Défense
Cherbourg : Mise à l’eau du premier Ocean Eagle 43

Actualité

Cherbourg : Mise à l’eau du premier Ocean Eagle 43

Défense

Le tout nouveau patrouilleur en forme de trimaran de CMN ne passe pas inaperçu. Premier d’une série de trois unités du type Ocean Eagle 43 commandées par le Mozambique, l’étonnant bateau a été mis à flot hier à Cherbourg. Les travaux d’armement vont désormais se poursuivre à quai en vue de réaliser les premiers essais en mer dans les prochaines semaines. Des tests évidemment très attendu pour ce patrouilleur au design innovant, conçu pour atteindre la vitesse de 30 nœuds.

 

Le premier OE 43 juste avant sa mise à l'eau (© : SYLVAIN VIAU)

Le premier OE 43 juste avant sa mise à l'eau (© : SYLVAIN VIAU)

Mise à l'eau du premier OE 43 (© : SYLVAIN VIAU)

Mise à l'eau du premier OE 43 (© : SYLVAIN VIAU)

 

Réalisée en matériaux composites, la coque a été produite par le chantier H2X de La Ciotat et transférée chez CMN en septembre. Le constructeur cherbourgeois a réceptionné en décembre celle du second patrouilleur, alors que H2X achève la fabrication de la troisième coque. La livraison de la tête de série est prévue en mars au Mazambique, qui fait également construire chez CMN des intercepteurs de 32 mètres. En plus des trois unités du type HSI 32 notifiées en 2013, trois autres viennent d'ailleurs d'être commandées (voir notre article sur le sujet). 

 

Mise à l'eau du premier OE 43 (© : SYLVAIN VIAU)

Mise à l'eau du premier OE 43 (© : SYLVAIN VIAU)

Mise à l'eau du premier OE 43 (© : SYLVAIN VIAU)

Mise à l'eau du premier OE 43 (© : SYLVAIN VIAU)

(© : SYLVAIN VIAU)

(© : SYLVAIN VIAU)

(© : SYLVAIN VIAU)

(© : SYLVAIN VIAU)

(© : SYLVAIN VIAU)

(© : SYLVAIN VIAU)

 

OE 43 : Des bâtiments conçus pour la surveillance maritime

Conçus pour les missions de surveillance maritime, les patrouilleurs du type Ocean Eagle 43 mesurent 43.6 mètres de long pour 15.7 mètres de large. Ils sont équipés pour mener des actions de protection de zones littorales ou d’infrastructures offshore, tout en pouvant assurer des missions de guerre électronique et de renseignement. A ce titre, l’Ocean Eagle 43, qui dispose derrière la timonerie d’une plateforme, peut mettre en œuvre un drone aérien (classe 300 kg), comme le Camcopter S-100 de la société autrichienne Schiebel, partenaire de CMN.  Présentant une autonomie de 3000 milles à 20 nœuds et capable de franchir plus de 1000 milles à pleine vitesse, le bâtiment sera armé par un équipage de 7 marins. Il disposera en outre de logements pour 8 passagers, par exemple des commandos. Ceux-ci, tout comme les équipes de visite chargées de contrôler ou inspecter des navires dans le cadre de missions de police des pêches ou encore de lutte contre les trafics illicites et le terrorisme, auront à leur disposition une embarcation rapide. Ce semi-rigide de 7 mètres sera mis en œuvre depuis une rampe située à l’arrière de la coque centrale.

 

Patrouilleur du type Ocean Eagle 43 (© : CMN)

Patrouilleur du type Ocean Eagle 43 (© : CMN)

Patrouilleur du type Ocean Eagle 43 (© : CMN)

Patrouilleur du type Ocean Eagle 43 (© : CMN)

 

L’OE 43 est conçu pour utiliser d’importants moyens de détection et de surveillance (radar de navigation et de surveillance, système électro-optique…) ainsi qu’une liaison de données par satellite permettant l’envoi d’images, de vidéos. Côté armement, il peut embarquer un canon télé-opéré de 20 à 30 mm au dessus de la passerelle et deux mitrailleuses de 12.7 mm à l’arrière, offrant un champ de battage à 360 degrés.  

On notera par ailleurs que CMN a développé une version de l'Ocean Eagle 43 dédiée à la guerre des mines (voir notre article sur le sujet)

 

Patrouilleur du type Ocean Eagle 43 en version guerre des mines (© : CMN)

Patrouilleur du type Ocean Eagle 43 en version guerre des mines (© : CMN)

 

Constructions Mécaniques de Normandie (CMN)