Pêche
Bugaled Breizh : L'Ifremer remet en cause la thèse du BEA Mer

Actualité

Bugaled Breizh : L'Ifremer remet en cause la thèse du BEA Mer

Pêche

Dans l'affaire du naufrage du chalutier breton, intervenu le 15 janvier 2004 au large du cap Lizard, une nouvelle étude, menée cette fois par l'Ifremer, remet en cause les conclusions du Bureau Enquête Accident - Mer. Pour justifier la disparition mystérieuse du Bugaled Breizh, ce dernier avait avancé, en novembre 2006, la thèse de l'accident de pêche. Les experts estimaient que le chalut avait croché dans le sable, « élément déclenchant » d'une série de facteurs ayant entraîné le naufrage. Ce scénario avait été rejeté par les familles des cinq pêcheurs disparus, toujours convaincues qu'un sous-marin est à l'origine de la perte du Bugaled.
En août dernier, dans le cadre de l'information judiciaire, une nouvelle étude a été commandée à l'Institut Français de Recherche et d'Exploration de la Mer. Des simulations numériques ont été réalisées à Lorient pour comprendre le comportement du chalutier et celui de son train de pêche. Or, à l'issue de ces essais, le rapport de l'Ifremer a exclu la thèse avancée par le BEA-Mer. Cette information, révélée aujourd'hui par Le Marin, relance la polémique autour de la responsabilité d'un submersible, hypothèse qui ne serait, toutefois, pas mentionnée par l'Ifremer.

Procès Bugaled Breizh | Toute l'actualité sur le naufrage du chalutier breton