Marine Marchande
Brittany Ferries réintègre sa filiale hôtelière

Actualité

Brittany Ferries réintègre sa filiale hôtelière

Marine Marchande

Créée en 1987, Serestel, filiale hôtelière de Brittany Ferries, va être réintégrée à l'armement breton. Cette décision, entérinée en Conseil de surveillance le 9 septembre, a été imposée par l'Etat. Jusqu'ici, Brittany Ferries bénéficiait en effet, pour 233 personnels navigants de Serestel (sur un effectif total de 290 personnes), d'exonérations de charges, se traduisant par un remboursement annuel de 3 millions d'euros. « L'Etat a estimé qu'il y avait un régime d'exonération déjà existant, c'est-à-dire l'ENIM (la sécurité sociale des marins) et que nous devions nous y adapter, sans quoi nous n'aurions plus d'exonération et cela se traduira par un surcoût annuel de 3 millions d'euros », explique-t-on chez Brittany Ferries.
Alors que les personnels sédentaires resteront au régime général, en réintégrant la maison-mère, les navigants employés par Serestel vont donc repasser sous la coupe de l'ENIM. Ce changement provoque des inquiétudes chez les syndicats. Bien que la direction ait assuré que les salaires et les congés ne seraient pas modifiés, des questions demeurent concernant les navigants. En effet, pour accéder au régime de l'ENIM, les conditions sont plus rigoureuses et, normalement, certaines pathologies, comme le diabète ou l'hypertension, ne sont pas admises pour obtenir le certificat d'aptitude du marin.

« Nous ferons tout pour rassurer au plus vite les personnels »

Chez Brittany Ferries, on estime néanmoins que l'administration tiendra compte de la situation et saura faire la différence entre un jeune embrassant le métier et un salarié plus ancien, mais expérimenté, qui ne répondrait pas totalement aux critères médicaux habituels.
Un autre point sensible concerne les personnels proches de la retraite, qui voient évidemment d'un mauvais oeil un changement de régime social à quelques encablures d'une fin de carrière. Mode de calcul des pensions et possibilité de départ à 55 ans comme le permet l'ENIM font partie des principales interrogations. En tout état de cause, la direction veut dissiper les inquiétudes. « C'est un dossier sensible qui génère logiquement de l'inquiétude. Nous le comprenons bien et nous ferons tout pour rassurer au plus vite les personnels. Globalement, il n'y aura pas de répercussion. Les jeunes auront le temps de se créer une retraite et bénéficieront des avantages de l'ENIM. Pour quelques cas particuliers, comme ceux très proches de la retraite, nous étudierons les dossiers au cas par cas », affirme-t-on au siège de la compagnie.
Ces questions devraient être à l'ordre du jour du prochain Comité d'entreprise.

Article réalisé en collaboration avec la rédaction du Télégramme

Brittany Ferries