Marine Marchande
Cargo échoué : Un nouveau phare aux Sables d'Olonne

Actualité

Cargo échoué : Un nouveau phare aux Sables d'Olonne

Marine Marchande

Une semaine après avoir été jeté sur la plage des Sables d'Olonne par la tempête, le cargo néerlandais Artemis a des allures de phare à la nuit tombée. Echoué après avoir raté l'entrée du port vendéen, le navire n'a pu être dégagé par l'Abeille Languedoc, toutes les tentatives s'étant soldées par une rupture de la remorque. « D'un point de vue réglementaire, le préfet maritime de l'Atlantique et le préfet de Vendée ont mis successivement en demeure l'armateur de faire cesser le danger lié à la situation actuelle. Ce dernier étudie avec LAI un plan de déséchouement consolidé qui sera présenté aux autorités le 20 mars », indique la préfecture maritime de l'Atlantique. Aux Sables d'Olonne, tout le monde espère que la société Les Abeilles International, chargée par l'armateur du sauvetage de son navire, parviendra à l'extraire de la plage à l'occasion des prochaines grandes marées, en avril.

 (PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)
(PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)

L'opération n'a, en tous cas, rien de simple, l'Artemis ayant été jeté sur le rivage par une puissante houle, alors que la marée était haute et son coefficient très élevé (106). S'il n'est pas parvenu à le dégager la semaine dernière, le puissant remorqueur de LAI a, quand même, réussi à le déplacer de quelques mètres. Un premier bout de chemin pour retrouver une mer aussi proche que difficile d'accès. En attendant une nouvelle tentative, le mois prochain, les autorités ont demandé à l'armateur de prendre des mesures conservatoires destinées à préserver l'intégrité et la sécurité du navire, et à prévenir tout risque de pollution. Aux Sables, et notamment à la mairie, on craint en effet que la grande plage, joyaux touristique de la cité balnéaire, ne soit dégradée par le cargo et les opérations de déséchouage. Le maire a, d'ailleurs, fait constater l'état de la plage par un huissier.

 (PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)
(PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)

Selon la préfecture maritime, les soutes de gazole de propulsion situées dans les fonds vont être vidangées, représentant 32 m3 sur les 42 m3 actuellement à bord. Les 10 m3 restants seront maintenus dans un réservoir central du bateau pour laisser une source d'énergie à bord. Dans le même temps, pour empêcher tout déplacement intempestif, l'Artemis a été alourdi par ballastage (remplissage de soutes avec de l'eau), et un dispositif d'amarrage va être mis en place. Enfin, pour des raisons de sécurité, un arrêté va être pris pour interdire l'approche du navire et de ses lignes d'amarrage. Le bateau, planté devant le remblai des Sables d'Olonne a, en effet, attiré des milliers de curieux depuis une semaine. Lors des tentatives de dégagement, il y avait même foule pour observer cet étonnant spectacle. Faute de mieux, les Vendéens, et notamment les commerçants des Sables, y ont semble-t-il gagné un site touristique provisoire.

 (PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)
(PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)

 La foule sur le remblai des Sables (PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)
La foule sur le remblai des Sables (PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)

 L'Abeille Languedoc (PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)
L'Abeille Languedoc (PHOTO : Marine nationale / MT Johann PESCHEL)

Pollution en mer et accidents