Marine Marchande
Bröstrom France : Quel avenir pour la compagnie ?

Actualité

Bröstrom France : Quel avenir pour la compagnie ?

Marine Marchande

C'est la question que se posent actuellement les personnels de la société française. Suite à l'OPA menée par le groupe danois A.P. Moller-Maersk sur Bröstrom, une importante restructuration est en cours au niveau de la filiale française de la compagnie suédoise. Un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été présenté par la direction, 28 licenciements étant prévus sur un effectif de 45 personnes au siège parisien de Bröstrom France. Les membres du Comité d'Entreprise ont mandaté Secafi Alpha (expert-comptable) pour lancer une expertise. Le cabinet devra apprécier les différents éléments de justification du motif économique, étudier le projet de restructuration, analyser les mesures proposées dans le PSE, ainsi qu'accompagner le CE et aider dans la négociation des mesures du plan.
« Notre Direction s'est battue pour pérenniser le site de Paris. Ses démarches n'ont pas abouti. A nous aujourd'hui, membres du Comité de prendre la relève afin d'aboutir, via cette stratégie, à des solutions qui permettent à chacun de partir ou de rester, la tête haute », écrivent les élus dans une note de CE transmise cette semaine aux salariés. Des questions se posent aussi sur l'avenir du siège. « Le groupe Maersk est en pleine restructuration et ferme des entités dans le monde. On se pose des questions sur l'avenir du siège de Paris. Combien de temps va-t-il durer après le PSE ? », s'interroge Jean-Philippe Chateil, délégué au CE et représentant CGT chez Bröstrom France. L'inquiétude est également valable pour la flotte gérée par Bröstrom France, soit une vingtaine de navires, dont 9 immatriculé au Registre International Français. « Aujourd'hui, il y a environ 150 navigants français et, actuellement, les bateaux armés sous RIF comptent des équipages de 22 à 25 personnes. Or, sur les pétroliers de Maersk, on est plutôt entre 18 et 20... »
En attendant, les discussions se poursuivent autour du projet de PSE, qui ne concerne pas le personnel navigant. Une décision est attendue dans le courant du mois de juin.

Broström Tankers