Disp POPIN non abonne!
Construction Navale
ABONNÉS

Reportage

Celebrity Edge: Saint-Nazaire livre un paquebot exceptionnel

Construction Navale
Croisières et Voyages

Après 23 mois de construction et 6 millions d’heures de travail pour les Chantiers de l'Atlantique, le Celebrity Edge a fait ses adieux à Saint-Nazaire hier après-midi. Premier d’une nouvelle génération de paquebots particulièrement innovants destinés à la compagnie américaine Celebrity Cruises, le navire, officiellement livré le 31 octobre, devait initialement appareiller le 6 novembre. Mais la formation dans l’Atlantique nord d’une dépression très creuse, qui se déchaînera en ce début de semaine de l’Irlande au Portugal, a incité l’armateur à anticiper le départ de 48 heures afin d’éviter le gros de la tempête, que vont par ailleurs devoir affronter les voiliers de la Route du Rhum. Le Celebrity Edge doit mettre 9 jours pour rejoindre les USA, avec une escale aux Bahamas afin de débarquer les quelques centaines de salariés et sous-traitants des chantiers qui continuent de travailler à bord pendant la traversée.  

 

Le Celebrity Edge quittant Saint-Nazaire hier ( © BERNARD BIGER)

Le Celebrity Edge quittant Saint-Nazaire hier ( © BERNARD BIGER)

 

 

La construction en images

 

 

Fin d'assemblage en janvier 2018 ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Fin d'assemblage en janvier 2018 ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Mise à l'eau en janvier 2018 ( © BERNARD BIGER)

Mise à l'eau en janvier 2018 ( © BERNARD BIGER)

 

 

Premier sortie en mer en juillet ( © BERNARD BIGER)

Premier sortie en mer en juillet ( © BERNARD BIGER)

Seconds essais en septembre ( © MER ET MARINE)

Seconds essais en septembre ( © MER ET MARINE)

 

Encore trois semaines avant l’accueil des premiers passagers

Au terme de ce premier voyage, sans passagers, le nouveau fleuron de Celebrity Cruises va rallier son port d’attache de Fort Lauderdale, en Floride. Fait rare, il va encore s’écouler près de deux semaines avant l’entré en exploitation du bateau. Une période qui permettra de parfaire sa préparation et celle de son équipage, qui comprend 1377 personnes de 69 nationalités différentes. Parmi elles, Nicoline, la première femme d’origine ghanéenne à accéder au poste d’officier en passerelle. « Dès le début la compagnie souhaitait disposer d’un mois entre la livraison et les premières croisières payantes afin de déverminer le bateau et faire en sorte que tout soit parfait le jour où les premiers passagers embarqueront », explique Laurent Castaing, directeur général des Chantiers de l’Atlantique.

Une militante du droit des femmes comme marraine

Au final, le Celebrity Edge fera ses débuts le 26 novembre avec pour commencer des navigations de présentation réservées aux agents de voyage et à la presse. Sa première croisière commerciale vers les Caraïbes débutera le 1er décembre alors que son baptême officiel est programmé à Fort Lauderdale le 4 décembre, avec une marraine très particulière. Ce ne sera pas, comme c’est souvent le cas, une star du show business, une artiste ou une sportive renommée. Cette fois, la compagnie a souhaité mettre en avant une grande cause par le biais de Malala Yousafzai. Cette pakistanaise de 21 ans, militante du droit des femmes, fut victime d’une tentative d’assassinat en 2012. Elle s’est vue décerner deux ans plus tard le Nobel de la Paix et est devenue une icône du combat pour l’émancipation des jeunes filles via l’éducation. Son histoire a touché Lisa Lutoff-Perlo, la présidente de Celebrity Cruises, qui veut faire de sa compagnie un modèle d’intégration, de vivre ensemble et d’égalité hommes-femmes. « Le Celebrity Edge est un navire révolutionnaire et, pour lui, nous avons voulu une marraine différente, en lien avec les fondements de notre compagnie. Sur un bateau comme celui-ci, l’équipage est composé de 69 nationalités, avec des religions, genres et orientations sexuelles différents. Tous peuvent vivre ensemble en harmonie malgré les différences, ce qui constitue une bonne leçon pour tout le monde.  Au sein de cette compagnie, j’ai aussi beaucoup lutté pour l’égalité des sexes car il n’y a pas beaucoup de femmes à des postes à responsabilité. Mais les choses changent et je veux que les femmes soient importantes dans tous les domaines du business. Nous avons par exemple Nicoline, qui est la première officier originaire du Ghana à devenir officier en passerelle, j’ai embauché la troisième femme capitaine chez Celebrity et les femmes représentent désormais 30% de l’équipage. Dans cette perspective, Malala était la meilleure marraine possible pour ce navire et nous sommes tous très fiers qu’elle ait accepté ce rôle », explique la patronne de la compagnie. Au-delà de l’aura médiatique qu’elle donne au combat de la jeune pakistanaise, Celebrity Cruises a « contribué significativement à la fondation Malala qui oeuvre pour permettre à 130 millions de femmes d’accéder à l’éducation ».

C’est donc une belle cause que le Celebrity Edge porte pour son lancement et que la dynamique et infatigable Lisa Lutoff-Perlo a fermement l’intention de soutenir durablement une fois les festivités passées.

