Vie Portuaire
Calais : lancement des travaux du terminal d’autoroute ferroviaire

Actualité

Calais : lancement des travaux du terminal d’autoroute ferroviaire

Vie Portuaire

Le 8 juillet 2020, les travaux du terminal d’autoroute ferroviaire de CargoBeamer ont démarré en présence du président directeur général du groupe et de la maire de Calais. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

Jusqu’à présent, le terminal d’autoroute ferroviaire de Calais s’imposait comme un concept. Les choses ont évolué le 8 juillet avec le lancement des travaux par Hans-Jürgen Weidemann, Président directeur général de CargoBeamer France et Natacha Bouchart, Présidente de Calais Promotion, Maire de Calais, et vice-présidente de la Région Hauts-de-France.

Un chantier de 11 mois

Le chantier doit s’étendre sur une durée de 11 mois. Il comprendra la construction d’une plateforme bimodale de 5,7 hectares sur la zone Transmarck – Turquerie. La concrétisation de ce chantier intervient un an après l’obtention d’une aide financière européenne de 7 M€.

Deux voies ferrées pour six modules

Les travaux débuteront par l’aménagement de la plateforme et des infrastructures de base. Deux voies ferrées parallèles équiperont le terminal. D’une longueur de 350 m, elles sont destinées au chargement des semi-remorques. Dans un premier temps, elles seront munies de six modules de transbordement automatisés et d’un espace de manutention à grue télescopique. Dans un second temps, « lorsque le terminal aura atteint son rythme de croisière », précise le p-dg de Cargo Beamer, 12 modules supplémentaires compléteront l’ensemble.

Fonctionnement optimal en 2023

Le terminal atteindra son fonctionnement optimal en 2023 avec ses 18 modules de transbordement automatisés. Il sera en mesure de charger un train complet en 20 minutes. Deux voies de triage serviront à la composition des trains. Un parking de 150 places accueillera le stockage temporaire de semi-remorques. La société Dembo-ING basée à Calais a été retenue par CargoBeamer France pour l’assistance de la maîtrise d’ouvrage.

Un pôle logistique à un carrefour

Ce terminal d’autoroute ferroviaire s’inscrit dans les investissements réalisés sur la place calaisienne. Il est le quatrième projet à être sorti de terre. Il présente plusieurs atouts et notamment son accessibilité aux réseaux routier et ferroviaire, la proximité du port de Calais et du Tunnel sous la Manche. Cette plate-forme réunit toutes les conditions pour capter et valoriser les flux de marchandises avec le Royaume-Uni.

Un développement anticipé

Plusieurs entreprises misent déjà sur ce terminal. En effet, la société calaisienne RDV Transport a investi 6,5 M€ dans son nouveau site. Elle table sur le développement du transport non accompagné vers la Grande-Bretagne grâce notamment au déploiement des autoroutes ferroviaires. Elle a été suivie par la SAS Les Estuaires. Celle-ci inaugurera son parking sécurisé pour poids lourds et sa station de lavage déployés sur 5 ha. Avec ce projet, elle vient renforcer les services aux transporteurs existants dont les besoins devraient augmenter avec les contraintes liées à la mise en place du Brexit.

Enfin, dans une logique de diversification de l’offre logistique et de services, Liqvis, filiale de l’énergéticien allemand Uniper, a choisi Calais pour ouvrir fin 2020 sa première station-service GNL publique française sur le site. Elle s’inscrit dans une demande croissante des transporteurs pour des énergies plus propres.

 

Port de Calais