Marine Marchande
Charles Limonier s'en est allé

Actualité

Charles Limonier s'en est allé

Marine Marchande

Auteur de plusieurs livres sur la Marine marchande, Charles Limonier s’est éteint à Toulon, le 27 décembre, à l’âge de 76 ans. Après avoir débuté sa carrière dans la Marine nationale, le premier maître Limonier avait ensuite mis le cap sur une autre aventure, en travaillant pour l’Ifremer. Fin connaisseur de la chose maritime et photographe passionné de bateaux, il était très attaché à la préservation du patrimoine et a participé à la création de l’Association Méditerranéenne des Amis des Paquebots. Spécialiste des compagnies maritimes, Charles Limonier a, notamment, écrit les « 125 ans de la compagnie Delmas-Vieljeux » (1999), « Les 110 ans de la Havraise Péninsulaire » (2001), « Delmas-Vieljeux les filiales » (2003), ou encore « La Compagnie Méridionale » (2005). Alors qu’il travaillait sur un dernier livre consacré aux escorteurs rapides de la marine française, Charles Limonier participait également à « Navires de commerce français », l’ouvrage de Jean-Claude Cornier et Jean-François Durand, pour la dernière édition duquel il avait encore apporté son concours.

 

 

Charles Limonier sur une pilotine en 2008, lors de l'une de ses sorties

Charles Limonier sur une pilotine en 2008, lors de l'une de ses sorties pour photographier

les navires présents en rade de Toulon (© JEAN-LOUIS VENNE)

 

 

Comme l’a dit son petit-fils dans un mot d’adieu, « Mon grand-père laisse derrière lui une œuvre d'envergure. Outre ses publications, le nombre d'archives, de documents et de matériaux qu'il a accumulé témoignent de la richesse de ses travaux et de son savoir. Nul doute qu'à l'avenir, les jeunes générations d'historiens spécialisés dans l'histoire des échanges maritimes dans la seconde moitié du XXème siècle y puiseront beaucoup, perpétuant ainsi son œuvre intellectuelle par-delà les contingences humaines ».

Luttant depuis plusieurs années contre la maladie, Charles Limonier, malgré la perte d’une jambe, n’abandonnait pas sa passion pour les bateaux : « Cela ne l’empêchait pas d’aller très souvent sur les pilotines en mer afin de compléter sa conséquente collection de photos dans la rade de Toulon », se rappelle avec émotion Jean-Louis Venne, notre correspondant à Toulon, qui avec la disparition de Charles Limonier a perdu un ami cher. La rédaction de Mer et Marine s'associe à la peine de sa famille et de ses proches.