Défense
Charles de Gaulle : le groupe aéronaval est rentré en France

Fil info

Charles de Gaulle : le groupe aéronaval est rentré en France

Défense

Parti le 5 mars dernier de Toulon pour son premier déploiement post-refonte, le porte-avions Charles de Gaulle est rentré comme prévu à sa base varoise dimanche 7 juillet. Le temps était maussade mais la joie de l'équipage palpable. Sur les quais, les familles étaient venues nombreuses accueillir leur proches partis pendant quatre mois. La chasse embarquée avait préalablement quitté le bâtiment pour rallier les bases bretonnes de Landivisiau (Rafale Marine) et Lann-Bihoué (Hawkeye).

 

Le Charles de Gaulle de retour à Toulon (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Charles de Gaulle de retour à Toulon (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Charles de Gaulle de retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

Le Charles de Gaulle de retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

 

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

(© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Ils étaient plus de 3000 marins au sein du groupe aéronaval emmené par le Charles de Gaulle et également composé des frégates Forbin, Provence et Latouche-Tréville, du ravitailleur Marne et d’un sous-marin nucléaire d’attaque. Le GAN a également intégré en cours de mission 7 bâtiments étrangers provenant de 6 nations, faisant monter le dispositif jusqu’à 3875 marins. Les moyens aériens français comprenaient sur le Charles de Gaulle un groupe aérien embarqué comprenant 18 avions de combat Rafale Marine, 2 avions de guet aérien Hawkeye et trois hélicoptères (1 Caïman et 2 Dauphin). Les frégates embarquaient de leur côté un autre Caïman (Provence), deux Lynx (Latouche-Tréville) et un Panther (Forbin). Des avions de patrouille maritime Atlantique 2 ont également soutenu le GAN, avec notamment un appareil pré-positionné à Djibouti.

 

 

Le Forbin de retour à Toulon (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Forbin de retour à Toulon (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Baptisée Clemenceau, cette mission, qui constitue le 11ème déploiement du Charles de Gaulle depuis sa mise en service en 2001, a vu le porte-avions français et son escorte parcourir 36.000 milles à travers la Méditerranée, la mer Rouge, l’océan Indien et jusqu’en Asie. 2744 appontages et catapultages ont été réalisés. Pendant quatre mois, le GAN a réalisé des exercices et interactions avec de nombreux pays alliés, notamment l’Australie, l’Egypte, les Etats-Unis, l’Inde, l’Indonésie, le Japon et la Malaisie. « Dans un contexte géostratégique en mutation, ce déploiement du groupe aéronaval, vecteur clé de la projection de puissance, agrégateur de forces et catalyseur de coopérations, a permis de soutenir la stratégie nationale dans la zone indopacifique et de contribuer à l’autonomie d’appréciation de situation de la France », souligne le ministère des Armées.

 

Le Forbin de retour à Toulon (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Forbin de retour à Toulon (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Marine nationale