Pêche
Bugaled Breizh : Première audience en Angleterre ce vendredi

Fil info

Bugaled Breizh : Première audience en Angleterre ce vendredi

Ce vendredi, le tribunal de Truro, en Cornouailles anglaises, tient une audience préliminaire sur le dossier du Bugaled Breizh. Cette pré-audience annonce une enquête, une "Inquest", avec une vingtaine de témoins, dont certains seront cités à la barre. 

Pêche

Une pré-liste non-définitive d’une vingtaine de témoignages a, en effet, été établie en mai par le coroner, le juge chargé de la procédure anglaise. Ainsi, cinq personnes sont appelées à témoigner dans les semaines, voire les mois qui viennent. Parmi eux, des militaires de la Royal Navy : le manager général Simon Rabett et le commandant Cunningham, qui seront entendus pour «expliquer les opérations de sauvetage» le jour du naufrage; le commandant Beat, dont le coroner attend qu’il se prononce sur «la présence de sous-marins dans la zone du naufrage»; l’officier de police DS Barker sera là pour mesurer si toutes les enquêtes ont été bien menées et abouties, et une «personne appropriée» reste à nommer pour débattre du rapport du BEA Mer français.

Le plongeur de la Royal Navy cité, mais pas le commandant du Turbulent

Par ailleurs, le témoignage du plongeur de la Royal Navy, Brian Hall, est cité. C’est lui qui, le premier, s’est mis à l’eau et ses auditions ont toujours fait débat quant à la présence d’un ou deux radeaux de survie sur la zone du drame…

Outre les militaires, les sauveteurs anglais tels Philipp Harry Burgess devront décrire ce qu’ils ont vu et entendu ce jour-là. Seront également pris en compte les avis de docteurs et professeurs ayant autopsié les corps retrouvés.

Autres témoignages pris en compte : ceux de commandants de navires présents sur zone comme Martin Bunaby-Davies, patron du Anglian princess. Par contre, pour l’heure, Andrew Coles, le commandant du Turbulent, sous-marin suspect n°1 des familles des victimes, n’est pas mentionné dans la pré-liste.

Mais «l’inquest» anglaise ne fait que commencer. D’autres audiences seront à suivre. Après le non-lieu de la Justice en France, les familles des marins disparus espèrent trouver là une réponse à leur quête de vérité.

Le 15 janvier 2004, le Bugaled-Breizh avait coulé en moins d’une minute en Manche, alors que des exercices militaires sous-marins se tenaient sous contrôle de la Royal Navy.


> Ces Anglais qui doutent de leur Navy [Décembre 2008]
> À la rencontre d'Andy Coles [Décembre 2012]
Ce qu'Andrew Coles a dit à Thierry Lemétayer [Mars 2013]



Un article de la rédaction du Télégramme