 

Lisa Lutoff-Perlo et Laurent Castaing vendredi dernier sur le Magic Carpet ( © BERNARD BIGER)

Lisa Lutoff-Perlo et Laurent Castaing vendredi dernier sur le Magic Carpet ( © BERNARD BIGER)

 

« L’un des navires de croisière les plus innovants de tous les temps »

Quant au navire, il constitue très clairement une avancée remarquable pour l’industrie de la croisière. Laurent Castaing, qui n’est pourtant pas du genre à verser dans la grandiloquence, est lui-même bluffé du résultat : « Grâce à la confiance que Celebrity Cruises nous a accordée et au niveau de coopération exceptionnel entre nos équipes respectives, nous sommes fiers d’avoir conçu et construit l’un des navires de croisière les plus innovants de tous les temps. Cette réalisation démontre une nouvelle fois notre capacité à proposer à nos clients les plus exigeants des navires de haute qualité, dans les délais impartis. Il ne s’est écoulé que 16 mois entre la mise sur cale de ce prototype et sa livraison et, en 16 mois, atteindre un tel degré de finition est exceptionnel. Il s’agit d’un navire très haut de gamme, avec un niveau de décoration et un travail dans le détail tout à fait spéciaux ».

« Petit » mais très original

Bien qu’imposant, le Celebrity Edge, aussi connu à Saint-Nazaire selon son numéro de coque, le « J34 », est pourtant loin d’être le plus gros paquebot à avoir vu le jour dans l’estuaire de la Loire. Long de 306 mètres pour une largeur de 39 mètres à la flottaison et une jauge de 129.500 GT, ce navire compte « seulement » 1467 cabines. Il est largement surclassé en termes de taille par les nouveaux MSC ou encore les géants de la classe Oasis (362 mètres, 228.000 GT, 2750 cabines) de Royal Caribbean International, filiale comme Celebrity du groupe américain RCCL. Mais le J34 est clairement le bateau de croisière le plus original à entrer en service depuis une décennie, depuis justement le lancement du premier Oasis en 2009.

Un design nouveau et des performances remarquables

Le navire adopte un design complètement nouveau, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Vu de dehors, il se distingue par son étrave légèrement inversée, avec un bulbe intégré à la base de la proue. C’est l’aspect le plus marquant d’une carène optimisée pour améliorer la tenue à la mer et le franchissement des vagues. Lors des deux campagnes d’essais au large de Belle-Île, en juillet et septembre, le Celebrity Edge a d’ailleurs démontré des performances remarquables, avec un niveau de bruits et de vibrations exceptionnellement bas, au point disaient les pilotes de la Loire qu’ils avaient l’impression, lorsque le navire manoeuvrait, d’être encore à quai (voir notre article à ce sujet).

 

L'étrave du Celebrity Edge lors de son passage en cale sèche cet été ( © MER ET MARINE)

L'étrave du Celebrity Edge lors de son passage en cale sèche cet été ( © MER ET MARINE)

 

Cette carène, ainsi que diverses améliorations techniques, ont non seulement permis d’améliorer les capacités nautiques du bateau, mais aussi de réduire sensiblement sa consommation en carburant. « Nous sommes sur une baisse de l’ordre de 20% par rapport aux navires de la génération précédente (les quatre Millennium sortis de Saint-Nazaire entre 2000 et 2002, ndlr) et ce paquebot est en avance sur la règlementation en matière d’émissions polluantes », explique Laurent Castaing. Si le Celebrity Edge n’est pas équipé d’une propulsion fonctionnant au GNL, il dispose de scrubbers (dispositifs de lavage des fumées) pour traiter les rejets d’oxydes de soufre (SOx) mais aussi de nouveaux systèmes SCR, de gros pots catalytiques élimant les oxydes d’azote (NOx).

Un bateau complètement asymétrique

Sur le plan architectural, le J34 est par ailleurs un paquebot des plus originaux. « La structure est très ouverte, avec un maximum de lumière entrant à l’intérieur, et elle est complètement asymétrique, ce qui a représenté un vrai challenge en matière d’ingénierie ». Fini les coursives droites ou encore les demi ponts longitudinalement homogènes, architecture classique de la construction navale pour répartir plus facilement les masses. Ici, tout est désaxé, depuis Eden, le grand salon sur trois niveaux à l’arrière, jusqu’aux suites Edge Villas, situées tout en haut, sur l’avant. Quatre duplex de ce type sont situés à tribord et deux seulement à bâbord. « La conception d’Eden est un bon exemple de la complexité qu’a représenté ce navire. Cet espace est aménagé sur plusieurs niveaux et en courbe, avec une rampe contre la baie vitrée. Comme il n’est pas du tout symétrique, il était difficile de se rendre compte du résultat sur des plans classiques. Toutes les revues de projet ont par conséquent été menées au centre de réalité virtuelle de Montoir-de-Bretagne. Et quand nous avons fini ce travail de réalité virtuelle, vu que c’était une première et que dans ce genre de cas il subsiste toujours un doute, nous avons réalisé une maquette à l’échelle 1 de l’ensemble de ce local ». Une maquette en bois aménagée dans une grande alvéole de peinture du chantier, qui a été agrémentée par les décorateurs et dans laquelle sont venus des personnels et artistes pour tester le bon fonctionnement des différents espaces d’Eden.

