Energies Marines
Chantiers de l’Atlantique : inauguration du champ Arkona en Allemagne

Fil info

Chantiers de l’Atlantique : inauguration du champ Arkona en Allemagne

Energies Marines

Chantiers de l’Atlantique (CdA), l’un des leaders de la construction maritime européenne, est associé à l’inauguration officielle du champ éolien en mer Arkona qui s’est déroulée aujourd’hui sur l’île de Rügen (nord-est de Rostock), en présence d’Angela Merkel, la Chancelière fédérale d’Allemagne et de nombreuses autres personnalités.

Pour ce champ éolien en mer constitué de 60 éoliennes de 6+ MW , développé par l’énergéticien allemand E.ON et le groupe norvégien Equinor (ex-Statoil) et connecté au réseau électrique par l'opérateur allemand 50hertz, Chantiers de l’Atlantique, à travers sa Business Unit Atlantique Offshore Energy, a conçu, construit, installé et mis en service la plus grosse sous-station* électrique jamais réalisée en un seul module. D’une masse de plus de 4 000 tonnes et d’une puissance de 385 MW, la sous-station permet de transférer l’électricité « décarbonée » produite par les éoliennes vers l’équivalent de 400 000 foyers en Allemagne.

Commandée en juin 2015, , la sous-station consiste en un topside (partie supérieure) de 50 mètres de long, 35 mètres de large et 15 mètres de haut, entièrement conçu et construit par Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), puis acheminé en février 2018 par une barge de transport jusqu’à son lieu d’installation en mer Baltique, à environ 35 kilomètres au large de l’île de Rügen.

Cette sous-station « intelligente », entièrement automatisée, est conçue pour pouvoir gérer le parc éolien de manière autonome, sans intervention humaine, grâce à un important système d’automates électroniques.

Chantiers de l’Atlantique a également assuré la réalisation de la fondation de la sous-station, une structure de type jacket, haute de 53 mètres et d’un poids total de 1 800 tonnes. L’ensemble a été livré en avance sur son programme et mis en service durant l’été 2018.

La réalisation de ce projet « clé en mains », réalisé dans un temps record, témoigne de l’excellente coopération entre acteurs allemands, norvégiens et français des énergies marines renouvelables. Elle reflète également le savoir-faire des équipes de Chantiers de l’Atlantique, qui ont appliqué les méthodes et technologies acquises dans la construction des grands navires complexes pour concevoir cette sous -station en réalisant des gains de poids de l’ordre de 20% sur sa structure métallique, ce qui a permis de réduire significativement les coûts de réalisation et de faciliter son installation.

Chantiers de l’Atlantique s’affirme donc comme un des acteurs majeurs de la transition énergétique européenne, après la réalisation de la sous-station Arkona et celle des deux premiers projets dédiés aux parcs offshore de Westermost Rough pour Orsted (ex-Dong Energy )(2014) et de Rentel (2018), situés tous deux en Mer du Nord (respectivement en Grande Bretagne et Belgique). Au total, les sous stations électriques réalisées par Chantiers de l’Atlantique permettent de relayer 1 000 MW d’électricité « décarbonée », soit l’équivalent de la consommation d’un million de foyers.
« Nous sommes fiers d’être associés à la réussite de ce projet, qui sera une référence dans l’éolien offshore européen. La motivation qui a animée nos équipes pendant ces trois années : satisfaire des acteurs majeurs du monde de l’énergie, tels que Eon, Equinor et 50 Hz, est ainsi récompensée. Nous sommes aussi honorés de la présence de nombreux représentants politiques de haut niveau, qui vient consacrer la réussite de cette coopération franco-allemande et confirme leur engagement pour la transition énergétique européenne» a déclaré Frédéric Grizaud, Directeur de la Business Unit Energies Marines


*Les sous-stations électriques sont des éléments-clés pour l’exploitation des parcs éoliens en mer. Ces structures, d’une masse dépassant souvent les 2 000 tonnes, permettent de transformer l’électricité produite par les éoliennes pour la transférer parfois sur une distance d’une centaine de kilomètres vers la terre. Elles servent également de relais pour le pilotage à distance du parc. Entièrement automatisées, elles sont conçues pour résister à un environnement maritime extrême et permettre une maintenance la plus aisée possible.

Communiqué des Chantiers de l’Atlantique, 16/04/19

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)