Défense
Ce que vont devenir les 9 avisos du type A69

Actualité

Ce que vont devenir les 9 avisos du type A69

Défense

On en sait aujourd'hui un peu plus sur l'avenir des 9 avisos français du type A69, appelés à être « reclassés », d'ici l'été, en patrouilleur de haute mer. Les bâtiments conserveront finalement leur appellation aviso, avec la lettre « F », qui ne sera donc pas remplacée par un « P ». Les cinq bâtiments basés à Brest (LV Le Hénaff, LV Lavallée, Cdt L'Herminier, PM L'Her, Cdt Blaison) garderont leur sonar de coque, afin de poursuivre leur mission de sécurisation des sous-marins de la Force Océanique Stratégique (FOST). Comme leurs quatre homologues toulonnais (EV Jacoubet, Cdt Ducuing, Cdt Birot, Cdt Bouan), les Brestois verront, en revanche, leurs torpilles et missiles débarqués. Afin de réduire au maximum le coût de la « transformation », la marine ne procèdera à aucune modification de structure. Cela signifie que les tubes et les sellettes servant à la mise en oeuvre de ces munitions resteront en place. Il ne restera donc aux avisos que leur artillerie, composée de pièces de 100 mm, 20 mm et 12.7 mm. On notera qu'en conservant les sellettes des anciens armements, la marine se réserve quand même la possibilité de réarmer, le cas échéant, certaines capacités. Ainsi, pour un déploiement dans une zone à risque, l'embarquement de leurres serait, dans l'absolu, toujours possible.

Le Commandant Ducuing à Toulon (© JEAN-LOUIS VENNE)
Le Commandant Ducuing à Toulon (© JEAN-LOUIS VENNE)

« L'idée est de faire entrer les avisos dans la catégorie des patrouilleurs de haute mer. Ils n'auront plus vocation à avoir à bord des moyens qui coûtent cher. Mais nous n'investirons pas un centime dans ce changement de catégorie. Il n'y aura par exemple pas de passage au bassin pour démonter le sonar. Sur certains navires, des capacités seront conservées mais, s'il y a un jour des avaries qui nécessitent des réparations lourdes, elles seront perdues », explique-t-on à l'état-major.
Suivant les prescriptions du Livre Blanc sur la défense, la marine se conforte au format de 18 frégates de premier rang (FLF incluses). Le reste des grosses unités de surface, y compris les frégates du type Floréal et les avisos, est dévolu aux patrouilles océaniques et à la surveillance maritime. Longs de 80 mètres pour un déplacement légèrement supérieur à 1000 tonnes en charge, les avisos du type A69 ont été construits à 17 exemplaires pour la Marine nationale. Huit ont été désarmés entre 1997 et 2002. Conçus initialement pour la lutte anti-sous-marine côtière, ces navires réputés pour leur endurance ont vu leurs missions évoluer ces dernières années. On les trouve notamment en océan Indien, où ils participent à la lutte contre le terrorisme et la piraterie. Les avisos encore en service dans la marine ont été mis en service entre 1980 et 1986. Les dates prévisionnelles pour leur désarmement sont prévues entre 2014 et 2019.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française