLOTLOG), le programme des bâtiments ravitailleurs de forces (BRF) a pour mémoire été lancé en janvier 2019. Il fait l’objet d’une coopération avec le programme italien Logistic Support Ship (LSS), qui a donné naissance au Vulcano, que Fincantieri va bientôt livrer à la Marina militare. Le programme a donc été placé sous bannière européenne et confié à l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Côté français, le contrat a été notifié à un groupement réunissant les Chantiers de l’Atlantique (mandataire) et Naval Group.

Mise sur cale prévue en novembre

La construction de la tête de série, qui prendra le nom de Jacques Chevallier, a débuté en mai 2020. Connu sous le numéro « C35 » à Saint-Nazaire, il doit être livré fin 2022. Le bâtiment en est aujourd’hui à la production des blocs, sa mise sur cale aux Chantiers de l’Atlantique étant prévue en novembre. Du moins pour la partie arrière puisque la section avant est produite en Italie par Fincantieri sur son site de Castellammare di Stabia, près de Naples. Elle doit être achevée à la fin de l’été pour être remorquée à Saint-Nazaire où son arrivée est prévue à l’automne. Cette section sera alors mise au sec dans l’une des grandes formes de construction (forme B), où la construction se poursuivra avec l’assemblage de la partie arrière. La coque devrait être très rapidement montée pour être mise à l’eau début 2022 et, après l’achèvement de son armement à flot, débutera ses essais avant sa livraison.

Nettement plus gros que les PR et BCR qu’ils vont remplacer

Les trois sisterships du Jacques Chevalier, les Jacques Stosskopf, Emile Bertin et Gustave Zédé, doivent rejoindre la flotte française en 2025, 2027 et 2029. Ils vont remplacer le pétrolier-ravitailleur Meuse, datant de 1980 et qui a déjà été désarmé (en 2015) ainsi que les bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR) Var, la Marne et la Somme. Ces navires de 157 mètres et 18.000 tonnes de déplacement à pleine charge, respectivement mis en service en 1983, 1987 et 1990, prendront leur retraite entre 2022 et 2027.

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française