Croisières et Voyages
CDF : L'Horizon et le Zenith mis en vente

Actualité

CDF : L'Horizon et le Zenith mis en vente

Croisières et Voyages

Les deux navires de Croisières de France ont fait leur apparition, cet été, chez les brokers. Propriété de Royal Caribbean Cruises Ltd, l’Horizon et le Zenith ont été livrés en 1990 et 1992 à Celebrity Cruises, filiale depuis 1997 du groupe américain, avant d’être transférés chez Pullmantur après la reprise de la société espagnole par RCCL en 2006. Sous l’impulsion du président de Royal, Richard Fain, Pullmantur a, en plus du marché ibérique et sud-américain, lancé en 2008 une marque tricolore, Croisières de France, qui a exploité pendant quatre ans le Bleu de France avant de recevoir en 2012 l’Horizon puis, en 2014, le Zenith (uniquement pour la saison estivale).  Un accroissement de capacité qui a permis à CDF de rapidement devenir le troisième acteur du marché hexagonal, atteignant 100.000 passagers en 2014.

Des navires coûteux et dotés de peu de balcons

Long de 207 mètres pour une jauge de 46.800 tonneaux, l'Horizon et le Zenith comptent un peu plus de 700 cabines, avec une capacité maximale d’environ 1800 passagers. Des navires dont la petite taille plait aux clients mais qui ont aussi des défauts. D’abord, le nombre de cabines dotées d’un balcon est très limité. Ensuite, leurs coûts d’exploitation sont élevés, avec un équipage important (625 personnes) par rapport au nombre de passagers. Il s’agit en outre de bateaux anciens, moins efficients énergétiquement que des unités modernes. Et ils ne sont pas équipés de systèmes de lavage des fumées, ce qui les obligent, dans les zones de limitation des rejets d’oxyde de soufre (comme l’Europe du nord où navigue l’Horizon en été), à faire tourner leurs moteurs avec du diesel et non du fuel classique, nettement moins cher.  

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Pas de nouveau bateau prévu en 2016

Afin de poursuivre son développement et disposer d’un outil naval plus moderne, CDF devait recevoir cette année l’ancien Celebrity Century (1995, 71.545 GT, 875 cabines). Mais le transfert est finalement tombé à l’eau, le navire rejoignant le marché chinois. Un autre paquebot était espéré pour l’an prochain mais, finalement, la compagnie devra se contenter de l’Horizon et du Zenith, de nouveau inscrits sur la programmation 2016, avec des traversées supplémentaires, puisque les deux navires commenceront leur saison méditerranéenne dès le début du mois d’avril.

La fameuse annonce

Mais il y a donc cette fameuse annonce de mise en vente consultable chez les sociétés spécialisées dans le courtage. Sur celle-ci, il est précisé que le propriétaire « est assez souple sur les dates de livraison ». En clair, si une offre intéressante est formulée, les deux navires pourraient être assez rapidement cédés. Toutefois, encore faut-il trouver un repreneur, ce qui prend parfois des années. « Nous n’avons pas d’information quant à la vente de l’Horizon et du Zenith mais, si tel devait être le cas à l’avenir, nous aurions d’autres bateaux pour les remplacer », assurait-on la semaine dernière au sein de la compagnie, où l’on rappelait que les navires sont « plus ou moins toujours en vente » et que cela permet aux armateurs « d’avoir une idée de la valeur de leurs actifs ».

 

(© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

(© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Un renouvellement inévitable

Il parait néanmoins évident que CDF ne pourra rester longtemps encore avec ces bateaux et qu’il va bien falloir que sa maison-mère renouvelle sa flotte, ne serait-ce que pour lui permettre de résister à la concurrence, qui positionnera à partir de 2017 de nouveaux paquebots flambants neufs et extrêmement innovants au départ de Marseille. L’idéal serait bien sûr de disposer de nouvelles unités réalisées sur mesure pour le concept de croisières francophones porté par CDF. Une approche qui a séduit de nombreux clients français, mais aussi des internationaux désireux de découvrir la culture hexagonale, et notamment sa nourriture. Mais l’option des bateaux neufs, la seule qui, en fait, parait pertinente à terme, nécessite de lourds investissements et cette décision ne semble malheureusement pas à l’ordre du jour au sein de RCCL. Le groupe américain suit en effet, pour le moment, une politique de transfert d’unités entre ses flottes. Si les navires de la classe Sovereign of the Seas (73.900 GT, 1193 cabines), livrés entre 1989 et 1992, ne semblent pas très adaptés à CDF (trop grands avec des cabines trop petites et presque toutes dépourvues d’un balcon), ceux de la série Legend pourraient beaucoup mieux correspondre au concept.

 

Le Legend of the Seas (© : FABIEN MONTREUIL)

Le Legend of the Seas (© : FABIEN MONTREUIL)

 

Ces paquebots de 63.000 GT et un peu plus de 900 cabines, mis en service à partir de 1995 et récemment rénovés, seraient un bon compromis pour poursuivre l’aventure CDF. Mais, à ce jour, rien n’est décidé alors que le transfert chez Thomson Cruises du Splendour of the Seas a été acté pour 2016. Il ne reste donc que son sistership, le Legend of the Seas, comme option potentielle. A défaut, il faudrait passer aux unités des classe Vision ou Enchantment, qui datent de la fin des années 90 et disposent de 1000 à 1100 cabines, ce qui fait un peu gros pour la marque tricolore du groupe.

Tout dépendra en réalité des résultats de Croisières de France, qui vient de connaître une année compliquée et doit adapter sa stratégie pour répondre à l’évolution du marché comme à la pression de la concurrence (voir notre article sur le sujet). 

 

 

CDF Croisières de France