Marine Marchande
Brittany Ferries va lancer une ligne entre Le Havre et Portsmouth

Actualité

Brittany Ferries va lancer une ligne entre Le Havre et Portsmouth

Marine Marchande

La compagnie bretonne reprend l’offensive dans le transmanche. Après avoir essuyé ces dernières années quelques coups de boutoir d’autres compagnies, Brittany Ferries sort de ses positions défensives pour débarquer dans l’un des fiefs de ses concurrents DFDS et LD Lines. L’armement de Roscoff a, en effet, annoncé l’ouverture pour la saison estivale d’une nouvelle ligne entre Le Havre et Portsmouth. C’est le Normandie Express, le catamaran à grande vitesse de la flotte, qui sera affecté à compter du 17 mai de ce nouveau service rapide entre la France et le Royaume-Uni. « Cette nouvelle ligne permet à Brittany Ferries, qui dessert déjà les ports bretons de Roscoff et Saint-Malo ainsi que les ports bas-normands de Cherbourg et Caen-Ouistreham, de se rapprocher du marché de l’agglomération parisienne et d’élargir son offre commerciale aux villes et régions situées à l’embouchure de la Seine. L’offre proposée à la clientèle britannique et française avec ce navire rapide représente une offre complémentaire à l’activité transmanche déjà existante sur le port du Havre », explique Brittany Ferries.

 

Le Norman Voyager au Havre (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Norman Voyager au Havre (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Une liaison rapide sur un service triangulaire

 

 

Face à la ligne exploitée par un ferry classique de LD Lines, le Norman Voyager, la compagnie bretonne va donc jouer la carte de la vitesse. Une option qu’avait d’ailleurs déjà tentée en 2011 son concurrent avec un autre catamaran rapide, le Norman Arrow. Mais cette expérience avait été abandonnée, la filiale de Louis Dreyfus Armateurs considérant que la chute des prix sur le marché transmanche, cumulée à la hausse des frais de soute, n’assurait plus la viabilité financière d’un tel service. Il conviendra donc de voir si la situation a évolué favorablement et si Brittany Ferries réussit son pari. On notera que le Normandie Express ne desservira pas uniquement Le Havre et Portmouth mais réalisera une triangulaire avec Cherbourg, où il était positionné jusqu’ici. Propriété de Brittany Ferries, ce navire, mis en service en 2000, mesure 98 mètres de long pour 26 mètres de large. Capable d’atteindre la vitesse de 42 nœuds grâce à une puissance propulsive de 38.000 cv, il peut embarquer 900 passagers et 200 voitures.

Du côté des syndicats, l’annonce de l’ouverture d’une nouvelle ligne au Havre est plutôt considérée comme une bonne nouvelle, d’autant qu’en ajoutant le maintien en service du fréteur Cotentin, elle serait assortie de la création d’une centaine d’emplois de saisonniers. Sur cette question, les représentants du personnel demeurent toutefois prudents car, sur d’autres lignes, l’heure est plutôt aux réductions d’effectifs. Car Brittany Ferries, malmenée par un contexte économique dégradé et les assauts de la concurrence, a lancé un « plan de retour à la compétitivité » assez drastique.  

 

 

L'Armorique (© : MICHEL FLOCH)

L'Armorique (© : MICHEL FLOCH)

 

 

La mise en œuvre du plan de retour à la compétitivité

 

 

L’ambiance reste donc difficile au sein de l’armement breton, qui a connu l’an dernier un conflit très dur entre la direction et certains syndicats. Dans ce contexte, le Comité d’entreprise de Brittany Ferries s’est réuni mardi afin de se voir présenter le projet d’accord sur le temps de travail du personnel navigant subalterne tel qu’il a été négocié depuis la signature d’un accord cadre le 17 octobre 2012. Toutefois, selon la compagnie, « faute d’avis préalable du Comité d’entreprise, le projet d’accord ne pourra pas être signé. En l’absence de signature et conformément à ce qu’avait annoncé la direction, l’accord-cadre du 17 octobre 2012 sera appliqué à compter d’avril 2013. Cet accord-cadre est nettement moins favorable que le projet proposé par la direction ».

Parallèlement, la compagnie rappelle que, dans le cadre du plan de retour à la compétitivité,  deux autres accords portant sur le temps de travail des personnels sédentaires et des personnels navigants officiers ont été signés en fin d’année 2012.

Face aux difficultés « structurelles » de l’entreprise, ses dirigeants explique que ce plan de retour à la compétitivité comporte deux volets, « un volet commercial avec une rationalisation de la

flotte et un volet social. Il a pour objectif de retrouver la productivité indispensable pour

envisager le développement de la compagnie et le renouvellement de sa flotte ».

C’est en obtenant un modèle économique plus « performant » que la direction, et derrière elle les actionnaires de l’armement, affirment qu’il est possible de redresser la barre et de lancer de nouveaux projets, comme la future ligne du Havre, ou encore le maintien en service du Cotentin, également annoncée à l’occasion du CE du 29 janvier.

Brittany Ferries