Disp POPIN non abonne!
Construction Navale

Actualité

Carnival : Commande de 9 paquebots confirmée chez Fincantieri et Meyer Werft

Construction Navale
Croisières et Voyages

Le groupe américain Carnival Corporation a confirmé jeudi soir le lancement d’un nouveau plan d’investissement de grande ampleur. Il porte, dans un premier temps, sur la construction de 9 nouveaux paquebots destinés à ses différentes filiales. Des accords stratégiques de partenariat à long terme ont été signés en ce sens avec l’Italien Fincantieri, qui réalisera cinq navires dans ses chantiers de Monfalcone et Marghera, mais aussi le groupe allemand Meyer Werft. Ce dernier verra ses sites de Papenburg (Allemagne) et Turku (Finlande) produire quatre paquebots.

Livraisons entre 2019 et 2022

Bénéficiant de nouveaux designs, adaptés aux standards des filiales au profit desquelles ils seront exploités, ces navires, dont les caractéristiques techniques n’ont pas encore été dévoilées, doivent être livrés entre 2019 et 2022. Les contrats seront par ailleurs assortis d’options pour des unités supplémentaires.

Carnival indique que ces paquebots de nouvelle génération sont destinés à opérer en Amérique du nord, en Europe mais aussi sur les marchés émergeants, dont la Chine. Bien qu’aucune confirmation n’ait encore été apportée, ces unités devraient être de grande taille, la rumeur évoquant notamment des mastodontes d’environ 175.000 GT de jauge pour Costa Croisières, l’une des filiales du croisiériste américain, qui partage traditionnellement les designs de ses navires avec d’autres compagnies du groupe, à commencer par Carnival Cruise Lines (CCL).

Un leader fort d’une centaine de paquebots

Pour mémoire, Carnival Corporation, leader mondial de la croisière, aligne une flotte de plus de 100 paquebots répartis au sein de 9 filiales : CCL, Costa, AIDA Cruises, Holland America Line (HAL), Princess Cruises, P&O Cruises, P&O Australia, Cunard et Seabourn.

Alors que P&O Cruises vient de mettre en service son nouveau fleuron, le Britannia (141.000 GT, 3647 passagers), réalisé par Fincantieri, le groupe Carnival compte déjà, sans parler des 9 unités annoncées ce jeudi, 9 autres navires en commande. Les chantiers japonais Mitsubishi Heavy Industries livreront cette année et l’an prochain l’AIDAprima et son sistership (125.000 GT, 3250 passagers) à AIDA Cruises, alors que CCL réceptionnera en 2016 et 2018 deux unités du type Carnival Vista (133.500 GT, 3954 passagers). Ces navires ont été commandés à Fincantieri, tout comme le Koningsdam et son jumeau (99.500, 2660 passagers) prévus pour rejoindre la flotte d’HAL en 2016 et 2018. Les chantiers italiens vont également achever en 2017 un paquebot de 143.000 GT et 3560 passagers pour Princess Cruises, ainsi que les Seabourn Encore et Seabourn Ovation (40.350 GT, 604 passagers), attendus par Seabourn en 2016 et 2018.

Client historique de Fincanteri 

Carnival est le principal client de Fincantieri, qui a livré en 25 ans pas moins de 67 navires au groupe américain. Ce dernier n’a, en réalité, fait que très rarement affaire avec d’autres constructeurs. Les seuls exemples récents sont le Queen Mary 2 de Cunard, livré en 2003 par les chantiers de Saint-Nazaire, ainsi que les dernières unités d’AIDA Cruises, la filiale allemande du groupe. Celle-ci a fait construire les sept unités de la classe Sphinx (2007 – 2013) chez Meyer Werft, avant que l’AIDAprima et son sistership soient commandés au Japon. Compte tenu des très grandes difficultés rencontrées par MHI sur la tête de série, qui accuse six mois de retard et d’importants surcoûts, il ne serait d’ailleurs pas étonnant que Carnival revienne vers les chantiers européens. En dehors du géant américain, Fincantieri compte d’autres clients, comme Regent Seven Seas, désormais filiale du groupe Norwegian Cruise Line Holding, auquel il livrera l’an prochain le Seven Seas Explorer (54.000 GT, 738 passagers). Il y a aussi le Lyrial (10.700, 264 passagers) de Ponant, qui sera opérationnel mi-avril.  Les chantiers italiens réalisent par ailleurs les premiers paquebots de l’armateur Viking Cruises, leader mondial des croisières fluviales et qui va réceptionner tout prochainement le Viking Star (47.800 GT, 930 passagers), qui sera suivi en 2016 par ses deux premiers sisterships, les Viking Sky et Viking Sea. Le contrat comporte une option pour un navire supplémentaire, l’armateur ayant récemment indiqué que son objectif était à terme de constituer une flotte de 10 paquebots. Fincantieri est aussi parvenu à inclure MSC Cruises, client historique de Saint-Nazaire, dans son portefeuille de clients. En plus de la jumboisation des quatre unités des types Armonia et Lirica, le constructeur italien livrera en 2017 et 2018 deux navires du type Seaside (154.000 GT, 4140 passagers), la commande comprenant une option pour un troisième bateau.

Grace aux nouveaux paquebots de Carnival, Fincantieri va pouvoir remplir son carnet de commandes au-delà de 2018.

Meyer Werft consolide Papenburg et remplit Turku

Il en va de même pour Meyer Werft, dont le site de Papenburg tourne à plein régime. Après la livraison fin avril de l’Anthem of the Seas (168.600, 4180 passagers) à Royal Caribbean International, le chantier allemand achèvera en 2016 un navire identique, l’Ovation of the Seas. Entretemps, il aura livré en octobre de cette année le Norwegian Escape (164.600, 4200 passagers), premier d’une série de quatre unités dont les trois sisterships entreront en service en 2017, 2018 et 2019. Quant à Meyer Turku, il terminera le mois prochain le Mein Schiff 4 (99.700 GT, 2500 passagers), second des quatre nouveaux paquebots commandés par TUI Cruises. Les deux suivants sont livrables en 2016 et 2017. Le chantier finlandais va également construire un grand ferry propulsé au gaz naturel liquéfié que la compagnie estonienne Tallink doit réceptionner début 2017.

40 navires à construire d’ici 2022 par les chantiers européens

Après une période difficile, à l’exception de Papenburg qui fut le seul à passer la crise sans difficulté majeure, le carnet de commandes des chantiers européens reprend donc sérieusement des couleurs. Si l’on considère que les navires sont aujourd’hui globalement bien plus gros qu’il y a 10 ans, on s’achemine même droit vers un record historique de commandes. Ainsi, avec les 9 nouveaux paquebots de Carnival, au moins 40 navires, pour une valeur de plus de 25 milliards d’euros, vont sortir d’ici 2022 des formes de construction en Italie, en Allemagne, en Finlande mais aussi dans l’Hexagone.  

STX France est en effet chargé jusqu’en 2020, avec notamment deux unités de la classe Oasis of the Seas (227.000 GT, 5400 passagers) livrables en 2016 et 2018 à RCI. Saint-Nazaire va aussi réaliser les deux paquebots du type Vista de MSC Cruises (167.600, 4500 passagers) prévus pour sortir en 2017 et 2019 (avec un contrat comprenant une option pour deux unités supplémentaires) et les deux nouveaux navires de 117.000 GT et 2900 passagers du projet Edge de Celebrity Cruises, qui doivent être achevés en 2018 et 2020. 

Carnival Fincantieri Meyer Werft