Croisières et Voyages
Carnival prend livraison de son 100ème paquebot

Actualité

Carnival prend livraison de son 100ème paquebot

Croisières et Voyages

Leader mondial de la croisière, Carnival Corporation & PLC atteint, cette semaine, un cap historique. Le 1er mai, le groupe américain inaugurera son 100ème navire de croisière, un évènement célébré dès aujourd'hui par un toast au champagne sur tous les bateaux de la flotte. Le centième paquebot du groupe est le Carnival Magic, livré mercredi par les chantiers Fincantieri de Monfalcone, en Italie. Le mastodonte, qui sera baptisé dimanche à Venise par sa marraine, Lindsey Wilkerson (devant 3700 invités), est le plus gros paquebot réalisé jusqu'ici en Italie et le plus imposant de la flotte Carnival. Sistership du Carnival Magic, livré en 2009, le Carnival magic mesure 306 mètres de long pour 37 mètres de large. Affichant une jauge de 130.000 tonneaux, il dispose d'un peu plus de cabines que son aîné, soit 1845 au total (dont 60% extérieures), pour une capacité en base double de 3690 passagers. Avec son équipage, le navire peut transporter plus de 6000 personnes. Après avoir passé l'été en Méditerranée, le nouveau navire amiral de Carnival Cruise Lines (CCL) rejoindra les Etats-Unis et le port de Galveston pour la saison hivernale.

Le Carnival Magic  (© : FINCANTIERI)
Le Carnival Magic (© : FINCANTIERI)

Le Carnival Magic à Venise le 30 avril  (© : GUILLAUME RUEDA)
Le Carnival Magic à Venise le 30 avril (© : GUILLAUME RUEDA)

Le Carnival Magic à Venise le 30 avril  (© : GUILLAUME RUEDA)
Le Carnival Magic à Venise le 30 avril (© : GUILLAUME RUEDA)

Le Carnival Magic à Venise le 30 avril  (© : GUILLAUME RUEDA)
Le Carnival Magic à Venise le 30 avril (© : GUILLAUME RUEDA)

Le Carnival Magic à Venise le 30 avril  (© : GUILLAUME RUEDA)
Le Carnival Magic à Venise le 30 avril (© : GUILLAUME RUEDA)

Le Carnival Magic  (© : CCL)
Le Carnival Magic (© : CCL)

Le Carnival Magic  (© : CCL)
Le Carnival Magic (© : CCL)

Le Carnival Magic  (© : CCL)
Le Carnival Magic (© : CCL)

Le Carnival Magic  (© : CCL)
Le Carnival Magic (© : CCL)

Une saga qui débute en 1972

Avec l'entrée en flotte du Carnival Magic, Carnival Corporation navigue avec une grosse longueur d'avance sur ses concurrents, les perspectives de croissance importantes devant lui permettre, à l'avenir, de développer encore son outil naval. L'aventure de la compagnie américaine, qui sera bientôt quarantenaire, débute avec le père de Micky Arison, l'actuel président du groupe. Homme d'affaire israélo-américain, Ted Arison fonde avec l'armateur norvégien Knut Kloster, en 1966, la compagnie Norwegian Cruise Line. La lune de miel entre les deux hommes ne dure toutefois que quelques années, Ted Arison décidant finalement de poursuivre seul ses projets. En 1972, il crée aux Etats-Unis Carnival Cruise Lines. La saga commence avec un premier navire, le Mardi Gras. Construit pour la compagnie Canadian Pacific sous le nom d'Empress of Canada, ce liner de 168 mètres et 27.250 tonneaux réalise sa première traversée entre l'Angleterre et le Canada en 1961. Onze ans plus tard, après avoir effectué 121 transatlantiques, le navire est vendu à CCL, qui lui fait arborer une grande cheminée tricolore, devenant le symbole de la compagnie. Le Mardi Gras, qui propose des traversées dans les Caraïbes, est un succès et participe au début du vaste engouement américain pour les croisières.