 

Le Magic Carpet, l'une des grandes nouveautés du navire ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Magic Carpet, l'une des grandes nouveautés du navire ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Plateforme élévatrice sur tribord

L’architecture asymétrique du paquebot est liée notamment à la présence, pour la première fois sur un paquebot, d’une grande plateforme élévatrice évoluant, selon les besoins et le moment de la journée, entre la ligne de flottaison et le plus haut niveau surplombant la double piscine centrale. Baptisée « Magic Carpet » (tapis magique), cette structure orange de 30 mètres de long pour 6 mètres de large est une idée des ingénieurs nazairiens, que Celebrity a repris à son compte. La compagnie a d’abord été séduite par la possibilité d’utiliser cet équipement comme embarcadère lorsque le navire est au mouillage. Le Magic Carpet vient alors se positionner au niveau du pont 2, là où se trouve l'espace d’accueil des passagers, nommé « Destination Gateway ».

 

L'un des tenders débordé vendredi dernier ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'un des tenders débordé vendredi dernier ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Les tenders, embarcations servant à transporter les passagers entre le bateau et la terre, s’amarreront à la plateforme pour embarquer et débarquer les croisiéristes, facilitant les flux mais aussi la sécurité des opérations et le confort des clients. Lors des phases d’attente, ceux-ci pourront en effet profiter des canapés et fauteuils du Magic Carpet. « C’est une vraie nouveauté mais, comme on ne pouvait pas toujours laisser la plateforme en position basse, nous lui avons trouvé d’autres utilités », explique Lisa Lutoff-Perlo. « En dehors du pont 2, le Magic Carpet se positionnera au pont 5, où il servira de terrasse extérieure au restaurant de fruits de mer. Il viendra aussi au pont 14 pour former avec son bar et son salon une extension du pont où se trouvent les piscines. Et on le trouvera enfin au pont 16 en soirée pour permettre à nos passagers de vivre une expérience de dîner unique avec une vue spectaculaire ».

 

Le Magic Carpet en mode embarcadère pour les tenders ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Magic Carpet en mode embarcadère pour les tenders ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Magic Carpet ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Magic Carpet ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Magic Carpet ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Magic Carpet ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Magic Carpet au niveau du pont piscines ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Magic Carpet au niveau du pont piscines ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Visite juste avant le départ, mais pas de photo à l'intérieur

Depuis l’annonce de la commande du Celebrity Edge et de son premier jumeau en décembre 2014 (avec un contrat initial de 1.2 millard d'euros pour les deux bateaux), la communication autour de ce projet a été extrêmement contrôlée par la compagnie. Durant la construction, un seul évènement presse a été organisé, il y a un mois et demi, ce qui avait donné lieu au reportage que nous avions diffusé le 24 septembre dernier. Avant le grand départ du navire, Celebrity Cruises, à la demande des chantiers, a accepté d’accueillir à bord, vendredi, une poignée de journalistes français, dont Mer et Marine et quelques confrères locaux. Une visite exceptionnelle conduite par Lisa Lutoff-Perlo, qui nous a permis de découvrir un navire quasiment achevé. Malheureusement, les photos étaient interdites, l’armateur souhaitant ménager la surprise jusqu’au 26 novembre. En attendant mieux, nous illustrons donc cet article avec des images de synthèse des espaces intérieurs, qui sont finalement très proches de la réalité et même, parfois, en deça du résultat final.

 

Le Celebrity Edge vendredi, dans le bassin de Penhoët ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Celebrity Edge vendredi, dans le bassin de Penhoët ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le Celebrity Edge vendredi, dans le bassin de Penhoët ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Celebrity Edge vendredi, dans le bassin de Penhoët ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Cette visite fut en tous cas des plus enrichissantes pour appréhender la qualité et le côté novateur de ce nouveau produit. Avec aussi, en prime, la découverte de certains espaces qui, jusqu’ici, n’avaient jamais été montrés voire dévoilés et que la présidente de la compagnie a elle-même pu voi pour la première fois ce jour-là.

 

Le Rooftop Garden ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Rooftop Garden ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Le jardin extérieur

A l’arrière du pont supérieur se trouvera le « Rooftop Garden », imaginé par le designer Tom Wright comme un jardin en plein air. Contrairement à a précédente série de paquebots de la compagnie, la classe Solstice, il n’y a pas ici de véritable pelouse. Le sol est recouvert de teck mais l’espace sera agrémenté de massifs de végétaux avec de véritables plantes et arbustes. Il y en aura plus de 150. Les végétaux ne seront mis en terre qu’une fois le bateau arrivé de l’autre côté de l’Atlantique, dans un climat plus propice à leur épanouissement. Ce très bel espace, qui fait la part belle au bois, est encadré par des arbres stylisés qui, au-delà de l’aspect décoratif, sont conçus pour couper le vent. Le Rooftop Garden compte un grand écran qui permettra en soirée de visionner des films sous les étoiles, alors que sa partie arrière accueille un grill pour les amateurs de barbecue.

 

Le grill du Rooftop Garden ( © CELEBRITY CRUISES)

Le grill du Rooftop Garden ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Un pont piscines repensé

Au milieu du navire se déploie le pont piscine avec un double bassin et, surtout, une architecture très différente de ce que l’on  trouve traditionnellement sur un paquebot. « Cet espace est différent des pool decks habituel, c’est pourquoi nous l’avons baptisé Resort Deck car il tient plus du resort que du pont piscine », souligne la présidente de Celebrity Cruises. Sur tribord, le pont comprend six grandes cabanas, de confortables salons privatifs aménagés dans une grande structure plaquée de bois, que les passagers pourront réserver pour profiter de cet espace dans une ambiance plus intime.

