Défense
Campagne de tir en Atlantique pour le SNLE Le Terrible

Actualité

Campagne de tir en Atlantique pour le SNLE Le Terrible

Défense

Le nouveau sous-marin nucléaire lanceur d'engins français vient de mener une campagne d'essais en Atlantique. Des exercices de tir ont, notamment, été réalisés avec une maquette de missile M51. Au cours de d'une manoeuvre, qui s'est déroulée samedi dernier au large de la pointe du Finistère, la maquette a coulé, son dispositif de flottabilité n'ayant pas fonctionné. L'engin, inerte (c'est-à-dire dépourvu de charge militaire), sera récupéré dans les prochains jours, a précisé hier la Délégation Générale pour l'Armement (DGA). Cette petite mésaventure, sans conséquence, ne remettrait pas en cause le programme d'essais du SNLE, qui représente à ce jour le bâtiment militaire le plus complexe jamais réalisé par l'industrie française. Construit par le site DCNS de Cherbourg, Le Terrible a quitté son bassin d'armement en janvier dernier, afin de débuter ses essais en mer. Il s'agit notamment de tester le nouveau système de combat dont est doté le sous-marin. Celui-ci sera également le premier à mettre en oeuvre le nouveau missile balistique M51, qui remplacera le M45 actuellement embarqué sur les trois premiers SNLE de la série (Le Triomphant, Le Téméraire et Le Vigilant). Long de 12 mètres pour un diamètre de 2.3 mètres et une masse de 56 tonnes, le nouveau missile, capable d'embarquer jusqu'à 6 têtes nucléaires, aura une portée d'environ 9000 kilomètres. Chaque SNLE embarquera 16 missiles de ce type, soit une puissance équivalente, pour chaque bateau, à environ 1000 fois la bombe d'Hiroshima.
Après avoir « perdu » sa maquette, Le Terrible est rentré à l'Ile Longue pour le démontage de ses équipements de tir expérimentaux. Il va ensuite revenir à Cherbourg où il subira, le mois prochain, une période d'entretien de deux mois.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense