Offshore
Chypre : la Turquie bloque un navire de forage

Actualité

Chypre : la Turquie bloque un navire de forage

Offshore

Vendredi 9 février s’est produit un incident naval au sud-est de Chypre, dans la zone économique exclusive de ce pays. La flotte militaire turque a empêché l’entrée dans le champ gazier Bloc Offshore 3 du Saipem 12000, un navire de forage de l’armement italien Saipem travaillant pour le compte de l’énergéticien transalpin ENI (*). Il est depuis lors immobilisé en dehors de sa zone de forage. C’est le dernier incident en date entre d'un côté la Turquie et la partie nord de l’île chypriote (turcophone) et la République de Chypre (grecque), au sud.

La zone économique exclusive (ZEE) de la République de Chypre est disputée par son voisin du nord avec l'appui de la Turquie en dépit du droit international. Or, les eaux chypriotes font l'objet d’une intense campagne de recherche sismique en vue de l’exploitation de gisements de gaz. Alors que 13 secteurs géographiques (blocs) ont déjà été délimités, la veille de l’incident, le 8 février, ENI avait d'ailleurs fait état de résultats très prometteurs sur un gisement de gaz dans un autre secteur (bloc 6, appelé Calypso). 

La Turquie maintient sa zone d’exclusion

Officiellement, la Turquie a prévenu par message NAVTEX (NAVigational TEXt Messages – service de messagerie international utilisé dans le domaine maritime) la tenue de manœuvres militaires avec notamment des exercices de tir. De fait, ces manœuvres entraînent une zone d’exclusion qui empêche toute entrée de navires civils dans la zone. Mardi 20 février, la marine turque a renouvelé son blocage par un nouveau NAVTEX (0258/18) qui annonce la prolongation des exercices, potentiellement jusqu’au 10 mars. Or, il était prévu le redéploiement du Saipem 12000 au large du Maroc le 8 mars. On ne sait pas encore comment va se régler l’affaire.

Réactions internationales

De son côté, le président chypriote Nicos Anastasiades a protesté officiellement mardi et appelle les parties prenantes à rejoindre la table des négociations. Il pause toutefois une condition : « la fin de la violation des droits souverains de la République de Chypre dans sa zone économique exclusive ». Concrètement, l'État grecophone s'en remet à la diplomatie européenne. La Grèce, l’Italie et le Royaume-Uni (les Britanniques disposent de bases millitaires importantes dans les enclaves d'Akrotiri et Dhekelia) ont entamé des discussions avec Ankara pour tenter de trouver une porte de sortie.

(*) Le Saipem 12000 est un navire de forage profond construit en 2010 par Samsung Heavy Industries. Il mesure 228 mètres de long pour 42 de large et déplace 96.000 T. Son système de positionnement est très perfectionné et sécurisé selon la norme DP-3 (triple redondance des systèmes automatiques). Il est approvisionné en énergie par 6 moteurs de 8000 kW chacun et dispose pour se mouvoir de 6 propulseurs azimutaux de 4500 kW chacun. Il peut accueillir jusqu'à 200 personnes à bord.

 

 

Offshore