Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Actualité

Brittany Ferries : Les blocs du ferry Honfleur prennent forme à Flensburg

Marine Marchande

La maquette du futur Honfleur, premier navire au GNL de Brittany Ferries, était bien en évidence sur le stand du chantier Flensburger Shiffbau Gesellschaft au salon SMM de Hambourg la semaine dernière. « Les premiers blocs, ceux qui entourent la machine, sont prêts. La pose de la quille a eu lieu en août dernier et tout se déroule comme prévu ». Pour Knut Frömming, architecte naval au chantier FSG, il n’y a aucun doute, « le Honfleur sera livré comme prévu en juin 2019 ». Voilà pour répondre à ceux qui s’inquiétaient des conséquences du retard du W.B.Yeats, d’Irish Ferries, dont FSG a dû repousser la livraison, prévue en avril, à l’automne.

 

Knut Frömming, architecte naval au chantier Flensburger Schiffbau Gesellschaft (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Knut Frömming, architecte naval au chantier Flensburger Schiffbau Gesellschaft (© MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Pose de la quille début août (© BRITTANY FERRIES)

Pose de la quille début août (© BRITTANY FERRIES)

 

Pour le Honfleur, comme pour tous les autres navires en construction à Flensburg, le chantier travaille en parallèle avec Marine Projects à Gdansk. « Nous fabriquons chez nous les blocs de la coque et Marine Projects s’occupent des blocs des superstructures. Ceux-ci arrivent déjà entièrement aménagés, y compris avec des cabines complètes, et câblés. Ils sont ensuite transportés jusqu’à Flensburg où nous les soulevons grâce à une grue flottante. Nous réalisons ensuite l’assemblage final ».

Long de 187 mètres, ce nouveau ferry, aligné entre Ouistreham et Portsmouth, pourra transporter 1680 passagers, 550 voitures et 64 remorques. Il disposera de 261 cabines, deux cinémas, des restaurants, bars, boutiques et de vastes espaces passagers. Conçu pour atteindre une vitesse de 22 nœuds avec une puissance propulsive d’environ 28 MW, il sera donc doté d’une propulsion au GNL, avec une consommation hebdomadaire de 600 m3 et un approvisionnement en iso-conteneurs de 40 pieds acheminés par voie routière depuis le terminal méthanier de Dunkerque jusqu’à Ouistreham.

 

(DROITS RESERVES)

(DROITS RESERVES)

 

Deux fois par semaine, le portique du navire va charger, hors zones passagers, deux conteneurs pleins et débarquer deux conteneurs vides. L’ensemble de l’opération doit se dérouler en moins de 15 minutes. Les conteneurs, une fois connectés, enverront le GNL dans une cuve tampon de 350 m3 qui l’enverra ensuite vers les quatre groupes d’alimentation dual-fuel (GNL et gasoil) de la propulsion. Ceux-ci alimenteront deux moteurs électriques Jeumont, reliés aux hélices.

FSG continue à miser sur le marché des rouliers

Pour FSG, il s’agit du deuxième navire construit avec une propulsion au GNL après le Searoad Mersey II, livré à l’armement australien SeaRoad Shipping fin 2016. Le chantier va également livrer deux autres ropax au GNL pour TT-Line d’ici 2021. Par ailleurs, FSG travaille sur le sistership agrandi du W.B. Yeats ainsi que sur deux rouliers pour Onorato. « Les roros et ropax, c’est vraiment notre cœur de métier et là où nous pouvons faire la différence par nos méthodes éprouvées », souligne Kurt Frömming. La concurrence est pourtant rude, notamment avec l’émergence des chantiers chinois sur le secteur, qui ont réussi notamment à rafler des commandes chez DFDS, client traditionnel de FSG. « Il y a toujours un marché pour les rouliers, et le segment des grandes unités a beaucoup d’avenir devant lui. C’est pour cela que nous avons travaillé sur un design correspondant à cette demande que nous pouvons construire dans notre chantier ou ailleurs ».

Brittany Ferries