Marine Marchande
ABONNÉS

Actualité

Brittany Ferries prépare le renouvellement de sa flotte

Marine Marchande

D’ici 2022/2023, quatre nouveaux navires devraient intégrer la flotte de l’armement breton. D’abord le ferry Honfleur, sa première unité équipée d’une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié. Commandé au chantier allemand Flensburger Schiffbau Gesellschaft, ce navire de 187 mètres, 1680 passagers, 550 voitures et 64 remorques doit entrer en service en mai 2019 sur la ligne reliant Caen-Ouistreham à l’Angleterre.

Viendront ensuite deux unités neuves affrétées auprès de Stena Line, avec options d’achat au bout de 5, 6 et 8 ans. Ces navires font partie de la série des six grands ferries du type E-Flexer commandés par l’armement suédois aux chantiers chinois AVIC Weihai. Des bateaux de 214 mètres de long, 27.8 mètres de large et environ 48.000 GT de jauge qui pourront accueillir près de 1000 passagers et disposeront de très importantes capacités de fret, avec plus de 3000 mètres linéaires de garages. Les deux destinés à Brittany Ferries doivent être livrés à la compagnie bretonne en novembre 2020 et novembre 2022. Le premier remplacera le Baie de Seine (ex- Sirena Seaways), affrété par Brittany Ferries depuis le printemps 2015 pour seulement cinq ans au groupe danois DFDS. Alors que ce premier E-Flexer sera équipé de systèmes de lavage des fumées (scurbbers) afin de réduire ses émissions d’oxydes de soufre, la seconde unité de ce type prévue pour Brittany Ferries (qui sera la sixième de la série E-Flexer) aura en revanche une propulsion fonctionnant au GNL. Ce navire est destiné à succéder au Cap Finistère, qui a permis à la compagnie bretonne de développer significativement son trafic vers l’Espagne. Très contente de ce navire qu’elle exploite depuis 2010, Brittany Ferries n’a apparemment pas l’intention de s’en séparer et réfléchit à le positionner sur une autre ligne.

Enfin, l’armement de Roscoff espère pouvoir conclure au premier semestre 2019 la commande du successeur du Bretagne, le doyen de sa flotte, sorti en 1989 des chantiers de Saint-Nazaire. Le futur « Bretagne II » devrait être plus grand et sera probablement équipé d’une propulsion GNL. La compagnie fait actuellement le tour des chantiers internationaux dans le cadre de ce projet, qui avant de voir le jour devra aussi passer par le bouclage du montage financier, prévu pour inclure la région Bretagne, au travers du dispositif traditionnel de sociétés d’économie mixte permettant de longue date à la compagnie de se développer avec le soutien des collectivités locales. Celles-ci souhaiteraient cependant, en contrepartie des investissements consentis, plus de retours économiques pour le territoire, par exemple via une augmentation des arrêts techniques réalisés en Bretagne.   

 

Brittany Ferries