Offshore
CGGVeritas présente ses résultats pour 2010

Actualité

CGGVeritas présente ses résultats pour 2010

Offshore

Le géant franco-américain de la géophysique a enregistré, en 2010, un chiffre d'affaires de 2.9 milliards de dollars, contre 3.1 milliards de dollars en 2009 (-7%). Après coûts de restructuration et dépréciation exceptionnelle CGGVeritas a terminé l'année sur une perte de 35 millions de dollars. Sur l'ensemble de l'année 2010, CGGVeritas a constaté une reprise du marché sismique. Les résultats de Sercel sont, notamment, très bons, avec une marge opérationnelle de 29%. En revanche, les Services ont été confrontés à la surcapacité dans le marché marine et ont été affectés par les conséquences de l'accident de la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique. Dans ce contexte, CGGVeritas a continué de réduire sa flotte, qui est aujourd'hui de 19 navires, dont le nouvel Oceanic Vega, livré en juillet dernier. Le groupe a, néanmoins, constaté un net redressement de son activité en fin d'année. Le dernier trimestre a, en effet, généré un chiffre d'affaires de 905 millions de dollars, en hausse de 21% par rapport à la même période de 2009. « Je suis particulièrement satisfait de notre résultat trimestriel qui a dépassé nos attentes grâce à des taux d'utilisation marine soutenus, à la bonne performance du traitement et de l'imagerie et aux niveaux records des livraisons d'équipements Sercel et des ventes multi-clients. Les signaux positifs que nous avions pressentis au troisième trimestre se sont confirmés. Sur l'ensemble de l'année, les résultats reflètent les conditions de marché difficiles qui ont encore prévalu alors que la surcapacité en marine était accentuée par la forte réduction d'activité survenue dans le golfe du Mexique », explique Jean-Georges Malcor, directeur général de CGGVeritas.

 L'Oceanic Vega (© : TONY HALL)
L'Oceanic Vega (© : TONY HALL)

Pour 2011, le groupe table sur une croissance des dépenses d'exploration-production. Il prévoit une hausse de l'ordre de 5 à 10% du marché des équipements. Dans le domaine des services, CGGVeritas estime que la demande en activités contractuelles devrait augmenter d'environ 15 à 20% en volume et progressivement absorber la surcapacité marine à partir du deuxième semestre. De plus, le groupe attend d'ici 2012 les bénéfices de son plan de performance, qui verra notamment, cette année, la modernisation de certains de ses navires. « Pour 2011, nous attendons une excellente performance de Sercel et un renforcement du marché dans les Services qui devrait conduire à une absorption progressive de la surcapacité marine. Avec une attention toute particulière portée à l'amélioration de la performance opérationnelle, à la réduction des coûts et à la différenciation technologique et commerciale, nous avons lancé un plan ambitieux de modernisation de la flotte, de commercialisation de notre solution à large bande de fréquences BroadSeis, et de renforcement du bilan, comme l'illustre l'émission de notre obligation convertible », souligne Jean-Georges Malcor, qui se dit « confiant dans l'avenir ».
Pour mémoire, CGGVeritas a émis le 19 janvier 360 millions d'euros d'obligations convertibles à échéance 2016 avec un coupon à 1.75%. De plus, après la clôture de l'exercice 2010, le groupe a conclu l'accord Norfield qui a conduit à l'acquisition en pleine propriété du navire 3D GW Voyager, à la cession du navire 2D Venturer et à la sortie du capital de Norfield.

CGG | Actualité du groupe de Géosciences