Défense
Cassard, Jean Bart : que faire des radars ?

Actualité

Cassard, Jean Bart : que faire des radars ?

Défense

Les deux frégates antiaériennes du type F70 AA de la Marine nationale sont en fin de vie. Alors que le Cassard, mis en service en 1988, a effectué sa dernière navigation et est entré dans le processus de désarmement, le Jean Bart, qui date de 1991, doit tirer sa révérence au printemps 2021. Quelques équipements pourront être récupérés sur ces bâtiments. On peut penser aux deux lanceurs Sadral, qui pourraient en cas de besoin équiper les deux La Fayette non modernisées au cas où celle-ci seraient vendues (les trois rénovées auront les Sadral provenant de F 70 ASM). Mais il y a surtout la question des SMART-S. Le Cassard et le Jean Bart ont en effet été équipés, lors d’une ultime remise à niveau en 2012 et 2014, d’un radar de ce type qui a remplacé le DRBJ 11B d’origine. Un système récent qui, évidemment, ne va pas partir au rebut moins de 10 ans après sa livraison par Thales. Plusieurs options sont actuellement envisagées quant au devenir de ces senseurs, sachant que seul un autre bâtiment de la flotte française, le Charles de Gaulle, est équipé d’un SMART-S (qui a aussi remplacé le DRBJ 11B lors du second arrêt technique majeur du porte-avions). Parmi les pistes évoquées, il y pourrait y avoir une éventuelle reprise par Thales en vue d’une revente des radars à une autre marine. Une autre possibilité serait de profiter de la disponibilité de ces matériels pour les installer sur les deux premiers bâtiments ravitailleurs de forces (BRF) qui vont être construits à Saint-Nazaire et seront livrés en 2023 et 2025. Les deux autres, qui suivront en 2027 et 2029, disposeraient alors de radars neufs.

 

Le Cassard avec son ancien DRBJ-11B sous radôme 

Le Cassard avec son ancien DRBJ-11B sous radôme (© : MICHEL FLOCH)

Le Cassard avec le radar SMART-S 

Le Cassard avec le radar SMART-S (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Marine nationale