Défense
Charles de Gaulle : Portugal et Danemark envoient des bâtiments d’escorte

Actualité

Charles de Gaulle : Portugal et Danemark envoient des bâtiments d’escorte

Défense

Le groupe aéronaval français, qui appareillera demain de Toulon dans le cadre de la mission Clemenceau, comprendra plusieurs unités étrangères. Deux d’entre elles ont rejoint ces derniers jours la grande base méditerranéenne de la Marine nationale.

La première est le Niels Juel, l’une des trois nouvelles frégates lance-missiles danoises. Mis en service en 2014, ce bâtiment de 138.7 mètres de long pour 19.8 mètres de large affiche un déplacement de plus de 5800 tonnes en charge.

 

Le Niels Juel arrivant à Toulon le 2 mars (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Niels Juel arrivant à Toulon le 2 mars (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Du type FPS (Flexible Patrol Ship), le Niels Juel et ses jumeaux, les Iver Huitfeldt et Peter Willmoes, sont une adaptation des bâtiments de projection Absalon et Esbern Snare, livrés en 2005 à la marine danoise et dont ils reprennent les lignes de coque.

Ces frégates sont notamment conçues pour la défense aérienne. A ce titre, elles sont gréées comme les frégates néerlandaises du type LCF et les frégates allemandes du type 124. Elles disposent de missiles surface-air à lancement vertical SM-2 MR (32) et ESSM (24), ainsi que, pour la détection et la conduite de tir, d’un radar de veille à longue portée SMART L  (400 km) et un radar multifonctions APAR, tous deux de Thales. Doté de quatre faces planes, composée chacune de plus de 3000 transmetteurs/récepteurs, l'APAR (Active Phased Array Radar) permet une détection permanente à 360 degrés, chaque antenne pouvant pointer un objet sur un azimut de 120 degrés et une élévation de 85 degrés. Capable de suivre plus de 350 pistes, il peut détecter et traquer des mobiles évoluant à faible altitude. Servant également au guidage terminal des missiles surface-air, avec capacité d’engagement multiple, l'APAR, dont la portée est estimée à 150 km, a été conçu pour être mis en oeuvre dans un environnement très contraint et déjouer de puissantes contre-mesures électroniques.

 

 

En dehors de la défense aérienne, les Iver Huitfeldt ont de très solides capacités antinavire, avec la capacité d’embarquer jusqu’à 16 missiles Harpoon. Le reste de l’armement comprend deux tourelles de 76mm, un CIWS Millennium, de l’artillerie légère et quatre tubes pour torpilles MU90. Mis en œuvre par 110 marins et pouvant accueillir 50 personnels supplémentaires, les FPS ont une vitesse de pointe de 28 nœuds sur quatre moteurs diesels et sont dimensionnés pour embarquer un hélicoptère de type Merlin ou Seahawk.

 

Le Corte Real arrivant à Toulon hier (© FRANCIS JACQUOT)

Le Corte Real arrivant à Toulon hier (© FRANCIS JACQUOT)

 

En dehors du Niels Juel, une autre frégate alliée escortera le Charles de Gaulle pour le début de sa mission. Il s’agit du Corte Real, de la marine portugaise. Dernière des trois unités du type Meko 200P elle est, comme ses sisterships (Vasco de Gama et Alvarez Cabral) opérationnelle depuis 1991. Le Corte Real mesure 116 mètres de long pour 14.8 mètres de large, son déplacement atteignant 3300 tonnes en charge. Capable d’atteindre 32 nœuds et comptant un équipage de 184 marins, le bâtiment peut mettre en œuvre 8 missiles antinavire Harpoon et dispose en outre d’un système surface-air Sea Sparrow, une tourelle de 100mm, un système multitubes Phalanx, de l’artillerie légère et six tubes lance-torpilles (Mk 32). Le Corte Real peut embarquer deux hélicoptères Super Lynx.

 

Le Corte Real (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Corte Real (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Corte Real (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Corte Real (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Ces unités danoise et portugaise viennent compléter l’escorte française du porte-avions Charles de Gaulle, dont le noyau de base est constitué de la frégate de défense aérienne Forbin, de la frégate multi-missions Provence et d’un sous-marin nucléaire d’attaque. D’autres moyens de la Marine nationale, déjà déployés dans les théâtres traversés par le groupe aéronaval, s’y ajouteront en cours de mission, ainsi que d’autres bâtiments étrangers, notamment américains.

Le soutien logistique du GAN sera assuré par le bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne. 

 

Le BCR Marne et la frégate Niels Juel dans la base navale de Toulon hier (© FRANCIS JACQUOT)

Le BCR Marne et la frégate Niels Juel dans la base navale de Toulon hier (© FRANCIS JACQUOT)

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française