 

Le Resort deck ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Resort deck ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Resort deck ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Resort deck ( © CELEBRITY CRUISES)

Cabana sur le Resort deck ( © CELEBRITY CRUISES)

Cabana sur le Resort deck ( © CELEBRITY CRUISES)

 

On remarque aussi les deux bains à remous, qui sont suspendus dans des structures en forme de coupes de Martini. Il n’y a pas non plus le traditionnel encadrement du pont piscine par une mezzanine avec de chaque côté des rangées de transats, mais sur bâbord une rampe en pente douce qui casse là encore la symétrie habituelle. Ce pont, sur lequel viendra se positionner en journée le Magic Carpet (qui n’accueillera pas de passagers lorsqu’il sera en mouvement), bénéficie aussi d’une attention toute particulière en matière d’éclairage, afin d’offrir différentes ambiances en soirée. « Il y aura beaucoup de jeux de lumière », explique Lisa Lutoff-Perlo, qui attire aussi l'attention sur les parois métalliques : « Habituellement, les cloisons sont blanches sur les navires. Ici, nous avons souhaité les habiller en faisant intervenir des artistes, qui les ont décorées ».

Le Resort Deck se prolonge vers l’avant et l’arrière par un grand buffet, ainsi qu’une piscine couverte avec là aussi une architecture très originale sous un étonnant dôme vitré.

 

La piscine couverte ( © CELEBRITY CRUISES)

La piscine couverte ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Un superbe complexe VIP

L’avant du navire, sur sa partie haute, accueille l’espace « Retreat », un magnifique complexe dessiné par l’architecte Kelly Hoppen. Il est exclusivement réservé aux passagers des 174 suites du navire (soit 12% des cabines). Cet ensemble comprend un sun deck avec piscine et bain à remous, un café, un salon et un restaurant, tous privatifs.

 

Le sun deck de l'espace Retreat ( © CELEBRITY CRUISES)

Le sun deck de l'espace Retreat ( © CELEBRITY CRUISES)

Le living room de l'espace Retreat ( © CELEBRITY CRUISES)

Le living room de l'espace Retreat ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Luminae de l'espace Retreat ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Luminae de l'espace Retreat ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Des suites somptueuses

Au niveau des suites, nous avons pu visiter les deux catégories les plus imposantes et, clairement, elles sont comme le reste du bateau à la hauteur de ce qui avait été annoncé. Il y a d’abord les six Edge Villas de 88 m², aménagées en duplex avec salon donnant sur un grand balcon disposant d’un jacuzzi. Une baie vitrée sur toute la hauteur, jusqu’à la chambre située à l’étage, offre une vue splendide sur la mer. Ces suites ont été imaginées comme de véritables appartements sans vis à vis ou possibilité de voir à l’intérieur.

 

Edge Villa ( © CELEBRITY CRUISES)

Edge Villa ( © CELEBRITY CRUISES)

Edge Villa ( © CELEBRITY CRUISES)

Edge Villa ( © CELEBRITY CRUISES)

Edge Villa ( © CELEBRITY CRUISES)

Edge Villa ( © CELEBRITY CRUISES)

Vues du quai les quatre Edge Villas situées sur tribord ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Vues du quai les quatre Edge Villas situées sur tribord ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Encore plus impressionnantes, les deux somptueuses Iconic Suites de 230 m² sont quant à elles logées juste au-dessus de la timonerie. Un immense salon/salle à manger donne sur une baie vitrée avec un panorama spectaculaire à 90 degrés vers la proue et l’un des côtés du navire. La vue est à couper le souffle depuis la chambre à coucher principale, lit orienté vers l’étrave et qui est agrémentée sur l’arrière d’une luxueuse et très vaste salle de bain. Pour ne pas boucher le champ de vision, la grande télévision se rétracte dans le plafond. La seconde chambre à coucher, disposant aussi de sa propre salle de bain ainsi qu’un grand dressing, est située de l’autre côté de la suite, avec une porte qui donne sur une imposante terrasse, accessible également depuis le salon. Les terrasses des deux Iconic Suites occupent en fait la surface des ailerons de passerelle situés au niveau inférieur. 

 

Salon/salle à manger d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Salon/salle à manger d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Chambre principale d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Chambre principale d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Chambre secondaire d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Chambre secondaire d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Terrasse d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Terrasse d'une Iconic Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Des cabines très réussies

Le Celebrity Edge compte d’autres catégories de suites (Penthouse, Royal, Celebrity Sky) mais aussi de cabines, plus petites mais toutes très réussies et confortables. Dans des tons doux, avec beaucoup de plaquages de bois dans un style nordique, du marbre dans les grandes et très belles salles de bain ou de douche, ces cabines se distinguent par leur design et de nombreuses petites astuces. « Il y a une grande attention sur les petits détails. Par exemple, dans toutes les cabines du navire, les prises électriques et la connectique sont cachées dans ce qui ressemble à un petit coffret à bijoux en bois ». Cela évite d’avoir les fils à trainer partout et, au passage, facilite le travail des cabiniers pour le ménage quotidien.

