Croisières et Voyages

Actualité

Carnival adopte une série de mesures suite à l’affaire du Triumph

Suite à l’incident du Carnival Triumph, qui s’est retrouvé privé d’énergie le mois dernier suite à un incendie dans ses machines, Carnival Cruise Lines a révélé une première série de mesures. La compagnie américaine annonce qu’elle va lancer des investissements significatifs dans l’amélioration des systèmes embarqués.  L’objectif est de renforcer la redondance et d’accroître l’étendue des services d’hôtellerie pouvant fonctionner grâce aux générateurs de secours des navires. Le Carnival Triumph s’était en effet non seulement retrouvé sans propulsion, mais la plupart des toilettes, de la restauration et la climatisation étaient également inopérantes, laissant ses 3143 passagers (et 1086 membres d’équipage) dans des  conditions de vie épouvantables. Cela pendant les cinq jours durant lesquels le paquebot a attendu de regagner un port en remorque. D’où la nécessité, pour CCL, confrontée à une forte vague de critiques aux Etats-Unis suite à l’affaire très médiatisée du Triumph, de prendre des mesures afin de pouvoir maintenir un minimum de confort en cas d’avarie. L’armateur a, également, annoncé le renforcement de la prévention des incendies, la détection des départs de feu et  leur neutralisation.

 

 

Chantiers allongés pour le Triumph et le Sunshine

 

 

Ces mesures s’appliqueront d’abord sur le Carnival Triumph et le Carnival Sunshine. Le premier, arrivé au port de Mobile dans la nuit du 14 au 15 février, ne reprendra du service que le 6 juin, une fois les réparations effectuées et les améliorations intégrées. Cela implique un rallongement de la durée du chantier et l’annulation de 10 croisières supplémentaires, s’ajoutant aux 16 déjà supprimées depuis l’accident, le 10 février. Le Carnival Sunshine (ex-Carnival Destiny) va également bénéficier de ces avancées à l’occasion de sa refonte opérée chez Fincantieri, en Italie. Là aussi, les travaux entrainent un allongement de l’immobilisation du navire, qui ne rembarquera des passagers que le 5 mai, ses deux premières croisières en Europe prévues à l’issue de sa rénovation venant d’être annulées.  Alors qu’un comité d’experts planche toujours sur l’amélioration de la sécurité et du confort à bord des paquebots de CCL en cas d’incident, le déploiement des nouvelles mesures sur l’ensemble de la flotte prendra du temps. Le coût de l’opération pourrait atteindre 700 à 800 millions de dollars.

Carnival