Défense
Budget de la Défense : Malgré les assurances de Valls, la méfiance demeure

Actualité

Budget de la Défense : Malgré les assurances de Valls, la méfiance demeure

Défense

La mobilisation générale du monde de la défense contre le spectre de nouvelles coupes budgétaires a semble-t-il porté ses fruits. Vendredi, le premier ministre, en marge d’un déplacement à Lyon dans le cadre de la campagne des Européennes, a assuré qu’il n’y aura « pas de remise en cause » de la loi de programmation militaire et qu’elle sera « totalement préservée », tout comme « les dépenses militaires » prévues. « Les armées ont déjà fait beaucoup d’efforts depuis des années, avec beaucoup d’économies. Ce sera encore le cas avec la LPM », a reconnu Manuel Valls, qui exclut désormais ouvertement que les militaires soient une nouvelle fois mis à contribution dans le cadre du nouveau plan d’économie de 50 milliards d’euros que le gouvernement entend mener entre 2015 et 2017. « La LPM doit être totalement préservée de ces nouveaux efforts », a martelé le chef du gouvernement, estimant qu’il était « temps de tourner la page de ce débat ».

Militaire, industriels et élus ont pris acte des assurances du premier ministre, même si beaucoup pensent que c’est le président de la République, chef des armées, qui aurait du mettre lui-même un terme à la polémique et, surtout, ne pas la laisser enfler. Mais François Hollande est resté silencieux sur ce dossier, alors même que c’est aux yeux de l’opinion publique l’un des grands domaines réservés du chef de l’Etat. Il en va de plus de sa crédibilité puisqu’il s’est personnellement engagé en promettant, au mois de janvier, que le budget de la Défense serait sanctuarisé.

 

 

Manuel Valls dans son rôle d’arbitre

 

 

Assez curieusement, l’Elysée avait fait savoir quelques heures avant les déclarations de Manuel Valls à Lyon que François

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française