 

Penthouse ( © CELEBRITY CRUISES)

Penthouse ( © CELEBRITY CRUISES)

Sky Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

Sky Suite ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Les balcons remplacés par des vérandas

Une grande nouveauté de ce navire réside dans les Infinity Verandas, qui sont près de 900 à bord et constituent donc la principale catégorie de cabines. Dans celles-ci, le traditionnel balcon extérieur a été supprimé et remplacé par une véranda. La cabine se prolonge de facto jusqu’à la baie vitrée, à l’aplomb du navire. La moitié supérieure de celle-ci, commandée par un interrupteur, peut se baisser et ainsi ouvrir cet espace à l'air libre, comme un balcon. « C’est très innovant et cela constitue une extension des cabines et en fait du navire tout entier vers l’extérieur. Grâce à ce concept, la surface des cabines est 23% plus grande et cela offrira à nos passagers une expérience unique de projection vers la mer avec une vue complètement dégagée », note Lisa Lutoff-Perlo. Fini également les gros rideaux de tissu, place à un fin rideau intégré dans le plafond et qui se déploie sur commande devant la baie vitrée, alors que la partie balcon peut être séparée de la cabine par des panneaux vitrés repliables.

 

Cabine avec véranda ( © CELEBRITY CRUISES)

Cabine avec véranda ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Ce type de balcon est déjà employé sur les navires de croisière fluviaux mais il s’agit d’une première pour un paquebot maritime. Cela a d’ailleurs représenté quelques défis techniques pour adapter ces baies vitrées rétractables à l’environnement marin. « Elles doivent pouvoir résister à 200 km/h de vent et doivent être extrêmement fiables. Nous en avons déjà testé plusieurs dizaines des centaines de fois, y compris pendant les essais en mer », note Laurent Castaing.

 

L'atrium Grand Plaza ( © CELEBRITY CRUISES)

L'atrium Grand Plaza ( © CELEBRITY CRUISES)

L'atrium Grand Plaza ( © CELEBRITY CRUISES)

L'atrium Grand Plaza ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Une portion de coque nue laissée à la vue des passagers

Au cœur du navire se trouve le Grand Plaza, un atrium occupant trois niveaux, avec sur les côtés des accès au pont promenade extérieur, mais aussi des restaurants, salons et bars. Lui aussi est asymétrique et a conservé des épontilles dont certaines inclinées, qui contribuent à la solidité de la structure tout en donnant un petit cachet industriel. Une volonté du cabinet d’architecte français Jouin Manku, qui a imaginé la Grand Plaza ainsi que d’autres espaces du navire, dont une étonnante coursive. Le décor de celle-ci a été pensé pour laisser entrevoir progressivement, selon le sens de la marche, la coque du navire. Une paroi métallique à nu, encore recouverte de marquages de chantier, qui se dévoile derrière des panneaux judicieusement positionnés. « C’est un hommage à la construction du bateau et à ceux qui l’ont réalisé », souligne la présidente de la compagnie, dont l’un des espaces préférés est également signé Jouin Manku. Il s’agit du magnifique escalier donnant sur les restaurants, qui s’enroule autour d’un superbe pendule géant.

 

Le pendule et l'escalier, encore plus beaux en vrai ( © CELEBRITY CRUISES)

Le pendule et l'escalier, encore plus beaux en vrai ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Quatre restaurants principaux

Le Celebrity Edge compte de nombreuses formules de restauration, dont quatre salles à manger principales pouvant accueillir environ 350 passagers chacune. « Ces quatre restaurants ont leur propre design et une thématique différente. 75% des plats proposés sont identiques et 25% sont spécifiques ». Il y a là le Cosmopolitan Restaurant d’inspiration américaine, le Tuscan dédié à l’Italie où encore le Cyprus avec sa cuisine méditerranéenne et ses plats issus de la gastronomie grecque, qui rappelle qu’avant d’être américaine, Celebrity était une compagnie hellénique. Elle fut en effet fondée en 1989 par l'armateur grec John Chandris et reprise en 1997 par RCCL. Le célèbre « X », symbole de la compagnie, date d’ailleurs de cette première vie et vient du fait que le « Ch » s’écrit avec un X dans l’alphabet grec. Cette lettre était traditionnellement posée sur les cheminées des navires de la compagnie. Avec le Celebrity Edge, c'est la double cheminée elle-même qui prend la forme d'un X. 

 

Le restaurant Tuscan avec son style milanais ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Tuscan avec son style milanais ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Cyprus ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Cyprus ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Cosmopolitan ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Cosmopolitan ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Des éléments décoratifs de l’ancien paquebot Normandie

