Construction Navale
Chantier Gléhen : les pousseurs Vive et Corb à Brest
ABONNÉS

Actualité

Chantier Gléhen : les pousseurs Vive et Corb à Brest

Construction Navale

Deux nouveaux pousseurs du type PC 6 conçus par le bureau Mauric et sortis du chantier Gléhen ont quitté Douarnenez pour rallier la Marine nationale. Après l’Atipa pour Dégrad-des-Cannes (Guyane) l’an dernier, le Vive et le Corb ont rejoint la base navale de Brest pour y mener des essais. La livraison définitive devrait avoir lieu dans les semaines à venir.

Les Vive et Corb ont été livrés avec environ deux mois et demi de retard. En effet, le chantier douarneniste a tourné au ralenti pendant la période du confinement. Il avait été contraint de partager ses équipes et d’avoir recours au chômage partiel, entraînant une réduction du temps de travail et de la productivité.

Les Vive et Corb sont les deuxième et troisième pousseurs d’une série de sept bateaux longs de 10 mètres. Il reste encore à livrer deux PC 6 pour Toulon et deux autres pour Cherbourg. Le Loup, pour Toulon, doit être mis à l’eau au second chantier Gléhen, au Guilvinec, ce jeudi. Le chantier enchaînera ensuite avec la construction d’un bateau en aluminium de 12 mètres. A Douarnenez, suivra la construction du Sar et du Sprat.

Pour rappel, ces navires ont été conçus pour remplir des missions de poussage, d’assistance à la manoeuvre, de mouvements portuaires, et aussi de lamaneur, transportant aussi bien des passagers que du matériel. Dix personnes peuvent être embarquées : deux membres d'équipage et huit lamaneurs si nécessaire. Les PC 6 sont équipés de deux moteurs Volvo de 265 chevaux, d’un réducteur ZF, d’une hélice à pas fixe avec une tuyère qui permet d’atteindre la vitesse de 8, voire 10 noeuds, et de développer 6 tonnes de poussée, 2 tonnes en marche arrière. Un soin particulier a été apporté à la résonnance acoustique. La machine est isolée et la timonerie est placée sur un plancher flottant, avec des dispositifs pour piéger le son. La réduction du bruit doit apporter du confort à bord et prévenir la fatigue auditive.

Gléhen, qui cherche à diversifier ses activités et mise sur la pluridisciplinarité, espère voir d’autres projets militaires émerger prochainement. En attendant, le chantier est engagé dans la construction de deux chalutiers pélagiques de 15 mètres pour la Vendée. Le premier doit être livré d’ici la fin de l’année et le second en début d’année prochaine. Au chantier, on ne cache pas que la conjoncture est délicate avec les conséquences de la pandémie et les négociations sur le Brexit qui pourraient entraîner un coup dur pour la pêche en cas de fermeture des eaux britanniques.

Par ailleurs, le vieux slipway du port est en maintenance depuis trois semaines. Une période qui complique le travail du chantier et l’a obligé à décaler des travaux. Le chantier plaide pour le remplacement de cet outil vétuste et s’inquiète d’une vision à trop court terme pour le port de Douarnenez. « Ce qu’on voudrait, c’est un outil pérenne de 350-400 tonnes qui nous permette de sortir les Bara de l’armement bigouden ou des vedettes à passagers », explique-t-on chez le constructeur.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Chantier Glehen | Toute l'actualité des chantiers navals finistériens Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française