Marine Marchande

Actualité

Brittany Ferries: Vives tensions entre la direction et la CFDT

Marine Marchande

L'atmosphère est toujours tendue entre la direction de Brittany Ferries et le syndicat CFDT autour de l'accord d'entreprise sur la mise en place du plan d'austérité. Pour mémoire, la flotte de la compagnie bretonne est restée 10 jours à quai après un mouvement de grève déclenchée par le personnel navigant non officier, immédiatement suivi d'un lock-out de la direction. Un accord avait finalement été trouvé dans la nuit du dimanche 30 septembre après consultation du personnel, qui s'est exprimé en sa faveur à 59%. La CGT a signé l'accord tout en dénoncant dans un communiqué, un "vote exprimé sous la pression et la menace des actionnaires". Evoquant la situation financière présentée par les actionnaires, la CGT précise "qu'il n'était pas question qu'une poignée de représentants du personnel décidents seuls des suites à donner face à cet ultimatum imposé par les actionnaires. La CGT Brittany Ferries a toujours respecté la majorité exprimée. L'accord peut encore être dénoncé après signature sous un délai de 8 jours. Pour le moment nous n'avons pas de retours suffisants des personnels en ce sens. Au cas contraire, la CGT ne s'interdit pas ce type de démarche". De son côté, la CFDT a refusé de signer cet accord. Une semaine plus tard, la direction, dans un communiqué, déclare que "cette opposition hypothèque gravement l’avenir de l’entreprise. Pour mémoire, la direction de Brittany Ferries a présenté en comité d’entreprise Eextraordinaire le 8 juin 2012 un Plan de Retour à la Compétitivité, nécessaire pour le retour à l’équilibre des comptes après un déficit cumulé en 4 ans de 70 millions d'euros. Dès le 8 juin, actionnaires et direction ont rencontré tous les salariés navigants et sédentaires pour expliquer la situation économique de l’entreprise et les mesures du plan de retour à la compétitivité, indispensable à la pérennité de l’armement. Les dirigeants de la compagnie prennent acte de la volonté de la CFDT syndicat maritime Normandie de détruire Brittany Ferries, depuis 40 ans au service du désenclavement des territoires bretons et bas-normands". Une position totalement réfutée par les représentants syndicaux de la CFDT. "L'accord signé l'a été, en pleine nuit, avec, pour les salariés, une épée de Damoclès au-dessus de la tête", dénonce Christian Leblond, délégué syndical. "Nous ne voulons absolument pas détruire l'armement. Nous voulons simplement renégocier un accord qui est, en l'état, inapplicable, notamment sur les mesures touchant au temps de travail. Nous avons clairement indiqué à la direction que nous garantissions la paix sociale durant toutes la durée des négociations. Nous souhaitons par ailleurs la nomination d'un médiateur pour sortir de cette situation".

Brittany Ferries