Le Mardi Gras  (© : CCL)
Le Mardi Gras (© : CCL)

Une incroyable succession de reprises

A la fin des années 80, Ted Arison parvient à augmenter le capital de son entreprise et à lever des fonds permettant son expansion. En 1989, CCL réalise sa première grande opération, en reprenant la célèbre compagnie néerlandaise Holland America Line et sa filiale Windstar (revendue en 2007). Trois ans plus tard, en 1992, Carnival s'offre la compagnie de luxe Seabourn. L'année suivante, Carnival Corporation est né. Sa montée en puissance va se poursuivre à un rythme soutenu. En 1998, Cunard Line, la compagnie britannique plus que centenaire, tombe dans l'escarcelle du groupe américain, dont le fondateur décède l'année suivante. Digne successeur de son père, Micky Arison continue de développer le groupe. En 2000, c'est l'armement italien Costa Crociere, à la faveur du projet des navires de 1000 cabines Costa Victoria et Costa Olympia (commande ambitieuse mais que Costa ne pourra supporter financièrement), qui est repris par Carnival. La conquête des grands noms de la croisière ne s'arrête pas là puisqu'en 2003, un coup de maître est réalisé avec la prise de contrôle de P&O Princess. Cet autre fleuron de la marine marchande britannique, leader sur le marché anglais, intègre le groupe Carnival avec ses filiales (P&O Cruises, P&O Australia, Princess Cruises, Ocean Village et AIDA Cruises). Enfin, Carnival s'implante sur marché ibérique en 2007, en créant avec le groupe espagnol Orizonia la compagnie Ibero Cruceros.

Le Queen Mary 2  (© : CUNARD LINE)
Le Queen Mary 2 (© : CUNARD LINE)

Développements multi-segments

Reprises par un groupe solide et capable de lancer d'importants investissements, les différentes compagnies, devenues filiales, vont connaître de profonds changements. C'est par exemple le cas de Cunard, qui voit ses vieux Queen Elizabeth 2 et Caronia remplacés par des unités neuves : Le Queen Mary 2 en 2003, le Queen Victoria en 2007 et le Queen Elizabeth en 2010. La compagnie allemande AIDA Cruises, reprise en 1999 par P&O et placée sous la responsabilité de Costa en 2004, bénéficie quant à elle d'investissements considérables. Plus de 3 milliards de dollars ont été mobilisés pour commander six nouveaux paquebots de 1000 cabines spécialement conçus pour le marché allemand et livrables entre 2007 et 2012. P&O, Princess, HAL et Seabourn, sans oublier CCL, reçoivent également des navires neufs, alors que la création d'Ibero Cruceros permet de basculer sur le marché espagnol d'anciennes unités, comme les Carnival Celebration et Carnival Holiday. Sous l'ère Carnival, l'une des principales filiales du groupe américain, Costa, voit son activité décuplée. Alors qu'en 2000, la compagnie italienne n'avait transporté « que » 363.000 passagers, elle en accueille plus de 2 millions en 2010. Leader européen du marché et pionnière dans la croisière, avec 60 ans d'expérience dans ce secteur, ce fleuron maritime italien a bénéficié à plein des capacités financières de sa maison-mère. Le dernier programme en date a vu la commande pour 2.4 milliards d'euros de cinq paquebots (Costa Luminosa, Costa Deliziosa, Costa Pacifica, Costa Favolosa et Costa Fascinosa) de 2800 à 3800 passagers, livrables entre 2009 et 2012.

