Marine Marchande
Brittany Ferries réclame du temps pour passer sa flotte au GNL

Actualité

Brittany Ferries réclame du temps pour passer sa flotte au GNL

Marine Marchande

A quelques mois de la mise en œuvre de la directive soufre, la compagnie bretonne a, en quelque sorte, lancé hier son appel du 18 juin. Un appel pour que les autorités européennes lui laissent un délai supplémentaire, soit deux ans de plus, pour adapter l’ensemble de sa flotte à la nouvelle règlementation sur les émissions polluantes. Depuis 2012, Brittany Ferries se bat pour retarder l’échéance, sans succès jusqu’ici, en agitant le spectre d’une catastrophe économique et la disparition de centaines d’emplois si elle n’obtient pas une évolution du calendrier. Le problème est toujours le même : à partir du 1er janvier, les navires transitant en Manche, mer du Nord et Baltique devront limiter la teneur de leurs émissions d’oxyde de soufre à 0.1%, contre 1% actuellement. Impossible avec le fuel lourd traditionnel, beaucoup trop chargé en SOx. La seule solution, sans évolution technique, est de faire fonctionner les moteurs  au gasoil, mais cela renchérirait les frais de soute d’au moins 40%. Avec pour conséquence une explosion des coûts d’exploitation économiquement insupportable pour les armements, qui ne seraient alors plus compétitifs.

 

 

Le GNL, pour faire mieux que la règlementation

 

 

Alors que la plupart des compagnies travaillant en Europe du nord ont opté pour la mise en place de systèmes de lavage de fumée (scrubbers) sur leurs navires,  la solution de la propulsion au gaz naturel liquéfié suscite beaucoup d’intérêt. Elle présente en effet l’avantage d’éliminer non seulement les SOx, mais également les rejets de particules et de réduire de près de 90% les émissions d’oxyde d’azote (NOx) et de 20% celles de dioxyde de  carbone (CO2). Cela, alors que les SOx, CO2 et particules vont eux- aussi, dans les prochaines années, devoir être réduits. Certains armateurs, comme Brittany Ferries, proposent donc de passer directement à la technologie du GNL pour anticiper cette évolution et, au final, aboutir plus rapidement à une solution globalement meilleure pour l’environnement, ce qui est le but recherché par les autorités européennes. D’autant que, parallèlement, l’UE veut toujours désengorger les routes en favorisant le report modal des camions vers des transports alternatifs, à commencer par la mer…  Ce

Brittany Ferries | Actualité de la compagnie maritime bretonne