Défense
Chasse aux mines : Ça pétarde devant Toulon

Actualité

Chasse aux mines : Ça pétarde devant Toulon

Défense

Chaminop s'est achevé vendredi, après une semaine de manoeuvres devant Toulon. Dédié à la guerre des mines, cet exercice rassemblait sept bâtiments français, italien et espagnol. L'état-major, également tripartite, s'était installé au Centre des Opérations Maritimes (COM) de la préfecture maritime de la Méditerranée . Un officier canadien et deux officiers des Émirats Arabes Unis ont également été intégrés à Chaminop en qualité d'observateurs, alors que dix plongeurs Slovènes avaient rejoint le Groupe des Plongeurs Démineurs (GPD) de la Méditerranée. La force ainsi constituée avait pour mission de détecter, identifier et neutraliser de nombreuses mines factices mouillées le vendredi 9 janvier entre la grande rade de Toulon et Hyères, sans que les positions soient divulguées. « Ces entraînements visent notamment à éprouver l'interopérabilité et à augmenter la connaissance mutuelle des différents participants. Ils sont basés sur un scénario dans lequel sont abordées toutes les activités de guerre des mines en vue de maintenir la liberté d'action de bâtiments civils et militaires. 90% du trafic commercial mondial se faisant par voie maritime, le libre accès des grands ports militaires et commerciaux est un enjeu primordial dans le contexte international », souligne la Marine nationale. Reconnue pour son savoir-faire en matière de guerre des mines, la flotte française aligne 13 chasseurs de mines et 3 bâtiments bases de plongeurs démineurs.

Marine nationale