Le Nieuw Amsterdam d'HAL  (© : FINCANTIERI)
Le Nieuw Amsterdam d'HAL (© : FINCANTIERI)

Des filiales autonomes

Des voyages de luxe au mass-market, de l'ambiance traditionnelle au club de vacances, Carnival s'est développé sur la plupart des segments la croisière. En reprenant de grands noms du monde maritime, le groupe a développé une stratégie de marques multidomestique lui permettant, après avoir conquis le marché américain, de diversifier sa croissance à l'international, et plus particulièrement en Europe. Sur le vieux continent, il dispose de filiales dans les quatre pays où la croisière est la plus populaire (Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne), ce qui lui assure de solides parts de marché. Les différentes compagnies, bien que placées sous la coupe de la maison-mère pour les investissements, disposent pour la plupart d'une véritable autonomie et conservent toutes leur propre identité, ce qui ne les a pas empêché d'évoluer en adoptant les grands standards américains, par exemple sur la gestion et les opérations. En matière de flotte, CCL est la filiale la plus importante, avec 23 navires en service. Suivent Princess (17 navires), Holland America (15 navires), Costa (14 navires), AIDA (8 navires), P&O (7 navires), Cunard (3 navires), P&O Australia (3 navires), Seabourn (5 navires) et Ibero (4 navires). On notera que ce total amène à 99 paquebots, y compris le Carnival Magic, et non à 100. Cette différence tient, en fait, à la cession, ce mois-ci, de l'Artemis de P&O, vendu à l'Allemand Phoenix Reisen. Ce départ sera compensé par la mise en service, en mai, du Seabourn Quest.

Le Costa Deliziosa et Costa Luminosa en 2009  (© : FINCANTIERI)
Le Costa Deliziosa et Costa Luminosa en 2009 (© : FINCANTIERI)

Partenariat stratégique avec Fincantieri

Si Carnival laisse donc une bonne marge de manoeuvre à ses filiales, le groupe a su profiter d'importantes synergies entre les différentes sociétés. A ce titre, le cas des constructions neuves est particulièrement édifiant. En effet, autant que faire se peut, Carnival décline des designs de navires pour différentes compagnies. Ce fut le cas au début des années 2000 avec les Costa Atlantica et Costa Mediterranea, construits en Finlande et dérivés des quatre Carnival Spirit de CCL. Puis ce fut au tour des Costa Magica (deux unités) et Costa Concordia (cinq unités), tous conçus à partir des plans des six paquebots de la classe Carnival Conquest. Les Costa Luminosa et Costa Deliziosa adoptent, quant à eux, la même coque que le Queen Victoria et le Queen Elizabeth de Cunard, ainsi que les Eurodam et Nieuw Amsterdam d'HAL. Quant à P&O Cruises, c'est le modèle des derniers navires de Princess Cruises qui a servi pour le projet des Ventura et Azura. A chaque fois, les livrées extérieures et les cheminées sont aux couleurs de chaque compagnie, les intérieurs étant eux aussi adaptés, en termes de décoration, aux spécificités des différentes filiales et de la clientèle visée. Mais le recours à des coques identiques a permis de réaliser de longues séries de paquebots, dont la conséquence fut une réduction des coûts de développement et de production. Fincantieri est sorti grand gagnant de cette stratégie. En nouant un partenariat très fort avec le constructeur et l'Etat italien, qui ont en parallèle su trouver des solutions financières séduisantes, Carnival a pu, rapidement, se constituer une flotte gigantesque. Ainsi, le Carnival Magic est le 52ème navire de croisière réalisé par Fincantieri pour le géant américain en seulement 21 ans.

L'AIDAsol  (© : MEYER WERFT)
L'AIDAsol (© : MEYER WERFT)