Le quatrième et dernier restaurant principal est le Normandie, qui propose des plats d’inspiration française. Cet espace doit son nom à l’ancien paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique, sorti des chantiers nazairiens en 1935. Considéré comme l’un des plus beaux liners jamais construits, le mythique navire, qui a sombré suite à un incendie dans le port de New York en février 1942, n’a laissé que des souvenirs, mais aussi des pièces de collection, précieusement conservées par des musées et collectionneurs. C’est le cas de panneaux laqués qui ornaient le fumoir du Normandie et qui avait été acquis (de même qu’une statue en bronze) par Celebrity Cruises pour la décoration du Summit, troisième des quatre paquebots de la classe Millennium, livré en 2001 par les Chantiers de l’Atlantique. Ses sisterships avaient eux aussi embarqué des œuvres héritées d’anciens liners, en l’occurrence le RMS Olympic pour le Millennium, le SS United States pour l’Infinity et l’Ile de France pour le Constellation. « Nous avions des panneaux originaux du Normandie sur le Summit et nous en avons profité pour les restaurer et les intégrer dans ce restaurant de notre nouveau navire, auquel nous avons décidé de donner le nom de Normandie. C’est un beau clin d’œil aux chantiers », explique Lisa Lutoff-Perlo, qui révèle au passage que Laurent Castaing a été particulièrement sensible à cette initiative, son grand-père ayant travaillé en tant qu’ingénieur sur le Normandie. En plus de ces panneaux, de très belles répliques de verreries Lalique qui se trouvaient sur l’ancien paquebot français, ainsi que de magnifiques lustres et des lampes en forme de chandeliers, contribuent à donner à ce lieu une ambiance très spécifique.  

 

Le restaurant Normandie ( © CELEBRITY CRUISES)

Le restaurant Normandie ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Pièces uniques

Ces quatre salles à manger sont à l’image du navire, avec une décoration vraiment très originale et réussie, emprunte de beaucoup de goût et marquée par un souci du détail remarquable, cela jusqu’aux plafonds. Comme pour chaque espace du navire, l’essentiel du mobilier, la décoration et les œuvres d’art ont été spécialement imaginés et produits pour le bateau.

A l’instar de tous les paquebots modernes, le Celebrity Edge proposera de nombreux équipements et activités à ses passagers. Il dispose par exemple d’un théâtre à l’architecture nouvelle, avec une scène avancée vers le public et de gigantesques écrans numériques qui vont donner une nouvelle dimension aux spectacles proposés en soirée. Il y a évidemment un casino, une discothèque et salle de concert sur deux étages ou encore de nombreuses boutiques, de multiples bars et salons, des restaurants thématiques ainsi qu’un magnifique centre de bien-être.

 

Le théâtre ( © CELEBRITY CRUISES)

Le théâtre ( © CELEBRITY CRUISES)

La discothèque ( © CELEBRITY CRUISES)

La discothèque ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Enfin un Spa digne de ce nom chez Celebrity

Un Spa qui constitue une très belle réussite, ce qui mérite d’être souligné car, jusqu’ici, ce type d’équipement n’était pas le point fort de Celebrity ni d’ailleurs de Royal Caribbean International. Avec Edge, l’armateur dispose enfin d’un centre de bien-être au top niveau. Là aussi, la décoration est splendide, dès l’entrée où les designers ont imaginé un bureau d’accueil minéral, comme sculpté dans la pierre et dont les lignes arrondies épousent celles de l’escalier situé en arrière-plan. « C’est un espace très clair et lumineux, comme l’essentiel du navire, pour lequel nous avons souhaité faire entrer un maximum de lumière extérieure, avec notamment, partout où cela était possible, de grandes baies vitrées. Nous avons aussi passé énormément de temps avec les designers pour étudier les moindres détails et donner de perspectives visuelles différentes selon les espaces ».

 

Le Spa ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Spa ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Spa ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Spa ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Spa ( © CELEBRITY CRUISES)

Le Spa ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Le Spa comprend notamment 24 salles de soins pour des massages, traitements du corps et du visage ou encore des séances de blanchiment des dents. Il y a également de très beaux thermes, avec vue sur la mer, panneaux verticaux et fauteuils de pierre chauffants, plusieurs hammams, une salle de traitement par le sel (Salt Room) et une autre par cristaux (Crystalarium), un sauna à infrarouge et une enfilade de douches avec différentes fonctions (brumisateur, pluie tropicale…). Le centre de bien-être est agrémenté d’un coiffeur, un barbier et un espace de manucure et pédicure.

Un espace non prévu créé en quelques mois

Clou du spectacle, Eden, sur l’arrière du paquebot. L’idée d’intégrer un grand salon panoramique à la poupe a été inaugurée avec la série des Quantum of the Seas (voir notre reportage à bord), dont le premier exemplaire est sorti en 2015 des chantiers allemands Meyer Werft. A l’époque, Lisa Lutoff-Perlo travaillait d’ailleurs chez Royal Caribbean International. Avec la classe Edge, Celebrity pousse le concept encore plus loin, avec l’ambition de propulser les passagers dans un autre univers. L’expérience débute dès la coursive donnant accès à ce salon. Un espace qui n’a pas encore été révélé publiquement. « Nous l’avons baptisé Voyage vers Eden, c’est un espace immersif avec une ambiance mystérieuse et magique ». Longue d’une dizaine de mètres, cette coursive a vu ses parois recouvertes de vitres et accueille une série de sculptures laissant imaginer des troncs d’arbres dorés. Le sol et le plafond, très sombres, ainsi que les jeux de lumière et les reflets dans les glaces, qui engendrent un effet visuel de grande profondeur, donnent l’impression de traverser une étrange forêt. Pour la petite histoire, cet espace n’était pas prévu dans les plans initiaux. « Il y a six mois, c’était un simple corridor mais, lors d’une visite, Lisa et Richard Fain (le président de RCCL, ndlr) ont dit qu’on ne pouvait pas laisser cele en l’état, il fallait imaginer quelque chose », confie Laurent Castaing.

