Nautisme
Cherbourg : Naissance du plus grand trimaran du monde

Actualité

Cherbourg : Naissance du plus grand trimaran du monde

Nautisme

Dans le projet de construction du plus grand trimaran du monde, le mois écoulé aura vu le véritable acte de naissance du bateau. Le 11 septembre, au coeur du chantier JMV Industries de Cherbourg, les deux demi-coquilles de la coque centrale du Maxi Trimaran Banque Populaire ont été présentées face à face et assemblées. Une opération aussi délicate et cruciale ne se réalise pas d'un coup de baguette magique. Elle aura, en fait, nécessité trois jours de préparation et les efforts conjugués de quelques dizaines d'ouvriers et de techniciens du chantier JMV Industrie, chargé de la réalisation de la coque et des flotteurs. C'est qu'il faut faire preuve de minutie pour juxtaposer profil contre profil deux formes de carbone de quarante mètres de long pesant chacune 1500 kilos. Il aura fallu, avant toute chose, positionner puis coller et stratifier sur l'une d'elles les membrures en sandwich de carbone et nid d'abeille qui constitueront les cloisons et le plancher de l'embarcation. Elles formeront son squelette et assureront la rigidité de l'ensemble.
Vêtus de combinaisons de papier, le nez protégé par des masques à cartouche, une armée de techniciens s'emploie à peaufiner cette armature de matériaux synthétiques. Ceux là meulent les « soudures » de carbone qui lient coque et cloisons. Ces autres, s'assurent au moyen d'un théodolite (appareil de visée angulaire utilisé par les gens qui tracent des routes) de la parfaite rectitude du profil inférieur de la coquille. D'autres, détachent au cutter, les bandes de peau de carbone qui nuiraient au bon collage supérieur des cloisons. Celui-ci, enfin, armé d'un appareil de mesure à ultra sons vérifie, centimètre par centimètre, l'uniformité du collage de la coquille.

Un ajustage millimétrique

Suspendue par six palans au-dessus de cette fourmilière, la demi-coquille tribord est prête à prendre place. Opération délicate, millimétrique qui s'effectuera en plusieurs temps. Il faudra d'abord la descendre « à toucher » pour vérifier la justesse du positionnement des séparations internes, la relever pour remplir de pâte adhésive les cornières d'ajustage du nez bientôt inaccessible et enduire d'un épais cordon de colle le chant de la coque couchée. Enfin, doucement, délicatement, la mettre définitivement en place de façon que le flanc tribord du multicoque s'ajuste à son jumeau. Et soudain se concrétise la forme définitive, impressionnante par sa taille et sa finesse, du futur navire.
Car ce qui n'est encore qu'une énorme silhouette noire posée sur le flanc tel un monstre marin au repos sera, dans quelques mois, un magnifique multi prêt à fendre les flots et à pulvériser les records. Une machine de précision, de sa conception et sa construction jusqu'à ses futurs exploits, rêvée, pensée par le skipper Pascal Bidégorry, Ronan Lucas, Directeur Technique et les membres du Bureau d'études du Team Banque Populaire.
________________________________________________

- Voir les images de synthèse du futur bateau