Défense
Budget de la Défense : François Hollande joue sa crédibilité

Actualité

Budget de la Défense : François Hollande joue sa crédibilité

Défense

C’est bien parce qu’il en va de la crédibilité même du chef de l’Etat, sans parler de celle de la France, qu’on ne voit pas comment le gouvernement pourrait opérer de nouvelles coupes budgétaires au sein du ministère de la Défense.  Et pourtant, une âpre bataille se livre actuellement entre l’Hôtel de Brienne et Bercy, les jours à venir s’annonçant comme décisifs, dans les deux camps, pour obtenir la faveur de l’arbitrage de Matignon et de l’Elysée. Alors que Bercy réclame un effort supplémentaire aux armées dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros à réaliser entre 2015 et 2017, militaires et industriels jouent très gros. Tout comme le pays, puisque la défense contribue largement au rayonnement de la France et à son statut de grande puissance. Face à la levée de boucliers intervenue depuis une dizaine de jours, Manuel Valls a assuré, le 15 mai, que le chiffre de 2 milliards d’économies par an (de 2015 à 2017) avancé les jours précédents était « fantaisiste », refusant néanmoins d’avancer la moindre fourchette.  Certes, le premier ministre a affirmé que la nouvelle loi de programmation militaire était « totalement valable » et serait « mise en œuvre ». Mais il n’a rassuré personne, puisqu’il a immédiatement ajouté que « cela ne veut pas dire qu’il ne peut y avoir ici ou là des ajustements ».

 

 

Un président et un ministre personnellement engagés

 

 

François Hollande se retrouve en tous cas dans une situation très inconfortable. Le président de la République avait, en effet, assuré qu’après les sacrifices consentis pour élaborer la nouvelle loi de programmation militaire, votée à l’automne dernier par le parlement, le budget de la défense serait maintenu pour que la nouvelle LPM soit complètement exécutée. Son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’y est aussi fermement engagé, parvenant malgré les nouveaux coups de rabot à faire plus ou moins passer la pilule aux militaires, qui lui reconnaissent son