 

Eden ( © CELEBRITY CRUISES)

Eden ( © CELEBRITY CRUISES)

 

Eden, le joyau du navire

L’arrivée dans Eden, encore un vaste chantier il y a quelques semaines, est à la hauteur des espérances. Imaginé par les designers Patricia Urquiola et Scott Butler, ce salon sur trois niveaux est réellement unique, avec ses différentes plateformes et sa décoration très originales. Là aussi, il y a énormément de végétaux, tous naturels, y compris des cascades de plantes intégrées dans les murs du pourtour, constitués d’éléments formant de gigantesques panneaux de ruches, dont les alvéoles ouvertes laissent s’échapper la verdure. « Toutes les plantes et les végétaux à bord sont véritables. C’est un choix que nous avons imposé, même si les designers nous ont proposé des plantes synthétiques, nous avons préféré le naturel », souligne Lisa Lutoff-Perlo. Eden, évidemment inspiré du jardin merveilleux de la Genèse, se veut comme un lieu de détente et de relaxation. Il pourra aussi accueillir des spectacles en soirée. On pourra y prendre son petit-déjeuner où venir s’y restaurer à midi. L’une des particularités de ce lieu est, encore une fois, son asymétrie, qui se voit jusqu’à l’extérieur du navire où l’immense baie vitrée est inclinée. Derrière, on trouve une grande rampe en pente douce qui part du niveau du pont promenade sur tribord pour s’élever trois étages plus haut à bâbord. Tout le long se trouvent des banquettes et autres sièges permettant de profiter de la vue.

 

Vendredi soir dans le bassin de Penhoët ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Vendredi soir dans le bassin de Penhoët ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une superbe réussite

Au final, le Celebrity Edge constitue une très grande réussite pour les chantiers nazairiens et leurs sous-traitants, par exemple les agenceurs tels Paul Champs qui a réalisé Eden ou Ateliers Normand en charge notamment du Spa. Avec ce navire, Saint-Nazaire revient de manière remarquable sur le marché des paquebots haut de gamme et participe du même coup à l’écriture d’une nouvelle page dans l’histoire de l’industrie de la croisière. Grâce à cette prouesse technique et architecturale, Celebrity Cruises va en effet impulser de nouveaux standards et a osé, ce qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps, prendre le risque de lancer un navire au design réellement différent, qui tranche sur de nombreux aspects avec les bateaux mis en service depuis plusieurs décennies. Un choix audacieux, qui à l’image des nouveaux styles en matière d’art fait rarement l’unanimité à ses débuts. Avec son allure si particulière, si inhabituelle, le Celebrity Edge ne manque évidemment pas de provoquer l’ire des « puristes » et autres nostalgiques des paquebots d’antan. Ceux-là même qui n’imagineraient pas une seconde voler aujourd’hui en DC-3 ou rouler en Traction Avant... L’armateur n’en a cure et assume sa décision, d’autant que l’essentiel de ces critiques proviennent de gens qui ne connaissent pas la croisière et par principe refusent d’envisager des vacances sur un paquebot moderne.

Gros succès commercial pour le lancement

Ce qui importe en revanche pour la compagnie, c’est la manière dont son nouveau fleuron est reçu par le marché. Et de ce point de vue, le succès est au rendez-vous. Ainsi, avant même sa mise en service, l’engouement pour ce nouveau bateau, traduit par un niveau de réservation très élevé, prouve que la compagnie a eu raison d’innover et de briser les codes habituels. « Nous avions des attentes commerciales très ambitieuses pour ce navire mais les réservations sont encore plus importantes que ce que nous espérions », se félicite Lisa Lutoff-Perlo, qui désire que cette nouveauté, au-delà de la clientèle habituelle, suscite des vocations chez les vacanciers. « Ce que je souhaite avec un navire comme celui-ci, c’est qu’il donne envie à des gens qui n’ont jamais navigué d’embarquer et de vivre l’expérience que nous leur proposons ».

 

Le Celebrity Edge après son départ de Saint-Nazaire hier après-midi ( © BERNARD BIGER)

Le Celebrity Edge après son départ de Saint-Nazaire hier après-midi ( © BERNARD BIGER)

 

Un produit haut de gamme mais accessible

Celebrity Cruises est positionnée sur un segment particulier, le « Modern Luxury », c’est-à-dire un produit haut de gamme, de type « premium + », mais qui ne se range pas, du fait du gabarit et de la capacité de ses bateaux, dans la catégorie du luxe. « Nous avons un positionnement unique sur le marché. Un navire comme celui-ci est très moderne, luxueux et confortable, mais il est aussi accessible ». La taille et le nombre de passagers à bord permet en effet de réaliser des économies d’échelle et donc de proposer des prix très attractifs (à partir de 1350 euros par personne actuellement pour une semaine à bord du Edge vers les Caraïbes en janvier 2019). Cela, dans un environnement qui n’a rien à envier aux compagnies les plus prestigieuses en matière de design, Celebrity étant également très réputée pour la qualité de son service et de sa gastronomie, qui surclassent d'ailleurs ce qui est proposé chez certains opérateurs se réclamant du luxe.

