Disp POPIN non abonne!
Construction Navale

Focus

Chantier Bretagne Sud : Des bateaux de servitude aux drones

Construction Navale

Le chantier naval situé à Belz, près de Lorient, est engagé dans une consolidation de son activité qui passe par une diversification (constructions neuves, rétrofits, conception) et un recentrage sur des gammes civiles.

Construction de bateaux de servitude

Le chantier termine les essais d’un nouveau bateau en aluminium. Long de 5.9 mètres pour 2.45 mètres de large, il fait partie de la gamme Etelium V580.  « Aujourd’hui, l’activité construction navale est assurée par Chantier Bretagne Sud. Mais comme nos clients étaient habitués à Etelium, on a gardé cette dernière comme une marque pour nos gammes de bateaux », explique le directeur Yannick Bian. Le Breizhtarocket, c’est son nom, est destiné à un port du Morbihan. Il doit être livré ce mois-ci et servira à tous types d’activités, entretien des mouillages, bateau pousseur etc. Capable d’embarquer quatre passagers, il peut être stocké dans un conteneur.

 

Le Breizhtarocket (© CHANTIER BRETAGNE SUD)

Le Breizhtarocket (© CHANTIER BRETAGNE SUD)

 

Pour les constructions neuves, Chantier Bretagne Sud est très actif sur le segment du travail portuaire. Il réalise actuellement une embarcation de 7 mètres par 2.58 mètres pour une administration guyanaise. Elle sera adaptée à une navigation en milieu lagunaire. D’autres bateaux similaires doivent être réalisés dans les mois à venir.

Travaux d’aménagement pour les acteurs de la sécurité

« On a acquis une belle expérience dans les bateaux de servitude, et notamment ceux dans le domaine de la sécurité. L’un de nos axes de développement est l’équipement d’engins à destination des forces de sécurité et de secours. », expose Yannick Bian.

L’entreprise transforme notamment des bateaux de type Pioner Multi, produits par le norvégien Cipax, en unités multimissions. Ce modèle de 5.30 mètres de long dispose d’une porte basculante sur l’avant qui lui permet de plager facilement. On peut aussi l’utiliser pour mettre à l’eau des plongeurs. L’engin est adapté par Chantier Bretagne Sud aux demandes des différents clients, Sécurité civile, sapeurs-pompiers, police, etc.

 

Un Pioner Multi (© CIPAX)

Un Pioner Multi (© CIPAX)

 

Le développement de drones

La société mise aussi sur les nouvelles technologies. Elle est convaincue de l’avenir des drones maritimes de surface et accueille d'ailleurs, dans ses locaux, l’association Drones et Océans. Cette dernière souhaite pousser au développement de cette nouvelle filière. La PME bretonne propose ses installations pour permettre la création d’un banc d'essais. Celui-ci est mis à la disposition des start-ups liées à l’association qui peuvent ainsi tester leur matériel. « On a besoin de démystifier les drones. Il faut montrer concrètement ce qu’ils peuvent faire. Il y a beaucoup d’idées reçues sur ce domaine qui ne sont pas justifiées. C’est aussi pourquoi nous sommes très contents de l’organisation de la future journée de débats interprofessionnels Safe Sea Tech à Étel. Pour nous c’est un moyen de montrer aux décideurs l’intérêt de cette technologie et de les rassurer dans son emploi », résume Yannick Bian.

Une technologie que compte d’ailleurs développer Chantier Bretagne Sud. L’entreprise travaille sur un projet de drones de surface pur un énergéticien français. Elle mise donc sur la recherche et le développement pour trouver de nouveaux débouchés dans ce secteur.

Une activité annexe de réparation navale

La société est aussi active dans le domaine de la réparation navale. Elle accueille actuellement un catamaran venu du Venezuela. D’importants travaux doivent être entrepris ce mois-ci, comprenant de la chaudronnerie, de la menuiserie et de la peinture.

 

Le catamaran en réparation à Belz (© CHANTIER BRETAGNE SUD)

Le catamaran en réparation à Belz (© CHANTIER BRETAGNE SUD)