Des opportunités pour les autres constructeurs

Même si l'essentiel des commandes part chez Fincantieri depuis 20 ans, le groupe de Micky Arison ne met pas tous ses oeufs dans le même panier. Alors que les Carnival Spirit et Costa Atlantica ont été réalisés en Finlande, les chantiers de Saint-Nazaire ont livré, en 2003, le Queen Mary 2. Mais, depuis, Français et Finlandais ne sont pas parvenus à reconquérir leur ancien client. L'Allemand Meyer Werft, en revanche, réalise toujours les nouveaux paquebots d'AIDA. Le choix du chantier de Papenburg a peut-être été dicté initialement pour des raisons locales mais, depuis, Meyer Werft a fait la preuve de sa compétence en livrant des paquebots particulièrement réussis, dont le dernier AIDAsol, entré en service ce mois-ci. Le constructeur génois T. Mariotti est, lui-aussi, parvenu à séduire Carnival, en décrochant la commande des trois derniers navires de Seabourn, les Odyssey, Sojourn et Quest, dont le dernier sera livré le mois prochain. La réalisation à Gênes de ces bateaux s'est faite aux dépends de Fincantieri, qui s'est pourtant également positionné sur les unités de luxe. Ce contrat montre en tous cas que pour Fincantieri, rien n'est acquis, même après deux décennies de relations avec son client américain. Ce dernier rappelle d'ailleurs, régulièrement, qu'il ne s'interdit pas de passer commande ailleurs et est même allé jusqu'à consulter des chantiers asiatiques sur différents projets.

Le Seabourn Sojourn  (© : T. MARIOTTI)
Le Seabourn Sojourn (© : T. MARIOTTI)

85.000 employés et plus de 15 milliards de chiffre d'affaires

En 29 ans, la famille Arison est parvenue à édifier un empire colossal dans le secteur du voyage maritime. Avec 85.000 employés (dont 75.000 pour les équipages) à travers le monde et 100 navires en flotte, le groupe distance très largement ses concurrents. Le numéro 2 de la croisière, l'Américain Royal Caribbean Cruises (qui regroupe RCI, Celebrity, Azamara, Pullmantur, Croisières de France) aligne 40 navires, alors que Norwegian Cruise Line, numéro 3 du secteur, compte 11 paquebots, au coude à coude avec MSC Cruises qui dispose du même nombre de navires. Cela signifie donc que les flottes combinées de RCC, NCL et MSC représentent seulement 62% de celle de Carnival, la proportion étant légèrement inférieure en termes de capacités. Côté financier, le leader incontesté de la croisière a vu son activité augmenter significativement. En 2010, le chiffre d'affaires de Carnival Corporation s'élevait à 14.47 milliards de dollars, les bénéfices atteignant 1.98 milliard de dollars. Le groupe transporte chaque jour environ 270.000 personnes, soit 8.5 millions de passagers par an.
Et, dans les prochaines années, ces résultats vont continuer de croître, au fil de la mise en service de nouveaux navires.

Vue du futur Royal Princess  (© : PRINCESS CRUISES)
Vue du futur Royal Princess (© : PRINCESS CRUISES)

Huit navires à livrer et de nouvelles commandes en perspective

En dehors du Seabourn Quest le mois prochain, Carnival attend la livraison du Costa Favolosa début juillet. L'année 2012 verra la livraison du Carnival Breeze, du Costa Fascinosa et de l'AIDAmar. Un autre navire pour AIDA est attendu en 2013, ainsi que l'entrée en flotte du Royal Princess, le premier des deux navires commandés l'an dernier à Fincantieri et destinés à Princess Cruises. Ces mastodontes de 141.000 tonneaux et 3600 passagers sont d'une nouvelle classe. L'ensemble, soit 8 navires au total, permettra d'augmenter les capacités du groupe de plus de 21.700 lits (base double).
Bien que la croisière ait connu un essor considérable ces dernières années, les commandes de nouveaux navires ont diminué depuis 2007. Cela tient à plusieurs facteurs, comme la nécessité de « digérer » les nombreux paquebots déjà commandés, le renchérissement des matières premières ou encore les difficultés à financer de nouveaux projets suite à la crise de 2008/2009. Malgré tout, Carnival n'a jamais cessé d'investir, avec au moins un nouveau contrat signé chaque année. Pour 2011, on s'attend d'ailleurs à de nouveaux investissements. Le groupe doit, notamment, prévoir la poursuite de la croissance de Costa, pour laquelle une paire de nouvelles unités est en projet, ainsi que de nouveaux navires pour HAL, sans oublier d'autres filiales, comme CCL et AIDA.

L'Azura, de P&O Cruises (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)
L'Azura, de P&O Cruises (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)

Carnival | Toute l'actualité du leader mondial de la croisière