Développer le marché européen

S’appuyant sur une clientèle majoritairement anglo-saxonne, Celebrity Cruises souhaite développer ses parts de marché à l’international. C’est la raison pour laquelle le Celebrity Edge, après sa saison hivernale aux Caraïbes, sera repositionné en Europe, où la compagnie veut continuer d'accroître sa clientèle. A partir de la fin avril 2019, il sillonnera la Méditerranée avec comme ports d’embarquement Barcelone et Civitavecchia. Quant à son premier sistership, le Celebrity Apex, dont la mise sur cale est intervenue le 31 octobre à Saint-Nazaire, il sera proposé dès sa livraison au printemps 2020 au départ de Southampton.

Alors que Celebrity Cruises a entrepris de rénover le reste de sa flotte, qui comprend notamment les quatre Millennium et les cinq Solstice, l'armateur devra au cours de la prochaine décennie remplacer les premiers, qui vont bientôt atteindre la vingtaine d’années d’exploitation. « Pour construire, il faut être sûr que le marché réagisse et l’on ne peut pas prédire l’avenir. Il est encore trop tôt pour dire si les Millennium seront remplacés par une nouvelle classe de navires », explique la présidente de la compagnie. Celle-ci a en effet encore quelques années devant elle pour prendre sa décision, qui pourrait aussi consister à voir la série des Edge allongée pour succéder aux Millennium.

La commande d’un cinquième Edge à l’horizon

Pour l’heure, quatre de ces nouveaux paquebots ont été commandés. Après le Celebrity Edge, son premier jumeau, le Celebrity Apex, sortira comme on l’a vu en 2020. Il y a quelques mois, nous vous révélions que des discussions étaient en cours pour ajouter une cinquième unité à cette classe. Un projet qui semble prendre corps puisque dans le communiqué diffusé au moment de la livraison du J34, Celebrity Cruises a bel et bien mentionné l’Edge 5 : « Celebrity Edge sera rejoint par son sistership, le Celebrity Apex, en 2020. Trois autres navires de la série Edge suivront en 2021, 2022 et 2023 », écrit la compagnie. Aux chantiers, on indique cependant que le contrat pour ce cinquième navire n’a pas encore été signé.

Confiance retrouvée entre Saint-Nazaire et RCCL

Quoiqu’il en soit, après la réussite des Harmony of the Seas et Symphony of the Seas, livrés en 2016 et 2018 (voir notre reportage à bord), puis maintenant le Edge, Saint-Nazaire est parvenu à renouer des liens très forts avec RCCL. C’est avec ce client historique que le chantier a pris le tournant de la croisière dans les années 80, avant de se brouiller avec l’armateur américain au début des années 2000 suite aux problèmes de propulsion rencontrés sur les Millennium à leurs débuts. Une page aujourd’hui définitivement tournée, comme en témoigne la confiance affichée par l’armateur. « Vous pouvez être très fiers qu’un navire comme le Celebrity Edge soit construit en France. C’est un chantier qui fait des navires merveilleux et nous avons établi une relation formidable », se félicite Lisa Lutoff-Perlo. Quant à Richard Fain, il n’a pas non plus été avare de compliments lors de la livraison du J34 : « Je ne saurais trop remercier l’équipe des Chantiers de l’Atlantique d’avoir mené à bien la construction de ce navire révolutionnaire, et du partenariat qui nous lie. Leur travail continue de transformer la manière dont nos clients perçoivent le monde qui les entoure ».

 

Le Symphony of the Seas juste avant son départ en mars dernier ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Symphony of the Seas juste avant son départ en mars dernier ( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Nouvel âge d’or pour les chantiers

L’aventure commune va donc continuer avec la poursuite de la série des Edge pour Celebrity, mais aussi celle des Oasis de Royal Caribbean International. Un nouveau géant de ce type sortira des chantiers nazairiens dès 2021 alors que deux autres sont en négociation pour des livraisons en 2023 et 2026. Sans oublier les réflexions en cours pour de nouvelles classes de paquebots. En plus de RCCL, Saint-Nazaire peut aussi compter sur son autre client principal, l’armateur italo-suisse MSC Cruises, pour lequel il doit livrer en 2019 deux navires, les Bellissima et Grandiosa, puis six autres entre 2020 et 2026. Vont s’y ajouter les nouveaux bâtiments logistiques de la Marine nationale, avec quatre ravitailleurs en perspective dont les deux premiers seront opérationnels entre 2022 et 2025. Et les Chantiers de l’Atlantique travaillent sur d’autres projets, qu’il s’agisse de navires ou de sous-stations électriques pour des champs éoliens offshore en France et à l’étranger. De quoi garnir durablement un plan de charge à un niveau historiquement élevé. « Après le départ du Celebrity Edge nous aurons quatre navire simultanément en construction et un cinquième s’y ajoutera d’ici la fin de l’année. Saint-Nazaire est sans doute l’endroit dans le monde où l’on construit actuellement le plus de paquebots. L’activité atteint un niveau jamais vu depuis une cinquantaine d’années, mais à l’époque le chantier était rempli de pétroliers », souligne Laurent Castaing. Conséquence directe de cette bonne santé retrouvée et de cette vision à long terme, le dernier grand constructeur civil français, dont les effectifs sont remontés à près de 3000 salariés, multiplie les embauches. Quelques 150 recrutements annuels sont prévus pour les années qui viennent dans une cinquantaine de métiers différents, du soudeur à l’ingénieur.

 

( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

( © MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)