Vie Portuaire
Brittany Ferries veut rassurer Cherbourg

Actualité

Brittany Ferries veut rassurer Cherbourg

Vie Portuaire

Face aux inquiétudes sur la stratégie de Brittany Ferries concernant Cherbourg, Jean-Marc Roué a tenu, hier, à rassurer sur la volonté de l'armement de se maintenir dans le port normand. Alors que le nouveau Cap Finistère débute ses rotations avec Portsmouth, la décision de désarmer le Barfleur a, notamment, suscité des remous. « Dans des conditions économiques extrêmement dégradées, et je ne suis pas le seul à en faire le constat, Brittany Ferries a jugé impensable d'armer un navire supplémentaire sur les lignes au départ de Cherbourg et a décidé, en accord avec les collectivités publiques locales, le retrait du Barfleur. Malgré ce retrait, je tiens à souligner l'attachement et la fidélité de Brittany Ferries au port de Cherbourg. Contrairement aux propos de certaines organisations syndicales, il ne s'agit pas d'un pied de nez aux Cherbourgeois. J'ai bien entendu les craintes exposées par les personnes attachées à l'activité Transmanche de Cherbourg et je tiens à souligner que Brittany Ferries est la compagnie la plus attachée à ce port puisqu'elle y est présente sans discontinuer depuis 24 ans », a déclaré le président du Conseil de surveillance de Brittany Ferries, à l'occasion de l'inauguration du Cap Finistère.

Le trafic passagers a chuté de 30% en 10 ans

Reste que Brittany Ferries a réduit le nombre de ses traversées au départ de Cherbourg, ce qui inquiète localement. Pour expliquer les choix stratégiques de la compagnie, Jean-Marc Roué est revenu sur l'évolution du marché. Dans le domaine des passagers, une baisse 13 millions de clients, soit 30%, a été enregistrée en 10 ans pour le transport maritime et le tunnel sous la Manche. « Les causes principales de cette chute sont d'abord l'abolition du duty free qui générait une clientèle de « shoppers » attirés par l'achat de produits détaxés tant sur les navires qu'à terre, dans les agglomérations desservies par les ferries et la deuxième raison de ce déclin, c'est le développement des compagnies aériennes low cost qui ont fortement axé leurs ouvertures de lignes sur la relation Grande- Bretagne/Continent ». Face à cette situation, P&O Ferries a décidé de jeter l'éponge en 2005 et de se retirer de la Manche ouest et centrale. « Je me permets de rappeler qu'au départ de P & O, nous avions positionné à Cherbourg un navire rapide et préparé la succession du Coutances par la signature de la construction du Cotentin d'une capacité trois fois supérieure à celle du Coutances. Cette offre est aujourd'hui complétée par l'arrivée du Cap Finistère ».

Fret : « les capacités surdimensionnées pour le marché actuel »

Si le trafic passagers a connu un fort recul, le fret Transmanche a, en revanche, connu une belle croissance sur la décennie, en passant de 3 à 4 millions camions entre 1999 et 2008, soit une hausse d'environ 25%. « En 2009 toutefois, le marché s'est effondré d'environ 770.000 unités fret (18 %) revenant au niveau de 2003. Autrement dit, les capacités mises à disposition de cette croissance, à cette époque, par les différents opérateurs maritime et Tunnel sont surdimensionnées pour le marché actuel », a expliqué Jean-Marc Roué. Cherbourg n'a, malheureusement, pas échappé à ce renversement de tendance consécutif à la crise, sans compter un développement de la concurrence. « Jusqu'en 2008, le port a bénéficié de la croissance du marché fret, mais en 2009, comme ailleurs, le port de Cherbourg a perdu 20 % de son trafic bien que Brittany Ferries ait, au début de l'année 2008, multiplié par deux la capacité fret disponible au départ de ce port ».

Cap Finistère, Cotentin et Normandie Express

Dans ce contexte, la compagnie a été contrainte d'adapter son offre, a expliqué hier Jean-Marc Roué. Exit donc le Barfleur, qui assurait un service avec l'Angleterre depuis 1992. Pour la saison 2010, le fréteur Cotentin est maintenu entre Cherbourg et Poole à raison d'une à deux rotations quotidiennes. Le Cap Finistère effectuera, quant à lui, trois allers-retours par semaine avec Portsmouth, ce navire étant employé le reste du temps sur une ligne entre l'Angleterre et Santander. Enfin, le catamaran Normandie Express va assurer, pour cette saison 2010, 11 rotations par semaine avec Portsmouth, contre 6 l'an passé.

Port de Cherbourg