Défense
Chargé d'aide humanitaire, le Mistral reste coincé devant les côtes birmanes

Actualité

Chargé d'aide humanitaire, le Mistral reste coincé devant les côtes birmanes

Défense

Le bâtiment de commandement et de ravitaillement Mistral est arrivé la nuit dernière au sud du delta de l'Irrawaddy, zone de la Birmanie la plus touchée par le cyclone Nargis. Mais l'imposant navire de la Marine nationale, chargé d'aide humanitaire pour les sinistrés du cyclone Nargis, reste bloqué au large. Dénonçant une invasion militaire française, la junte au pouvoir en Birmanie refuse l'entrée du BPC dans les eaux territoriales du pays. En attendant que les négociations aboutissent entre les autorités françaises et les militaires birmans, le Mistral reste donc dans les eaux internationales, au-delà des 12 nautiques. A bord, les marins français en pofitent pour peaufiner les opérations de débarquement des vivres et du matériel chargé à Chennaï, en Inde. « L'aide sera délivrée, reste maintenant, avec les autorités birmanes, à trouver une solution », indiquait ce matin l'amiral Alain Hinden sur France Inter.
Nourriture, tablettes de dépollution de l'eau, bâches de protection, médicaments... Le bâtiment de quoi assurer la survie d'environ 100.000 personnes pendant deux semaines et offrir un abri à 60.000 sinistrés. Ces 1000 tonnes de fret humanitaire peuvent être débarquées à quai ou par les chalands embarqués sur le Mistral.

 Le Mistral (© : MARINE NATIONALE)
Le Mistral (© : MARINE NATIONALE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française